LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Post-Taylorisme, nouvelles formes d'organisation du travail

TD : Post-Taylorisme, nouvelles formes d'organisation du travail. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  1 Juin 2013  •  TD  •  551 Mots (3 Pages)  •  3 222 Vues

Page 1 sur 3

Problématique:

En quoi les nouvelles formes d'organisation du travail sont-elles divergentes du Taylorisme tout en conservant certains de ses concepts ?

Dans un premier temps nous allons évoquer les similitudes entre le Taylorisme et les nouvelles formes d'organisation du travail, puis nous allons passer en revue les différentes ruptures.

I/ Les similitudes avec le Taylorisme:

a) La productivité, un objectif universel

Les anciennes et les nouvelles formes de l'organisation du travail ont un but en commun : réaliser des gains de productivité. Malgré les ruptures avec le Taylorisme les nouvelles formes d'organisation du travail conservent les grands principes .

La division verticale ainsi que la division horizontale autrement dit la parcellarisation des tâches sont toujours présentes. Cette double division reste présente dans le secteur secondaire mais aussi dans le tertiaire ( caissières...)

En effet, même si l'ouvrier a plus de responsabilités il n'est pas, pour autant, maître de ses outils,il ne reste qu'un maillon de la chaine.

b) La pénibilité dans le travail n’a pas disparu

Le travail a changé, la pénibilité aussi. De nouvelles contraintes sont présentes avec le pilotage par la demande : développement du stress. Additionné aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (contrôle par la hiérarchie, possibilité de travailler à distance donc à la maison etc) le stress au travail s’est développé.

L’objectif de productivité importe plus que le bien-être de la main d’œuvre, que son épanouissement dans le travail. Augmentation du nombre de suicides sur le lieu de travail. Exemple récent de l’entreprise France Telecom et même de Pôle emploi (entreprise publique).

De plus, le travailleur reste dépossédé de ses outils de travail, la polyvalence et l'autonomie peuvent combattre l'ennui mais les gestes répétitifs continuent d'être exercés. La chaine de montage ou le "travail a la chaine" reste un héritage persistant du Tayloro- fordisme, celle-ci contraint toujours les ouvriers à des cadences de travail élevées. Aujourd'hui, avec les nouvelles technologies les ouvriers font de moins en moins de mouvements mais 1/3 d’entre eux continuent à travailler à des cadences effrénées.

Les grands principes du taylorisme demeurent, ils s'étendent même au secteur tertiaire.

II/ Les ruptures avec le Taylorisme:

a)Une main d’œuvre polyvalente.

Les nouvelles formes d'organisation du travail mettent en place un système de rotation des postes qui permet la polyvalence des ouvriers. Les responsabilités sont donc plus importantes de par le système de rotation mais, aussi par l'enrichissement et l'élargissement des tâches. Ces nouveaux principes offrent alors aux ouvriers une autonomie plus importante, le concept de la flexibilité permet une réduction du temps de travail.

b) Une organisation du travail

...

Télécharger au format  txt (3.8 Kb)   pdf (62.7 Kb)   docx (9.3 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com