LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le principe de légalité

Documents Gratuits : Le principe de légalité. Recherche parmi 258 000+ dissertations

Par   •  29 Mai 2013  •  3 173 Mots (13 Pages)  •  707 Vues

Page 1 sur 13

Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche

Dissertations

Voir la version complète Dissertation : Principe De Légalité

Dissertation : Principe De Légalité

Imprimer Document!

S'inscrire - Rechercher de 155.000+ Dissertations

Catégorie: Philosophie

Soumis par: Roi 19 mars 2012

Mots: 3415 | Pages: 14

...

ependant, elle reste soumise au principe de légalité. Cela signifie que l'administration est soumise au droit même si elle contribue elle même à faire le droit (pouvoir réglementaire).

Les actes de l'administration doivent respecter toutes les normes qui lui sont supérieures c'est à dire la constitution, les traités internationaux, les lois et règlements, la jurisprudence et les principes généraux du droit.

L'administratif est la fois soumise au droit mais elle peut également créer du droit (règlement). Il s'agit donc de vérifier que les actes de l'administratif sont en adéquation avec les normes supérieures. Le juge administratif est le garant du fonctionnement légal de l'administration. Il a eut un rôle historique très important lorsque la loi était la norme suprême en France, il était le juge de la légalité. Aujourd'hui, c'est différent avec l'aspect constitutionnel et vis-à-vis des conventions, notamment le droit communautaire. Le principe de légalité s'élargit donc. C'est pour cette raison que ce principe de légalité évident pendant longtemps est devenu un principe complexe à cause de la multiplication des normes de références.

La question de la légalité est devenue un sujet de débat majeur même si on a eu une clarification en 2004.

Ce sujet va nous permettre d'étudier l'administration au travers du principe de légalité qui la soumet à certains critères, certaines obligations.

Ainsi, nous pouvons nous demander dans quelles mesures l'administration est-elle soumise au principe de légalité.

Dans un premier temps, nous examinerons les sources du principe de légalités (I), et dans un second temps, nous verrons qu'il existe des limites à ce principe (II).

I. Les sources de la légalité

Les règles de droit sont hiérarchisées entre elles. Il faut déterminer à quel niveau se trouve les règles et comment respecter cette hiérarchie. Au sein de l'administration, il existe une hiérarchie de l'autorité correspondant plus ou moins à une hiérarchie de normes juridiques. L'administration édite des règles générales mais prend aussi des normes individuelles, la hiérarchie entre les normes et les décisions individuelles. Dans un premier temps, nous étudierons les règles écrites extérieures à l'administration (A), et dans un second temps, nous analyserons les règles posées par le juge et celles édictées par la jurisprudence (B).

A. Les règles écrites extérieures à l'administration

Les sources de la légalité administrative sont les normes que le juge peut utiliser pour contrôler les actes administratifs. Historiquement, les actes administratifs devaient respecter la loi. Ce respect s'est étendu aux normes juridiques organisées hiérarchiquement.

Au sommet de cette hiérarchie se trouve la Constitution et son Préambule. George Vedel, ancien membre du Conseil Constitutionnel, a rappelé que même si le juge administratif n'a généralement pas à remonter jusqu'aux sources constitutionnelles pour trancher la légalité des actes administratifs car recourir à la loi suffit, parfois il est nécessaire pour lui de confronter un acte à un texte constitutionnel. La Constitution, norme suprême, s'impose directement à l'administration. Ainsi, quand l'administration prend une disposition contraire à la Constitution, le juge administratif prononcera son annulation. Le juge administratif est obligé de se soumettre à la Constitution pour prendre de nouvelles dispositions. Le Conseil Constitutionnel, si l'administration s'y refuse, peut vérifier la conformité d'une loi à la Constitution et censurer les actes administratifs. La Constitution établit les règles de fonctionnement de l'administration. Les articles 34 et 37 fixent le domaine de la loi et du règlement, les articles 13 et 21 lui donnent le pouvoir règlementaire et de nomination du Président de la République et du Premier ministre, les articles 19 et 22 concernent le contreseing des décrets et l'article 72 donne la libre administration des collectivités locales. Mais selon la théorie de l'écran législatif, le Conseil d'État refuse de sanctionner un acte qui prend directement son fondement dans une loi car celle-ci fait écran. En effet, le Conseil d'État n'est pas juge de l'exception de la constitutionnalité des lois. Selon l'article 62 de la Constitution, « les décisions du Conseil Constitutionnel s'imposent aux pouvoir publics et à toutes les autorités administratives et juridictionnelles ». L'administration est soumise à la Constitution. L'administration est également soumise au Préambule de la Constitution et à toutes les dispositions qu'il contient puisque c'est elle qui l'a consacré en 1960 (arrêt « société Eky ») comme ayant valeur constitutionnelle.

D'autre part, l'administration est soumise aux normes internationales. En effet, les traités sont appliqués par le juge administratif en vertu de l'article 56 de la Constitution qui donne une valeur supérieure aux traités par rapport à la loi (arrêt CE, 30 mai 1952 Dame Kirkwood). Le juge administratif accepte donc d'apprécier la légalité d'un acte administratif au regard de la norme conventionnelle internationale (arrêt Société cafés Jacques Vabre 1975 ; arrêt Nicolo 1989). L'administration est soumise au droit international car les dispositions qu'elle édicte sont inférieures dans la hiérarchie des normes. Désormais, le juge administratif vérifie si la loi, dont le règlement fait application, est conforme au traité. A défaut, il écartera la loi et déclarera le règlement illégal.

Enfin, concernant la loi,

...

Télécharger au format  txt (21.6 Kb)   pdf (203.1 Kb)   docx (15.9 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com