LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La rhétorique

Fiche : La rhétorique. Recherche parmi 226 000+ dissertations

Par   •  19 Mai 2019  •  Fiche  •  837 Mots (4 Pages)  •  51 Vues

Page 1 sur 4

La rhétorique est née en Sicile à Syracuse alors qu’elle était une colonie grecque, au Vème siècle avant Jésus-Christ. Les fondateurs seraient Corax et Tisias. L’art de la rhétorique peut être ramené à l’art de l’éloquence, elle a d’abord concerné la communication orale et se divisait en cinq parties, l’inventio, la dispositio, l’élocutio, l’actio et la memoria. Par ailleurs, la rhétorique se compose de trois grands genres de discours, le discours judiciaire, le discours délibératif et le discours démonstratif. Platon qui n’est autre que le disciple d’Aristote distingue les bons philosophes des mauvais qui ne pensent pas comme lui: les sophistes. C’est ainsi que né un fossé entre deux clans. En effet, les sophistes perçoivent la rhétorique d’une manière différente de Platon et l’enseignent donc, par conséquent, d’une manière tout aussi différente. Le sophiste est en premier lieu un orateur et un professeur d’éloquence de la Grèce antique dont la culture et la maîtrise du discours en font un personnage prestigieux. Platon quant à lui est un philosophe de la Grèce classique qui élaborait sa propre pensée, il avait une vision différente de l’art de la rhétorique et en a écrit un dialogue « Gorgias » où il examine sa valeur politique et morale.

La rhétorique: Art du mensonge

Les plus grands sophistes furent Protagoras qui était expert en droit, Gorgias maître de la rhétorique, Prodicos l’un des premiers à étudier la science du langage et la grammaire et Hippias d’Elis qui prétendait tout savoir. Il y eut cependant un grand nombre d’autres sophistes qui ne cherchait uniquement la victoire des arguments face à leurs adversaires. C’est en partie pour cette raison qu’Aristote à qualifié d’agonistique cette pratique de la parole. Platon ne critique que modérément les grands sophistes cités plus haut, mais s’en prend à leurs disciples en le déconsidérant et les ridiculisant. Ses principaux reproches se portent sur plusieurs points, en particulier sur le fait que les sophistes font payer leurs leçons tandis que la sagesse ne peut être ravalée au rang de technè et que la faire payer serait la corrompre. Il n’hésitait pas à dire qu’ils étaient amoureux puisque leur enseignement pouvait servir tout autant à donner des armes à l’injustice, tandis qu’ils prétendaient donner une éducation à leurs élèves. Il remettait en cause leurs buts ainsi que leurs valeurs car ils préféraient l’efficacité, la victoire à la vérité.

Les sophistes utilisent donc la rhétorique comme outil afin de convaincre son auditeur, le convaincre d’une vérité ou pas. Il considère cette fatigue comme l’art de persuader et pour y arriver, pour rallier l’auditoire a sa propre opinion, il utilise la beauté des mots, son discours est beau, le but est de « bien dire » et non de « dire vrai », sa démarche est tout aussi calculée que son dialogue, c’est un « jeu d’acteur ». C’est pour cela que Platon et Socrate cherchent à réduire leur pratique à néant. Gorgias, pour défendre sa discipline, attire l’attention sur le pouvoir du discours. Selon lui, par le biais d’un mot bien choisi, dans un bau discours permet au rhéteur de convaincre son auditeur à penser comme lui. Cela peut donc pousser les hommes ainsi qu’à les engager à adopter un comportement

...

Télécharger au format  txt (5.3 Kb)   pdf (32 Kb)   docx (8.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com