LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Y a-t-il des vérités indiscutables ?

Dissertation : Y a-t-il des vérités indiscutables ?. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  25 Mai 2018  •  Dissertation  •  838 Mots (4 Pages)  •  327 Vues

Page 1 sur 4

Philosophie

OUNA        

BACHIR-AMINE

TS1

        « Y a-t-il des vérités indiscutables ? » Cette question commence avec un sens contradictoire mais d’abord essayons de définir le sens de « vérités indiscutables ».

Une vérité discutable est une propriété admise et prouvée.
Si quelque chose peut être discutable, cela signifie alors qu’il peut y avoir plusieurs avis sur cette chose, la vérité n’est donc pas vraiment établie. Mais aussi, dire que quelque chose est indiscutable, cela signifie qu’aucune discussion n’est envisageable. 
Donc, une vérité serait à priori, indiscutable. Comment pourrait-on alors affirmer qu'une vérité peut être discutable ?
C’est juste une histoire de bon sens...
Encore faut-il s’imprégner des points de vue différents pour nous en convaincre. 
En réalité, savons-nous vraiment ce qu’est une vérité ?
L’idée de vérité possède un caractère contradictoire ce qui nous mène à la négation de la vérité absolue. Pourtant, on se demande quelle valeur nous pouvons donner à une vérité...

        La vérité est à distinguer de la simple réalité : c’est un discours ou une pensée sur la réalité. C’est avoir une représentation exacte de la réalité, chercher un accord entre notre esprit et le réel.

Plus encore, la vérité porterait sur l’essence des choses, sur ce qu’elles sont en elles-mêmes, au-delà de leur apparence. Elle a alors un caractère stable et universel.

        C’est pourquoi, pour Platon, la vérité porte non pas sur la réalité sensible (ce que l’on voit, ce que l’on touche, etc..) mais sur une réalité « intelligible », accessible à la raison, et qui serait le monde des idées, essences qui composent et ordonnent notre réalité. Ainsi, la vrai beauté, ce n’est pas une belle jeune fille ou une belle lyre, c’est l’idée de beauté, c’est-à-dire ce par quoi toutes les choses belles sont.

        Une telle recherche suppose donc de vaincre les obstacles qui empêchent d’atteindre cette réalité intelligible. L’homme est, en effet, sujet à l’erreur (se tromper) ou à l’illusion (être victime de ses sens ou de ses désirs). Face à cette difficulté, il peut aussi préférer l’ignorance ou la simple opinion (pensée superficielle). Enfin, il peut vouloir se réfugier dans le mensonge lorsque la vérité contrarie ses désirs ou ses intérêts.

        

        Pour vaincre ces obstacles qui entravent la recherche de la vérité, on peut alors chercher, comme Descartes, à tout remettre en question, pour trouver une vérité indubitable. La proposition « Je pense donc je suis » est, en ce sens, pour lui, le modèle de vérité, en s’imposant comme évidence : impossible de penser si je n’existe pas car, pour penser, il faut être quelque chose, la vérité relèverait ainsi d’une intuition intellectuelle.

        

        Pourtant, il y a différentes vérités, selon les différents domaines de réalité : il y a ainsi des vérités de fait (« il pleut »), dont le contraire est possible, et des vérités de raison (2+2=4), dont le contraire est impossible. Les vérités de fait supposent une certaine expérience sensible, et les vérités de raison sont données par la raison seule.

        

        On peut donc s’interroger sur la valeur de la vérité. Les difficultés que pose sa recherche peuvent-elles, par exemple, autoriser le mensonge lorsqu’il s’agit de défendre une bonne cause ? Pour Kant, le devoir de sincérité est un devoir sans condition : je ne suis jamais sûr, en mentant, de rendre mon action (même bonne) efficace. Plus largement, la recherche de la vérité rend l’homme meilleur, plus courageux, plus en accord avec sa dimension spirituelle.

...

Télécharger au format  txt (5 Kb)   pdf (35.3 Kb)   docx (12.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com