LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

CM- philosophie politique

Cours : CM- philosophie politique. Recherche parmi 258 000+ dissertations

Par   •  2 Avril 2019  •  Cours  •  3 285 Mots (14 Pages)  •  331 Vues

Page 1 sur 14

PHILOSOPHIE POLITIQUE CONTEMPORAINE

Devoir sur table : Questions de cours (définitions, explicitations de notions + 1 ou 2 courts textes avec 1 ou 2 questions).

Tolérance et laïcité

Quatre projets : 

  1. Travail de définition.    
  2. Tenter de mettre en évidence les liens conceptuels entre ces deux notions.
  3. Montrer la spécificité de la réflexion philosophique.
  4. Essayer de montrer l’usage de la philosophie à nos jours.

En philosophie on ne trouve jamais la vérité dans l’immédiateté, mais dans les détours. On ne trouve par l’immédiateté que des opinions. On commence à philosopher quand on se rend compte qu’on ne connait pas vraiment la chose que l’on croyait savoir. La philosophie n’a pas de finalité ; philosopher c’est être dans la médiation comme le dit Hegel et lorsque l‘on réfléchit, on est pas « utile » au sens propre du terme.

Le plan :

  1. Un problème pour les Lumières : la tolérance.
  2. La laïcité : une logique affranchie de la tolérance ; jusqu’à quel point ?
  3. Analyse de quelques cas concrets

  1. Un problème pour les Lumières : la tolérance.

La philosophie des Lumières n’est pas une école. L’un des plus grands philosophes du XVIIIème siècle, Kant, parachève la philosophie des lumières est anti-empiriste. Par La Critique de la Raison Pure, il lutte contre cette mode de l’empirisme et du matérialisme.

Pourquoi parle-t-on de philosophie des Lumières ? (Die Erklerung)

Kant se pose la question dans « Qu’est-ce que les lumières ? » publié dans une revue berlinoise. Etre un homme « éclairé », celui qui veut se déterminer par la raison, doit-on accepter ou ne pas accepter la disparition du sacrement du mariage ?

(Loi en Autriche => possibilité de se marier de façon civile et non religieuse ; l’Angleterre, premier pays à adopter cette méthode.) C’est la question que pose le pasteur Sonler dans la revue berlinoise. Cela revient à se poser la question plus générale : « Les droits de la raison sont-ils compatibles avec les droits de la religion ? »  À savoir : le conflit entre le libre examen de la raison et le dogme.

Autre conflit : On peut revendiquer des droits pour une communauté mais cette même communauté se réclamera de l’universalité.

Kant voit que la grande question du XVIIIème siècle c’est ce débat entre le libre examen de la raison et le dogme, mais aussi bientôt la loi de l’Etat. Cette question, Kant se la pose en vue de la constitution de divers Etats comme on les connait aujourd’hui, à l’époque l’Etat Prussien. « Qu’est-ce que va devenir la vie de l’individu dans des Etats qui vont accumuler de plus en plus de pouvoir ? »

La réponse de Kant sur « qu’est-ce que les Lumières » développe quatre points. Il utilise la métaphore filée de la lumière.

  1. La lumière s’étend, se diffuse et s’impose à nous. Nous voyons ce qu’elle éclaire. C’est la même chose pour la rationalité : On ne peut se soustraire à ce que la raison nous fait paraitre quelque chose comme une évidence. 

  1. Cette diffusion de la lumière, ce qui est établit par la rationalité, est nécessaire au progrès. Le progrès de l’individu mais aussi plus largement ce qu’appelle Kant le progrès de civilisation.  Le corolaire pour Kant : Le développement de la politique n’a pas à censurer les opinions, les idées, les discours, les revues, les journaux, etc.

  1. Les gouvernants ont des devoirs mais la tolérance est le premier devoir pour que la liberté de conscience soit respectée. « Rien ne peut être imposé en termes de religion par le Prince ».
  1. La tolérance ne doit pas simplement sembler une vertu, une bonne volonté, mais doit devenir institutionnelle et la législation doit la garantir. 

Ce que Kant appelle la majorité, c’est ce moment idéal où l’individu devient autonome, libre et pense par lui-même.

Kant montre que le fil rouge est la tolérance. John Locke écrit une lettre sur la tolérance en 1689, de même que Voltaire qui écrit le Traité sur la Tolérance. Lessing écrit lui aussi sur la tolérance avec Nathan le Sage en 1779. Goldoni, le dramaturge Italien, écrit quant à lui des pièces qui traitent de la tolérance au sein de la société.  

L’idée que la tolérance puisse être une obligation, voire une nécessité qui s’impose aux sociétés modernes n’a pas toujours été le cas. Bossuet, un contemporain de Locke et l’un des hommes les plus influents du XVIIème, mais aussi un intellectuel, un lettré qui prend parti dans les combats politiques, écrit Politiques des Saintes Ecritures qui parait à titre posthume, dans lequel il émet l’idée que la tolérance est une faute. Pour lui, la tolérance est un péché, c’est le soutient d’opinions fausses, une apostasie, c’est-à-dire le renoncement à la religion. Rome n’a accepté l’idée de tolérance religieuse que dans un texte voté par les cardinaux en 1965. Le problème s’est posé via la religion chrétienne, car les philosophes se sont retrouvés devant le problème d’une religion d’amour, de partage, de générosité, d’acceptation de l’autre, qui pourtant commet des massacres, des persécutions, des confessions forcées, etc.

Renan (1823-1892) écrit en 1863 La Vie de Jésus, à la même époque en Allemagne, le théologien et historien David Strauss (1808-1874) La Vie de Jésus, essaient tous deux de documenter grâce aux sources, la réalité de Jésus. Le père de ces travaux est Voltaire.

Le siècle des Lumières est un siècle violent 🡪 Chevalier de La Bar.

La réalité politique est intolérante, l’idée est alors nouvelle, marque l’histoire des idées. Le siècle chrétien du 4ème siècle a un grand mépris pour la tolérance, elle est un péché et cela, jusqu’en 1965. C’est alors un grand pas dans le monde intellectuel, de même qu’un problème pour les philosophes Lumières qui ne parvenaient pas à comprendre ce qui se passait dans la religion chrétienne (amour, tendresse, tolérance). Une fois les chrétiens persécutés, ils deviennent persécuteurs (croisades, massacres, etc.)

...

Télécharger au format  txt (20.1 Kb)   pdf (145.5 Kb)   docx (18.2 Kb)  
Voir 13 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com