LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Médecine Du XVII

Note de Recherches : Médecine Du XVII. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  16 Décembre 2012  •  570 Mots (3 Pages)  •  1 389 Vues

Page 1 sur 3

Commentaire :

Les médecins, au XVII ème siècle, sont en proie à de nombreuses critiques comme celle que fait Molière dans sa pièce « Le Malade Imaginaire ». Cyrano De Bergerac, écrivain français du XVII, écrit une lettres satiriques « Contre les médecins » en 1654, soit peu de temps avant sa mort en 1655. Il y dénonce les médecins qui enfonce leurs patients dans une mort certaine. On peut se demander alors quelle image du médecin nous fait passer Cyrano à travers cette lettre. Pour répondre à cela nous étudierons tout d'abord une dénonciation des travers de la médecine de cette époque puis l'accusation envers les médecins de la mort de leurs patients .

I/ Dénonciation des travers de la médecine à cette époque

Dans cette lettre il dénonce par le biais de sa propre expérience , celui d'un homme mourant face à un médecin incompétent et fourbe.

Le premier aspect du médecin approché par Cyrano est celui du menteur. Il est habille en société, il sait très bien mentir. Il dit au patient qu'il va bien tout en disant à la famille de se préparer au pire. Il ment aussi en condamnant tout patients pour se protéger de leur possible incapacité à les sauver. Cyrano exprime son doute sur le jugement des médecins.

Cette incapacité est d’ailleurs évoqué lorsque Cyrano exprime ses douleurs a son médecin qui ne sait dire autre chose que « c'est bon signe » Cyrano utilise dans ce passage du vocabulaire du champ lexicale de la médecine tels que « syncope léthargique » « flux de sang » ou bien « saignée ». Cela laisse à penser que l'auteur n'est pas néophyte au milieu médicale et accentue la crédibilité de l'auteur dans sa critique même si il est subjectif dans cette lettre.

L'un des autres aspects important évoqué et cette indifférence,voir un certain sarcasme, envers l'état du patient. Cyrano évoque par une comparaison a un glaçon la froideur qui lui parcours les extrémités, le médecin rigole et se vente de ses remèdes en répondant qu'il s'avait qu'ils « éteindraient ce grand feu. », métaphore pour parler de la fièvre dont souffrait Cyrano.

Cyrano nous montre grâce à des exemples qu'il connait de par son expérience avec les médecins leurs travers et défauts, mais il ne s’arrête pas là et va encore plus loin dans cette critique.

II/ l'accusation envers les médecins de la mort de leurs patients

Cyrano se décrit comme condamné, les médecins sont appelés de plusieurs manières «  bourreau » « traitre » « ennemies ». Il matérialise le contexte, la maladie et le médecins lui tiennent, tout deux, « le poignard sur la gorge avec tant de rigueur ». Il utilise une anaphore de la ligne 15 à 17 pour exprimer la graduation de la tragédie « Plus je sens le mal(...)plus il témoigne s'en réjouir »

Le médecin ment au patient proche de la mort en lui cachant la fatalité proche.

C'est a ce moment de la lettre que Cyrano affirme que les médecins emploie la science pour les tuer. Il les considère donc comme des meurtrier.

...

Télécharger au format  txt (3.5 Kb)   pdf (59.6 Kb)   docx (9.2 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com