LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Économie BTS AG Année 2: les modes de financement

Mémoire : Économie BTS AG Année 2: les modes de financement. Recherche parmi 262 000+ dissertations

Par   •  24 Avril 2013  •  2 374 Mots (10 Pages)  •  622 Vues

Page 1 sur 10

Devoir n°1 - économie générale et droit

Première partie - économie générale

1-2-3

Actuellement, l'hexagone compte plus de 3 millions de chômeurs. Ces chiffres sont en perpétuelle hausse depuis 2009. Cette hausse est significatif que la crise économique que nous connaissons est loin d'être fini. Les entreprises doivent alors faire face au mieux à cette conjoncture économique.Afin d'accroître leurs rendements, les entrepreneurs vont devoir investir soit en s'autofinançant ou par financement externe: direct sur le marche des capitaux ou indirect à travers les banques, assurances,... C'est sur ce dernier point que la synthèse va se recentrer. Comment ont progressé les emprunts ces derniers années? Sont-ils moins fréquents? Ces modes de financements ont-ils pris différentes formes? Les conditions d'obtention d'un prêt ont elles également été modifiés?

I - L'évolution des modes de financement lors de ces dernières années

Ces trois dernières années furent particulièrement difficiles, principalement pour les petites entreprises au faible capital. C'est pourquoi il semble essentiel que les PME puissent recourir au financement externe. Mais les banques sont elles toujours apte a financer durant ces périodes de récession, où le risque devient alors plus important.

En période de crise économique, la banque centrale européenne aura tendance à augmenter son taux directeur afin de réguler les banques et réduire les prêts que ce soit pour les ménages ou les entreprises. En effet, c'est la banque centrale européenne qui va fixer les conditions de crédit auxquelles les banques commerciales vont pouvoir lui emprunter de l'argent. Par son action sur les taux d'intérêt et sur la quantité de monnaie en circulation, elle développe ce que l'on appelle une politique monétaire. Cette politique monétaire s'adaptant aux perspectives économiques joue un rôle prédominant dans l'évolution du marché. Les banques commerciales française doivent ainsi s'accorder aux évolutions économiques et à l'instabilité du marché. Afin d'éviter au mieux les pertes financières dû aux impayés lors des emprunt mais également à la hausse de l'inflation si trop de monnaie est créée.

Mais il reste essentiel de financer les PME, malgré leurs chiffre d'affaire plus ou moins attractifs. Ainsi les banques vont tenter de tout mettre en œuvre afin que la récession n'est pas d'effets trop négatives sur leurs activités, en préservant au mieux leurs accès aux emprunts. On pourra ainsi constater que les encours aux crédit de la part des PME/TPE a même connu une augmentation de 5,9% selon les chiffres de juillet 2011. La crise ne semble pas avoir un grand impact sur ces facilites d'accès aux emprunts puisque une PME sur deux ont recherchée un financement en 2010.

Divers chiffres économiques issu de l'Insee démontre que ce sont les entreprises aux chiffres d'affaires fluctuants qui ont eu d'avantage recours aux prêts bancaires, avec des chiffres atteignant près de 58% des PME a la recherche d'emprunt. Mais les petites PME connaissant plus de difficulté n'ont a priori pas rencontrer plus obstacles au financement, du fait qu'elles ont connu entre 2007 et 2010 une hausse des accès aux emprunts de près de 8 points.

En conclusion la crise économique ne semble pas être un réel frein au financement des PME/TPE françaises. Les banques commerciales continue à répondre aux demandes de crédit malgré les risques qu'elles encourent. Cependant le coût de crédit sera indéniablement plus fort durant ces périodes du fait que les taux d'intérêts seront plus importants. Malgré que la crise économique n'est pas eu d'impact sur la demande de crédit, elle a cependant entraîné des conséquences négatives sur le coût des emprunts, nécessitant alors une diversification des modes de financement.

II - la diversification récentes des modes de financement

Malgré que le recourt aux prêts dominent, les PME ont tendances à rechercher d'autres sources de financement. Lorsqu'on observe les chiffres, on peut constater que ce sont les autres mode de financement qui connaissent une plus fortes progression: avec une augmentation de 7 points entre 2007 et 2010 et cette hausse semble perduré selon les analyses futures. ces chiffres se doivent tout d'abord d'être relativiser puisque leurs augmentations est d'autant plus fortes que les recours à d'autres modes de financement étaient faibles auparavant. Ainsi une demande récente au près des ces différents modes sera plus perceptible qu'une hausse de la même demande auprès d'un emprunt classique.

Ces différents modes de financement se caractérise sous diverses formes:

Dès lors, d'autres opportunités sont accessibles afin de rassurer les établissements de crédit pour décrocher un financement de l'entreprise. D'une part, des organismes tel Oseo, peuvent intervenir à titre de caution. Ils ont comme but de favoriser le financement de l'entreprise en apportant des garanties permettant aux banques d'octroyer plus facilement des crédits. La caution solidaire reste également envisageable.

De même, le crédit-bail est une solution très efficace et à moindre coût. Le crédit-bail est une technique de crédit à moyen terme, par laquelle une entreprise acquiert une propriété de biens d'équipement mobiliers ou immobiliers à usage professionnel, pour une durée déterminée et en contrepartie de redevances ou de fréquentent

De plus, une ligne de crédit est également une autre solution pour accroître son capital. Une ligne de crédit est une autorisation donnée par une banque à un emprunteur de tirer des fonds jusqu'à un plafond fixé, pendant une période donnée. Elle peut inclure également une ouverture de crédit permettant de rendre le compte courant débiteur dans certaines limites.

Enfin les affacturages, les subventions, les prêts publics, les aides aux exportations,.. sont divers possibilités d'augmenter son capital sans se soumettre à un prêt.

Ce sont ici, les alternatives de l'emprunt les plus répandus mais il existe encore une diversité des modes de financements, moins fréquents mais tout autant efficace. Mais ces alternatives au prêt restent encore principalement employées par les PME a fort rendements

Ces différents

...

Télécharger au format  txt (15.7 Kb)   pdf (154.1 Kb)   docx (14.4 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com