LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Etude de cas la Soulterie

Compte rendu : Etude de cas la Soulterie. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  6 Janvier 2020  •  Compte rendu  •  1 334 Mots (6 Pages)  •  81 Vues

Page 1 sur 6

Question 1

Analyse de la situation de l’entreprise

Pour moi, la Soulterie relève d’une logique entrepreneuriale.

Dans son approche, J. Schumpeter dit que l’entrepreneur est « le pari de l’innovation » . Ici, on voit bien qu’Alain a toute les caractéristiques que décrit Schumpeter : « un talent immaginatif certain associé à une capacité d’anticipation intuitive des opportunités »..

Il explique aussi que la clé de la réussite pour une entreprise reposant sur cette logique est le dynamisme, ici on voit bien que les dirigeants cherchent à dynamiser cette entreprise après la reprise de cette dernière. (« ils parvenait à dynamiser une activité pourtant concurencée »

Pour conclure, nous pouvons dire que le réel pouvoir de l’entrepreneur est d’anticiper les opportunités pour pouvoir dynamiser sa société et donc pour pouvoir avoir du succès.

Question 2

On peut trouver plusieurs finalités et objectifs que se sont fixés les dirigeants. Tout d’abord des objectifs personnels qui sont quand même très importants pour la réussite de l’entreprise; car si les dirigeants sont motivés par une réussite personnel, ils le seront tout autant pour la réussite de leurs entreprise.

Tout d’abord, ils souhaitent « gagner en autonomie », ici on peut traduire que les deux dirigeants souhaitent se sentir plus libres, et ne pas être subordonnés à quelqu’un.

Ensuite, ils cherchent des « posters à fort degré d’indépendance et de responsabilités », donc on reprends également l’exemple du dessus pour ce qui est de la liberté de travail, mais on y rajoute le fait qu’ils cherchent à avoir des

responsabilités plus importantes, certainement car dans leurs précédents postes, ils ne devaient pas avoir assez de responsabilités et devaient donc faire un travail ennuyant et répétitif.

Pour terminer, les directeurs on un « besoin d’accomplissement de soi », ce qui prouve qu’ils sont motivés à réussir dans leurs carrières professionnels et donc réussir à avoir du succès avec cette entreprise.

Dans un deuxième temps, les dirigeants ont des finalités pour l’entreprise. Premièrement, une finalité financière, avec de nouvelles offres de marchés, de nouvelles propositions, l’embauche de nouveaux employés mais aussi le fait de developper et augmenter son entreprise ( chiffre d’affaire, nombre de clients et bien évidemment la rentabilité pour pérenniser l’entreprise). Les dirigeants, surtout Alain mettent un point d’honneur à garder leurs activités malgré la concurrence féroce des hypermarchés, et des grands groupes, donc ils cherchent de nouvelles opportunités comme par exemple développés le commerce local. Dans un deuxième temps, cette entreprise à une finalité sociétale, tout simplement car Conception à créer une association « Prim’livre » qui aide les jeunes auteurs pour la jeunesse à se lancer et à être publiés; mais aussi elle récupère les livres d’occasion et les distribuent dans des bibliothèques avec des moyens moins élevés, dans des zones tendues.

Question 3

Pour moi, l’entreprise n’est pas performante.

Outre le fait que les dirigeants cherchent à accroitre leurs clientèles et arrivent à anticiper les opportunités, les marchés et les contrats qui peuvent être bons pour l’entreprise; on nous montre aussi les « mauvais côtés » de l’entreprise.

Par exemple, les nouveaux marchés mais aussi les clients permanents on été perdus , du au fait que les dossiers ont été valider en retard par Alain, ils sont donc hors délais et ne sont donc plus recevables.

La rentabilité de l’entreprise ( minimisation des coûts par rapports aux revenus de l’entreprise) , est aussi une preuve de la non performance de cette dernière. Mais le directeur Alain, ne pense qu’aux ventes et jauge la rentabilité que comme ça. Les banques ne souhaitent donc plus accorder des emprunts à la Soulterie.

Les salariés sont de plus en plus mécontents, car pour eux les patrons ne se soucient pas de la réussite de l’entreprise (« c’est là ou ils travaillent, ce n’est pas la leur »). Les dirigeants ne comprennent pas non plus le fait que les salariés se plaignent de leurs salaires trop bas, car pour eux l’entreprise « il y a des clients, donc du profit à partager sous forme de hausse des rémunérations »

Alain explique lui

...

Télécharger au format  txt (8.7 Kb)   pdf (36.2 Kb)   docx (10.5 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com