LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Selon Montaigne, la nature humaine est-elle responsable du malheur des hommes ?

Dissertation : Selon Montaigne, la nature humaine est-elle responsable du malheur des hommes ?. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  17 Mars 2015  •  Dissertation  •  969 Mots (4 Pages)  •  1 563 Vues

Page 1 sur 4

Selon Montaigne, la nature humaine est-elle responsable du malheur des hommes ?

Pour débuter, je vous montrerai d’après la vision de Michel de Montaigne, philosophe humaniste du 16e siècle, si oui ou non la nature des humains est responsable du malheur des hommes. ¸ À vrai dire, oui elle y est pour quelque chose. Montaigne relate que nous devons d’avantage se connaître soi-même pour connaître le vrai bonheur. Certes, Il est septique au fait que l’humain connait tout, puisque nous sommes continuellement en changement. Finalement, il décrète avoir trois manières de vivre de manières authentique : Vivre à propos, savoir être à soi et savoir mourir.

En premier lieu, La philosophie de Montaigne, est une philosophie axée sur lui-même, l’humain est le point central. Il à écrit «La plus grande chose du monde c’est savoir être à soi.» C’est-à-dire, savoir où est notre place. Apprendre à ce connaître fais référence à nos actes et nos jugements. Cela définira l’existence heureuse ou pas que sera notre vie. L’humain est un sujet instable et changeant, il ne cesse d’évoluer. La connaissance absolue n’a pas sa place. Se connaître, comprend entre autre d’adhérer au principe que, nous ne nous connaîtrons jamais totalement. Montaigne, souligne qu’il faut continuer notre questionnement et de se construire sa propre définition d’autrui, au fur et à mesure qu’on évolue. Montaigne c’est inspiré de grands maîtres, plus spécialement Épicure qui disait : «Celui qui ne sait pas se contenter de peu ne sera jamais content de rien.»¯Il développa trois morales qui sert à une chose : vivre de manière authentique et sage , en créant pour chaque individu, une morale basé sur des bons fondements.

En premier lieu, Tout d’abord vivre à propos relate que pour atteindre le bonheur, il faut se contenter de peu, c’est-à-dire du strict nécessaire. Éviter d’en vouloir plus. Si je prends exemple de la tribu amazonienne que Montaigne à pour dire d’exemple parfait vivent de manière primitive «Ils sont encore en cet heureux point de ne désirer qu’autant que leurs nécessités naturelles leur ordonnent ; tout ce qui est au-delà est superflu pour eux.» , elle est prêt de la nature et lui obéisse. Elle n’éxige rien d’autre de ce qu’elle possède déjà. Cela veut dire que la nature ne nous demande rien de plus que d’être heureux avec ce que nous possédons déjà. «Les lois de nature nous apprennent ce que justement il nous faut». À dit Montaigne. Il mentionne aussi qu’il faut vivre avec modération les désirs mais pas pour autant les rejetés. Au contraire il mentionne dans son ouvrage «Il faut, dit- il, retenir, avec nos dents et nos griffes, l’usage des plaisirs de la vie que nos ans nous arrachent des poings les uns après les autres.» Il faut vivre nos passions pas les fuir. Certes, l’humain s’éloigne de ce qui est réellement nécessaire et devient dépendant du matériel et des désirs qui l’habitent. Ce qui nous éloigne de l’obtention du bonheur.

Ensuite, il y a le savoir être à soi .C’est le principe de s’accepter tel que nous sommes et de rejeté le désir d’être un individu que les autres aimeraient que nous devenions, car cela nous éloigne du bonheur encore une fois. « Il n’y a que vous qui sachiez si vous êtes lâche et cruel, ou loyal

...

Télécharger au format  txt (5.8 Kb)   pdf (73.2 Kb)   docx (10 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com