LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Anthropologie des pratiques corporelles

Cours : Anthropologie des pratiques corporelles. Recherche parmi 298 000+ dissertations

Par   •  6 Novembre 2021  •  Cours  •  8 457 Mots (34 Pages)  •  722 Vues

Page 1 sur 34

Anthropologie des pratiques corporelles :

Introduction :

Objectif : envisager autrement les pratiques corporelles.

Attendus : être capable :

  • de repérer et de caractériser une approche anthropologique.
  • d’utiliser les éléments du cours pour envisager les pratiques corporelles et/ou les problèmes de société.
  • de se décentrer par rapport à sa propre manière d’envisager les choses.

Organisation : 12h de CM / 12h de TD.

Évaluation : Epreuve écrite d'1h30 avec 3 questions : 1 évoquée en cours, 1 de cours, 1 d’ouverture. + TDs notés sur la base des lectures obligatoires.

I) L'anthropologie : qu’est-ce ?

  1. Anthropologie c’est-à-dire ?

-D’après Kant en 1952 anthropologie = Anthropos (Homme) logos (discours scientifique sur l’Homme) donc science de l’Homme. Elle est anthropométrique, elle mesure les caractère physique, biologique, biométrique

-L’anthropologie est « le total des sciences qui considère l’Homme comme un être vivant, conscient et sociable. » Selon Mauss, 1936, la socio est spécifiquement humaine mais la bio et la psy peuvent être des disciplines qui s’appliquent aux animaux.

-Définition du Lalande, 2002 : L’anthropologie « n’est pas une science unique, mais un groupement des parties de sciences ou des applications des sciences ayant un objet commun, l’Homme, d’une part, dans sa nature physique et mentale, d’autre part dans son développement historique et préhistorique. »

-Conséquences : Une anthropologie biologique, sociale, culturelle, cognitive... Existence d’une multitude d’anthropologies. Des anthropologies des pratiques corporelles qui se complètent : pas une mais des anthropologies des pratiques corporelles (différentes perspectives : l’image du corps n’est pas la même à tel endroit et à telle époque). Les STAPS, une anthropologie ? (L’Homme en action)

Que peut-on tirer comme enseignement pour les STAPS de l’histoire et de la définition de l’anthropologie ?

A ces débuts, l’anthropologie se basait sur un esprit naturaliste avec comme postulat : « les formes supérieures de la vie sociale et mentale trouvent une explication suffisante dans les conditions matérielles et climatiques de la vie physiologique » (Lalande).

Explication : pour comprendre l’évolution de la vie, il suffisait de s’intéresser aux conditions matérielles et climatiques, c’est-à-dire à la physiologie. L'anthropologie a apporté, au départ, un prima aux explications matérialistes. Cependant, l’échec de l’anthropologie fut qu’elle pensait que cela suffisait. Hors, pour les STAPS, la question de la santé ne peut être réduite à la question biologique, il faut aussi y ajouter la question culturelle. Les STAPS doivent en fait avoir une vigilance sur le fait qu’on ne doit pas nous proposer une seule explication qui serait suffisante pour expliquer / comprendre les pratiques corporelles.

Les STAPS ont été créés avec une optique de former des étudiants capables d’intervenir sur les pratiques corporelles.

STAPS = une anthropologie ??

STAPS Caen = explication neurophysiologie = explications nécessaires et suffisante pour comprendre et expliquer les pratiques corporelles

Anthropologie c’est-à-dire ?

… A une centration sur les aspects culturels, cognitifs, sociaux (Boas et Malinowski en font partie) :

- « Etudier et expliquer la vie des hommes et des femmes en société » (Copans). Etude de l’Homme dans sa diversité et son unité. Qu’est-ce qui nous est commun, qu’est ce qui nous est spécifique ? = définir/comprendre qu’est-ce qu’être humain ?

- « Comprendre toutes les formes de société existantes ou ayant existé, dans un respect sans faille au relativisme culturel » (Géraud). Manière de vivre ensemble, l’anthropologie nait de l’étude de la différence, de la diversité des modes de vie/culture. Ethnocentrisme = étudier et juger des pratiques/connaissances /croyances à partir de nos propres normes. Altérité = à l’autre.

-Se méfier de l’ethnocentrisme : prendre sa propre culture, son propre point de vue comme une référence absolue. Dans toute étude d’une culture autre, le risque est donc de juger l’autre à partir de ses normes à soi. On ne respecterait alors plus les différences.

-L’approche ethnologique tend par ailleurs, à envisager les phénomènes sociaux en insistant particulièrement sur 2 de leurs caractéristiques essentielles : leur nature partiellement inconsciente et leur dimension symbolique. = quelles sont les significations, les valeurs, les imaginaires qui fondent nos normes ?

  1. L’anthropologie et différentes disciplines :

-Philosophie : l’anthropologie s’appuie sur différentes idées philosophiques. Mais, la philosophie ne fait pas tout le travail de terrain, n’a pas cette manière d’observer, de travailler avec autrui qui permet de reformer un certain nombre de théories en anthropologie. C’est un système théorique cohérent et clos.

-Sociologie : si on se réfère à Mauss, l’anthropologie englobe la sociologie. Mais, la sociologie est la science de la société alors que l’anthropologie est la science de l’Homme. Sociologie de Durkheim ≠ anthropologie : grands groupes ≠ petits groupes, méthode hypothético-déductive ≠ méthode de description, qui part du terrain, … Disciplines proches mais avec des fondements et des notions différents.

-Histoire : on peut les différencier sur plusieurs points. D’abord, aujourd’hui, l’anthropologie s’intéresse au présent, contrairement à l’histoire. Les sources ne sont pas non plus les mêmes : sources écrites pour l’histoire contre sources orales pour l’anthropologie. L’histoire est définie par des périodes alors qu’en anthropologie, ce sont les aires culturelles (Océanie, Afrique, Occident, …) qui comptent.

-Linguistique : si on ne maîtrise pas un certain cadre linguistique, on va avoir du mal à comprendre les pensées anthropologiques. Par exemple, « neige » se dit « neige » chez nous mais a énormément de traductions chez les Inuits … La deuxième distinction se fait à travers le travail de Claude Lévi-Strauss : il a proposé d’utiliser les modèles et les théories de la linguistique pour essayer de repenser une théorie qui cherche à comprendre les comportements humains.

Mais des frontières tenues …

  1. Des objets de prédilection :

-La parenté : Quels sont les systèmes de liens dans les familles ? (Dans les STAPS, pas le plus essentiel)

...

Télécharger au format  txt (57.3 Kb)   pdf (402.8 Kb)   docx (237 Kb)  
Voir 33 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com