LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse De Pratique concernant la patiente Melle E.G, âgée de 36 ans, souffrante d'une encéphalopathie post-vaccinale de la rubéole

Commentaires Composés : Analyse De Pratique concernant la patiente Melle E.G, âgée de 36 ans, souffrante d'une encéphalopathie post-vaccinale de la rubéole. Recherche parmi 296 000+ dissertations

Par   •  14 Juin 2013  •  1 976 Mots (8 Pages)  •  1 009 Vues

Page 1 sur 8

Stage N°1 EPSM Lommelet à St André DPR   

La situation rencontrée concerne la patiente Melle E.G, âgée de 36ans, souffrante d'une encéphalopathie post-vaccinale de la rubéole et moi-même. Il s'agit d'une analyse sur la priorité des soins et leurs hiérarchisations, de la toilette totale à la douche avec une prise en charge des critères d'infectiologie et d'hygiène, dans une situation où la sécurité de la patiente et la mienne m'oblige à adapter les protocoles de soins. Elle s'est déroulée au L'EPSM du site de Lommelet à St André, au Département de Psycho-Réhabilitation 2 (DPR 2) nommé Vivaldi, le samedi 22 Janvier 2011 à 8h30 avant le petit déjeuner. C'est une situation que je rencontre souvent car je m'occupe de la toilette de cette patiente plusieurs fois par jour car elle est en contention dans sa chambre et   incontinente urinaire et fécale.

Je me lave les mains au savon puis à la solution hydro-alcoolique et je mets des gants en vinyle avant de rentrer dans la chambre. En entrant, je remarque qu'elle est recouverte

d'excréments. Je l'amène dans son fauteuil roulant à la salle de douche que j'ai au préalablement préparé avec les serviettes, les gants, le shampoing et le gel douche à proximité sur une chaise et le panier à linges sales   afin d'anticiper la toilette. Je demande à Melle E.G de se lever tout en la tenant sous le bras et je l'amène à la douche où je lui demande de se tenir à la barre dans le coin opposé au robinet. Afin d'optimiser la toilette, je décide de la mouiller et de commencer par laver minutieusement les mains et les ongles avec un premier gant et une brosse, en lui expliquant chaque étape. Ainsi je peux assurer l'hygiène de la patiente et elle peut participer à sa propre toilette. J'évite également qu'elle ne salisse les murs ou ma blouse. Je lui demande de se retourner et lui enlève une grosse masse d'excréments collée à son siège avec deuxième gant que je mets de suite dans le panier approprié. Je lui met du shampoing et lui demande de les frotter avec les deux mains. Je lui rince et réitère ma demande. Je lui lave le visage avec un troisième gant avec du savon et je lui lave le torse et les membres supérieur. Je lui demande de se retourner mais elle tente d'attraper le robinet. Je lui demande de cesser et je commence à chanter

une contine.   Elle arrête, se retourne et se met à chanter. J'arrive jusque là à maîtriser la situation. Elle se remet face à moi, je lui lave les jambes en vérifiant qu'elle n'a pas de geste brusque avec ses mains et je mets le gant dans le panier approprié. Avec un quatrième gant, je   procède à sa toilette intime en commençant par ses parties génitales puis son siège, mais il me faut un cinquième gant pour finir car elle est fortement souillée. Elle se met face à moi, je la rince. Elle tente d'ouvrir le robinet puis de m'arracher le pommeau des mains. Elle ne m'écoute plus et commence à s'énerver. Elle glisse à plusieurs reprises, moi également. Je décide rapidement de la mettre dans son fauteuil roulant sur une serviette que j'avais au préalablement préparé et de l'éloigner de la douche. Je dispose une serviette sur le sol, sous ses pieds pour qu'elle n'attrape pas froid   sur le carrelage et qu'elle ne glisse pas. Elle s'est calmée, je peux alors procéder au séchage avec deux serviettes (une pour la toilette intime et l'autre pour le reste du corps). Je peux alors enlever mes gants. Je lui demande de mettre son pantalon et ses chaussures seuls. Je lui met une serviette autour de la poitrine car elle rejette et arrache les vêtements.

Je l'amène en salle de vie pour le petit déjeuner. Je reviens de suite dans la salle de bain, laissant ma patiente sous l'attention de mes collègues, et   je désinfecte méticuleusement les surfaces de la salle de bain: les murs de la douche, le robinet et le pommeau, le sol, la chaise. Je rince avec de l'eau et replace le panier à linge sales. Je me lave les mains au savon puis à la solution hydro-alcoolique.

Difficultés et points à approfondir:

La situation était assez complexe. La toilette à la douche devait être adaptée à l'état de souillure de la patiente et à son agitation. Elle a également des difficultés à se tenir debout (déjà habituellement mais nous l'encourageons à la marche assistée). Je me suis demandais comment allais-je procéder pour maintenir les règles d'hygiènes, les procédures habituelles, contrôler ma patiente imprévisible. Il fallait surtout que je veille à sa sécurité et à la mienne. Il était donc important que je me questionne sur ma pratique et que j'adapte mes connaissances à la situation. Le protocole d'hygiène veut que nous partions du plus propre au plus sale, mais il était nécessaire que je commence par le plus sale, pour assurer qu'elle ne se resalisse pas, que le soin soit efficace et pour le confort de

ma patiente. Je ne voulais pas également, qu'elle salisse ma blouse et que je manuporte des bactéries aux autres patients.   Habituellement, lors de sa toilette, je lui demande de faire elle même sa petite toilette pour son autonomie, puis je repasse derrière elle pour m'assurer qu'elle soit propre. Mais dans cette situation, je ne veux pas prendre le risque qu'elle commence par son siège pour éviter un risque d'infection urinaire et respecter assurément les bonnes pratiques d'hygiène. Je la remets dans son fauteuil pour la sécher car la situation est trop dangereuse pour ma patiente et moi même. Nous avions peu d'équilibre et le sol était mouillé. Son comportement étant agressif, j'aurais dû appeler un de mes collègue en renfort connaissant les antécédents de la patiente.

Construction de l'identité professionnelle:

Cette situation m'a appris qu'il faut constamment adapter et ajuster les priorités de soins à la situation et au patient. Il faut transférer nos connaissances et adapter les protocoles de soins pour obtenir une prise en charge adéquate, efficace et concrète dans une situation réelle. Il faut donc que notre pratique soit réfléchie et qu'elle tire ses arguments du bon sens, des connaissances et de l'expérience professionnelle.

EX 2

CONTEXTE DE SOIN

Le service

Service de soins en santé mentale et de psychiatrie au sein du

...

Télécharger au format  txt (12.6 Kb)   pdf (132.1 Kb)   docx (13.8 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com