LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Conscience De Soi Et-elle Une Connaissance De Soi

Dissertations Gratuits : La Conscience De Soi Et-elle Une Connaissance De Soi. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  29 Novembre 2012  •  1 704 Mots (7 Pages)  •  1 770 Vues

Page 1 sur 7

La conscience de soi est elle la connaissance de soi ?

La conscience est un pouvoir de représentation permettant à l’homme d’avoir connaissance des choses et de lui-même. Il sait qu’elles existent et il a la connaissance immédiate de sa propre existence ainsi que de ses états et de ses actes. L’étymologie du terme conscience nous renvoie a un terme latin ‘cum scientia’ qui signifie ‘accompagné de son savoir’. Etre conscient c’est être présent à sa conscience ; savoir c’est savoir que l’on sait. Ainsi, une équivalence entre la conscience de soi et la connaissance de soi apparait. Il semble donc opportun d’étudié cette équivalence dans la question : la conscience de soi est elle la connaissance de soi ? Autrement dit, le fait d’avoir conscience de nos actes, de nos sentiments, ou de nos sensations nous permet-elle entièrement de nous connaitre ? L’enjeu philosophique sera d’étudier le rapport entre le fait d’être conscient et celui de se connaitre afin d’établir un lien entre la conscience et la connaissance de soi.

La conscience peut d’abord être définie par l’intériorité, et l’intériorité par l’ensemble de notre vie dite intérieure : pensées, sentiments, passions, émotions, sensations, états d’âme, etc… Cela suppose un “extérieur”, c’est-à-dire le monde des choses par opposition au monde de la conscience, ainsi que la présence d’une subjectivité personnelle. Notre expérience de la conscience semble immédiate : j’ai conscience d’agir, j’ai conscience de vouloir, j’ai conscience de connaître, d’exister. Ainsi dire de l’homme qu’il est un être doté de conscience signifie qu’il n’est pas une simple chose parmi les choses, un simple objet, mais qu’il est capable de se mettre à distance de lui-même et du monde. Pour Descartes, le ‘je pense’ est le signe du sujet conscient, du sujet qui se saisit en temps qu’être conscient. Apparait donc un dualisme de l’âme et du corps. Le corps est matériel est obéit donc aux lois de la mécanique tel un corps machine, alors que l’âme est immatérielle, considéré comme la substance pesante. Descartes dans sa recherche, met en place un doute hyperbolique et méthodique afin de remettre en cause les origines de la connaissance.

Il va donc vider le contenu de sa conscience, le ‘je pense’ se retrouve donc vide et sans aucun contenu. Peut importe ce que je pense, l’important est que je pense, et comme je pense, je suis, j’existe. Ainsi, la conscience de soit va apporter une connaissance de soi puisque désormais, je suis une chose qui pense. La conscience de soit est l’une des caractéristique du sujet car l’individu est capable de dire ‘je’ et donc de prendre conscience de son action dans l’espace temps. Nous retrouvons cette prise de conscience dans’ l’Odyssée’ d’Homère, ou le héro Ulysse se parle à lui-même pour retarder son désir de vengeance. On a un retour du sujet conscient sur lui-même en action. Le sujet devient alors l’objet de sa propre conscience et se saisit comme un ‘moi’.Cependant la conscience de soi, du ‘moi’ est difficile à expliquer. Dans l’œuvre de David Hume, intitulé ‘ Traité de la nature humaine’,nous retrouvons cette impossibilité de se saisir du ‘moi’ qui apparait seulement dans les perceptions extérieures telle que les sensations, ou intérieures telle que les idées dérivant de ces sensations. Pour Hume, toutes les perceptions sont perçu par un être, le ‘moi’ n’est donc plus une idée abstraite. On peut alors paraphraser le cogito de Descartes et avancé ‘ je me perçois, donc j’existe’.Mon existence est donc une suite de perceptions dont je me remémore les apparitions.

Cependant, si j’ai conscience de moi-même, si j’existe, cela suffit-il pour me connaitre ?

Grâce à la conscience, l'homme dispose d'une faculté qui lui permet d'avoir connaissance de toute son activité intellectuelle. Mais le fait d’avoir conscience de nos actes, de nos pensées ou de nos sentiments est insuffisant pour affirmer que je me connais moi-même. Le sujet étant en constante évolution, il est impossible de dire que celui-ci se connaisse entièrement n’étant pas figé dans un ‘je’ et étant constamment en devenir. C’est ce que nous affirme le poète Rimbaud à travers son ‘Je est un autre’. En effet, l’histoire d’un individu étant en train de s’écrire, elle n’est donc pas encore achevée. L’histoire du sujet et sa connaissance de soi se construisent en s’appropriant ce qu’il vit tout en se rattachant à ce qu’il a vécu. Le sujet est donc un être qui à conscience de ses souvenirs, donc de lui-même ; c’est cette conscience de soi en particulier qui fait de lui une personne. Plusieurs philosophes empiriques nous montrerons que la conscience psychologique s’incarne dans un être qui à conscience sa propre existence, un sujet

...

Télécharger au format  txt (10 Kb)   pdf (105.6 Kb)   docx (11.4 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com