LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Rire Est-il Un Outil De Rapprochement Ou De Subversion ?

Mémoire : Le Rire Est-il Un Outil De Rapprochement Ou De Subversion ?. Recherche parmi 243 000+ dissertations

Par   •  15 Avril 2013  •  415 Mots (2 Pages)  •  878 Vues

Page 1 sur 2

Le rire est un comportement réflexe, exprimant un sentiment. Il joue un rôle social dans notre société. Il est donc normal de s’interroger sur les effets que peut apporter ce phénomène aux citoyens. Le rire serait-il donc un acte de rapprochement ? Ne risque t-il pas de provoquer une subversion à certains moments ?

En premier lieu, le rire est un outil de rapprochement : il constitue en effet l’une des formes essentielles pour lesquelles s’expriment les rapports humains.

Rire ensemble de la même chose rapproche des personnes. Ce peut être un rapprochement pour le plaisir, par exemple lorsque l’on raconte des histoires drôles, ou un rapprochement pour agir. C’est parfois un moyen de se moquer de tel ou tel trait supposé d’un humain. C’est à une analyse de cette fonction du rire que ce livre l’écrivain Olivier Orban dans un court extrait publié en 1991 ; Matière de Rire, l’intégrale. Dans le sketch, Raymond Devos imagine la naissance du rire.

Olivier Orban attire l’attention sur le fait que le rire libérateur organise une cohésion par des caractéristiques physiques (actions des muscles) ou sociaux (au sein de la tribu). Dans l’extrait des anagrammes comme amulettes/allumettes sont utilisés mais aussi des comiques de mots comme la répétition du sens « Zim ! Zim ! »

Ensuite, le rire peut être aussi un outil de subversion : n’oublions pas que le rire revêt en effet une fonction critique qui l’associe à la liberté d’expression. La moquerie n'est pas en soi une fin positive du rire. Mais si on l'intègre dans la dénonciation des vices ou la résistance à l'oppression elle devient positive.

Dans l’extrait de texte nommé « Histoire du rire et de la dérision » publié par la librairie Arthème-Fayard en 2000 ; le rire apparait comme un humour noir par rapport à la puissance de dieu.

A l’intérieur, l’auteur met en relation différentes formes de rire comme le devin, le diabolique et pour finir le rire humain. Les personnages rient de la situation entre un rire moqueur ce qui met en avant un renversement des valeurs.

Au final on peut considérer que le rire a des rôles différents. En conclusion rire sert comme action de libération, pour oublier les difficultés, pour voir les situations depuis une autre perspective et depuis un point de vue critique, c’est synonyme de liberté et libération, on peut définitivement rire de tout et de tout le monde, c'est-à-dire le rire est légitime et licite seulement quand on réussi que tout le monde rie avec.

...

Télécharger au format  txt (2.5 Kb)   pdf (52.1 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 1 page de plus »