LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Rire Est-il Un Contre Pouvoir Politique

Commentaires Composés : Le Rire Est-il Un Contre Pouvoir Politique. Recherche parmi 243 000+ dissertations

Par   •  2 Mars 2012  •  1 833 Mots (8 Pages)  •  1 274 Vues

Page 1 sur 8

En ces temps de campagne électorale, les politiciens sont souvent les cibles des humoristes. « Le rire est le propre de l’homme’’ écrit Rabelais dans le manifeste de Gargantua. Le rôle premier de l’humour est de divertir, amusé les personnes, mais son rôle s’est élargis au fil des temps et des systèmes politiques.

Lorsque que l'on prend la signification propre des mots « rire » et « politique », on pourrait aller jusqu'à penser qu'aucune corrélation entre eux n’est possible. En effet, le rire se définie comme « Se moquer de quelqu'un ou de quelque chose, blaguer, montrer de la gaieté ou bien agir peu sérieusement. ». Ainsi, il apparaît clairement qu'au vu des termes employés, le rire n'aurait pas sa place de le monde sérieux de la politique, qui elle se défini comme « une manière de diriger un État. ». De plus, les quelques incursions d'humoristes sur le devant de la scène politique (Coluche, Patrick Sébastien, Bigard...) se sont montrer des échecs.

Le rire peut se définir comme une forme d’esprit qui cherche à mettre en valeur avec drôlerie le caractère ridicule de certains aspects de la réalité. Il a indéniablement une vocation satirique qui égratigne ceux contre lesquels il s’exerce. Lorsque Stéphane Guillon prend Eric Besson pour cible, il rit de, mais aussi contre, cet homme politique. Il apparaît donc que le rire et le politique se trouvent, malgré tout ce qui les opposent, de plus en plus liés.

Mais alors, si le rire ose s’attaquer au pouvoir, constitue-t-il pour autant un contre-pouvoir politique efficace?

Après avoir montré que le rire a la vertu de remettre en cause, nous verrons qu’il ne constitue pas pour autant un système élaboré pour remplacer le pouvoir et qu’il peut même être récupéré par ceux-là même qu’il prétend dénoncer.

Le rire permet effectivement de contester le pouvoir de deux points de vue différents. Tout d’abord en permettant une désacralisation de ce pouvoir mais également en se faisant porteur de vrais messages idéologiques.

Le rire, sous toutes ses formes, dans la mesure où il s’attaque au domaine politique, dévoile la vérité en la théâtralisant. Il vient se moquer des politiques en place ouvrant ainsi un champ de réflexion au peuple. Ainsi, il désacralise le pouvoir en le rabaissant aux dimensions populaires. L’humour permet de se détacher des faits réels, de porter un autre regard sur l’actualité. Pour illustrer ces propos, on peut faire référence aux Guignols de l’info, qui, en créant un monde avec les marionnettes, permettent aux téléspectateurs de se détacher de la réalité dans une certaine mesure. L'humour améliore la communication, apaise les tensions, désamorce conflits et objections. Ainsi, le rire et l'humour détiennent un rôle important dans la politique. Les hommes politiques vont être comparés à des célébrités, auxquelles les médias s’intéressent et parfois les ridiculises. Jean Marc Moura nous démontre par exemple l'importance du rire dans la politique et surtout dans les débats confrontant les hommes politiques aux humoristes. Il existe un lien très étroit en Occident entre le rire et la politique, et cette tendance se dévoile d’une manière particulière en France où le culte de la grandeur étatique et de la solennité face aux comportements des élus et à la place de la France dans le monde en perte de vitesse, conduisent à un rapprochement d’autant plus grand du politique et du rire. En effet, ce dernier va servir d’échappatoire et de vengeance parois, à une société psychiquement fatiguée comme le disait le Médiateur de la République. L’influence des médias est ici très importante. Ainsi, l’humour, de quelque manière qu’il se manifeste (télévision, radio, presse écrite…) permet une vulgarisation de la politique ; il permet donc aux personnes qui ne se sentent pas concernés par ces affaires de s’y intéresser d’un autre point de vue, leur donnant l’impression de s’évader de leur quotidien en en riant. De ce fait, l’humour peut constituer un contre pouvoir politique en ce qu’il rassemble un maximum de personnes, permet une information indirecte de la population. Cependant, il peut également porter de réel message idéologique.

La dérision est une arme efficace pour faire passer les critiques adressées au politique. Sous couvert de faire rire, la satire pointe souvent de façon acerbe et pertinente les dysfonctionnements liés à l’exercice du pouvoir. L’humour permet également de véhiculer un message, notamment sur le comportement hautain des hommes politiques. Jean-Marc Moura y fait allusion dans son article « Quelle politique du rire ? ». Les hommes politiques qui sont déconnectés de la réalité, sont souvent sujets à la moquerie. L’humour permet de véhiculer des critiques sur le système politique en lui-même, avec par exemple Charly Chaplin, qui dénonçant le Nazisme, a effectué un film, « Le Dictateur » (1940), parodie d’Hitler. Historiquement, l’humour demeure l’arme des artistes contre les tyrans et leurs idéologies, contre-pouvoir politique et social. Pour Hanna Arendt (philosophe américaine du 20ème siècle) le rire est "la menace la plus redoutable pour l'autorité". Aristote quant à lui, propose de "détruire le sérieux des adversaires par le rire", le rire étant un défi à l'autorité.

C'est une manière d'exprimer son désaccord sans violence «La seule chose absolue dans un monde comme le nôtre, c’est l’humour», disait Albert Einstein. De tout temps, l’humour a été plus qu’un moyen d’expression. Il est porteur de messages. Ses objectifs sont nombreux. Il joue un rôle essentiel dans l’équilibre de la personne, libère les tensions et préserve la santé.

A ce titre nous pouvons avancer que dans une certaine mesure le

...

Télécharger au format  txt (11.7 Kb)   pdf (120.8 Kb)   docx (12.4 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com