LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

L'histoire de la politique agricole commune

Cours : L'histoire de la politique agricole commune. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  12 Janvier 2021  •  Cours  •  496 Mots (2 Pages)  •  73 Vues

Page 1 sur 2

L’agriculture française depuis 50 ans : des petites exploitations familiales au droit au paiement unique

En 1955 la France comptait 2,3 millions d’exploitations agricoles. En 2003 elles ne sont plus que 590 milles (voir tableaux). En 2003 l’agriculture occupe 32 millions d’hectares soit 59% du territoire.

  1. DES EXPLOITATIONS FAMILIALES AUX ENTREPRISES AGRICOLES

 En 1955 la population agricole est de 6,2 million de personnes. En 2000 1,3 million.

[pic 1]

 Certe le nombre d’exploitations agricoles a été divisé par 4 en un peu moins de 50 ans. Les lois d’orientations agricoles de 1960 1962 ont impulsé les évolutions de structures. (Encadré 2)

[pic 2]

 En 1955 80% des exploitations agricoles comptaient moins de 20ha de SAU et 0,8% plus de 100ha.

[pic 3]

En 2000 12% des exploitations dépassent 100ha et occupent 46% de la SAU. L’agriculture française depuis les années 60 s’est rapidement professionnalisée avec un fort développement des sociétés agricoles.

[pic 4]

 En 2003 23% des exploitations agricoles sont sociétaires. Les GAEC créé en 1962 se sont développés dans les années 70 et 80, puis sont apparues les EARL en 1985. En 2003 43% des agriculteurs avait une formation agricole secondaire ou supérieure contre 13% en 1970.

[pic 5]

  1. Une modernisation des surfaces et des cheptels

[pic 6]

(Voir figure 5). Les surfaces fourragères ont perdu 5 millions d’hectares en 50 ans. Pourtant les effectifs de bovins ont progressé du 8 millions de têtes entre 1950 et 1980 et ceux des ovins 5,6 millions de têtes. Alors qu’avant 1960 les prairies permanentes étaient prépondérantes dans la nourriture des herbivores, les agriculteurs se sont mis à cultiver de l’herbe. Les rendements des prairies temporaires et des prairies artificielles ont doublé entre 1950 et 2000. On a assisté depuis 1970 à un fort développement de la production de fourrage annuelle notamment le maïs pour l’ensilage, conduisant à une croissance spectaculaire de la production laitière. Le cheptel porc a plus que doublé en 50 ans. Autre signe de la modernisation de l’agriculture, les surfaces en pommes de terre sont passées d’1 million d’Ha en 1950 à 160 milles Ha en 2000. La production de céréales a augmenté de 13% (1 millions entre 1950 et 1990) pour se réduire a partir de 1992 (reforme de la PAC mise en place des jachères). Mais les rendements ont très fortement augmenté celui du blé inférieur à 20 quintaux et actuellement de l’ordre de 75 en moyenne. Les oléo protéagineux occupaient en 2000 environ 2,5millions d’Ha contre 90 milles Ha en 1960. Actuellement les céréales oléagineuses et oléo protéagineux représentaient 43% de la SAU et la jachère 1,2 millions d’Ha.

  1. Croissance de la production baisse de sa valeur Réelle

Depuis 1960 le volume de la production agricole total a doublé. Globalement le revenu net d’entreprise agricole a diminué en terme réelle de 56 % entre 1960 et 2004 (surtout depuis 1976) (voir figure 9). Néanmoins le revenu moyen par actif non salarié dans l’agriculture a progressé sur la même période de 88%.

...

Télécharger au format  txt (3.3 Kb)   pdf (775.6 Kb)   docx (1.5 Mb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com