LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Introduction dissertation sur le progrès technique

Dissertation : Introduction dissertation sur le progrès technique. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  7 Novembre 2019  •  Dissertation  •  1 376 Mots (6 Pages)  •  153 Vues

Page 1 sur 6

        Les économistes considèrent que le phénomène de croissance économique a débuté à la fin du XVIIIe siècle grâce à l’industrialisation, notamment en Angleterre qui a abrité la première révolution industrielle qui s’est alors étendu par la suite au reste du monde. A cette époque nous pouvons constater l’émergence de nouvelles matières première (charbon, pétrole…) et d’innovations primordiales (machine à vapeur, métier à tisser…), c’est-à-dire des progrès techniques importants.

Le progrès technique est l’ensemble des innovations, autrement dit les applications industrielles ou commerciales d'une invention, (qui permettent d’améliorer la production en accroissant la productivité) permettant d'améliorer l'efficacité du système productif, de créer de nouveaux produits ou de nouveaux procédés commerciaux.

Mais alors, le progrès technique est-il source de croissance économique ? Nous allons dans un premier temps analyser les origines du progrès technique puis les conséquences que celui-ci peut avoir sur la croissance.

I/ Causes

A) exogène

B) endogène

II/ Conséquences

A) Gains de productivité

B) Croissance de la production/ différent progrès marquant/ effet sur O & D

        Pour rappel, la croissance économique est l’augmentation de la production des biens et services sur le long terme. Différentes thèses sur celle-ci ont été émises depuis son apparition dans l’économie. Selon Robert Solow cette croissance est exogène, les seuls réels outils de la croissance sont les facteurs de production : le facteur travail (main-d’œuvre) et le facteur capital (éléments matériels nécessaire pour produire). La combinaison de ces facteurs est responsable de la croissance. Néanmoins, l’exemple de l’extraordinaire croissance économique de 1950 à 1973, période des 30 Glorieuses montre également un autre élément extérieur dans les sources de la croissance : le « résidu », cette part de la croissance qui reste inexpliqué pour Solow puisqu’elle ne relève ni de l’augmentation du facteur capital ni de l’accroissement du facteur travail. En effet, sur une période de 136 ans (de 1870 à 2006) observable dans les 36 pays de l’organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE), le PIB par habitant le plus élevé est celui durant les 30 Glorieuses, son taux de croissance annuel moyen est de 4.6%, les facteurs de production ont contribué à hauteur de -0.19 point à cette croissance. Ce chiffre négatif montre que la seule explication à cette croissance exceptionnelle, est bel et bien ce résidu qui représente le progrès technique, il est de 4.35% de 1950 à 1973, alors que pendant les autres périodes il avoisine les 1.8%.                                                                 Ce tableau statistique de 2010 met en évidence l’importance du progrès technique dans la croissance.

        Par ailleurs, une autre théorie plus récente démontre que le progrès technique n’est nullement « une manne tombée du ciel ». Mais le fruit des choix des agents économique, ceci relève donc de la « théorie de la croissance endogène ». Toutes les actions entreprise mènent alors à la croissance : les entreprises investissent dans la recherche et le développement afin d’acquérir de nouvelles innovations. Nous pouvons constater que dans les années 2000, le nombre de brevet déposés annuellement en France, d’après INPI, est assez important. De 2004 à 2007, c’était plus de 17 milliers de brevet déposés. Ce chiffre a commencé a chuté en 2008, de part la crise des subprimes qui a touché le monde entier, il est passé à environ 16.1 milliers en 2009. En effet, afin de développer un nouveau produit il est nécessaire de posséder les fonds nécessaires pour le réaliser. Ainsi, les agents économiques produisent des innovations, qui vont mener au progrès technique, qui va se matérialiser par le capital technologique obtenu, quantifiable grâce aux brevets détenus. Tout ceci va améliorer l’efficacité de la production (donc la productivité globale des facteurs), qui va alors permettre la croissance. Celle-ci va générer des revenus supplémentaires, qui vont amener à des dépenses dans la recherche et le développement et ainsi de suite. La croissance endogène est, par conséquence, auto-entretenue.

...

Télécharger au format  txt (8.4 Kb)   pdf (69.7 Kb)   docx (9.7 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com