LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Conscience De Soi Est-elle Une Connaissance De Soi

Commentaires Composés : La Conscience De Soi Est-elle Une Connaissance De Soi. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  15 Février 2013  •  499 Mots (2 Pages)  •  6 360 Vues

Page 1 sur 2

La conscience de soi est-elle une connaissance de soi ?

Exemple d'introduction

[Thèse de départ] Se connaître consiste à savoir qui l'on est, quelle notre identité. Pour parvenir à cette connaissance, l'homme dispose de sa conscience. Par exemple, si un individu ne pense qu'à lui-même, il est égoïste. Dès qu'il est conscient de ne penser qu'à lui-même, alors, il sait qu'il est égoïste. I) se connaît. J

s

[Objection à partir de laquelle poser un problème] D'un autre côté, un individu peut être égoïste et ne pas en avoir tout à fait conscience. Dans ce cas, il est égoïste mais, n'en ayant pas conscience, il ne se connaît pas.

D'où fe problème : d'un côté, (a connaissance de soi recquiert (a conscience de soi car un homme qui n'a pas conscience de lui ne peut pas se connaître ; mais d'un autre côté, la conscience de soi n'est pas suffisante pour se connaître.

Première partie :

\These de la partie] La conscience de soi constitue une connaissance de soi puisque le sujet, par la conscience a directement accès aux pensées qui le définissent.

[Thèse 1 ] En effet, les autres ne peuvent pas savoir qui je suis [argument] car les autres ne connaissent que les aspects extérieurs de mon identité. Par exemple, une personne peut sembler insensible et cynique dans ses actes, mais ses pensées ne sont pas dénuée de sensibilité et d'émotions. Son identité réelle n'est donc pas connue des autres. Ainsi, c'est la conscience de soi qui permet de savoir qui on est, bien mieux que le point de vue d'autrui : elle est bien une connaissance de soi.,

— ^)

[Thèse 2] D'autre part, la conscience de soi ne ment pas. [argument] En effet, il semble impossible, d'un point de vue logique, de se dissimuler une chose que l'on sait. Par exemple, je peux mentir à mes parents, et leur cacher la vérité en leur disant que je n'ai pas bu d'alcool à une soirée alors que je l'ai fait. Mais je ne peux pas me faire croire à moi-même que je n'ai pas bu ce soir là car j'en ai conscience. Ainsi la conscience me donne une connaissance vraie de qui je suis.,

[Thèse 3] Enfin, lorsque mes pensées ou mes actes échappent à ma conscience, ils ne définissent pas qui je suis. [Argument] En effet, personne ne peut être tenu pour responsable d'un acte commis sans conscience. Par exemple, un enfant qui casse un jouet sans le faire exprès n'est pas un enfant méchant comme l'est celui qui l'aurait cassé volontairement, en sachant ce qu'il fait. Ainsi, l'iderifté n'inclut que les actes et les pensées dont on a conscience : la connaissance de soi engage donc la conscience de soi.

Transition : la conscience de soi est bien une connaissance de soi. Néanmoins, il arrive que certaines pensées, certains actes me définissent sans pour autant que j'ai une conscience précise et explicite de ces pensées et de ces actes, la conscience de soi est une connaissance de soi mais cette connaissance n'est-elle pas aussi partielle ?

...

Télécharger au format  txt (2.9 Kb)   pdf (54 Kb)   docx (8.7 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com