LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Affaire RANUCCI

Étude de cas : Affaire RANUCCI. Recherche parmi 283 000+ dissertations

Par   •  14 Novembre 2022  •  Étude de cas  •  574 Mots (3 Pages)  •  58 Vues

Page 1 sur 3

Mesdames et Messieurs les jurés,

En cet instant où je prends la parole pour Christian Ranucci, j’ai dans cette enceinte de justice face à moi trois adversaires. Vous, Maître Collard, qui avez su prêter votre voix aux parents de la petite Maria-Dolorès, vous Monsieur l’avocat général et vous Monsieur Ranucci ! Mon client ici présent a été victime d'une défaillance de la justice, victime d'un complot !

Christian Ranucci est innocent du crime dont il est accusé. Je plaide non coupable. Oui, je le sais Christian Ranucci a d’abord avoué. Et bien moi, je dis qu’au moment où il a avoué, cet homme n’était pas en possession de toutes ses facultés. Mais j’affirme que les aveux de Ranucci s’expliquent par son état psychique et qu’ils sont en contradiction avec les faits. Peut-on simplement imaginer le traumatisme qu’a vécu ce jeune homme ?

Il n’est pas le seul à avoir avoué un crime qu’il n’a pas commis. Sachez, Mesdames et Messieurs les jurés qu'il y a de nombreux cas comme celui-ci. Mais l’aveu n’est pas une preuve en droit français. Mesdames et Messieurs les jurés, ne vous fiez pas aux apparences. Juger en fonction de l’attitude qu’il a manifestée, ce serait oublier de juger.

A présent laissez moi vous énumérer les zones d'ombres de cette affaire.  

Que penser de la déposition du couple Aubert ? Ce sont les témoins clefs de l’accusation. Et pourtant ce couple d’automobilistes n’a cessé de varier leurs déclarations. Leur témoignage est rempli d’incohérences et d’impossibilités. Les Aubert parle premier d'un un jeune homme avec un paquet entre les bras. Puis, au fur et à mesure de leurs interrogatoires, ils changent de versions, pour finalement décrire une petite fille en short blanc. Comment un tel témoignage peut-t-il être retenu ? Je m’étonne également que la police ait recherché pendant plusieurs le couteau sur les lieux du crime. Pourquoi le commissaire Alessandra n’a-t-il pas conduit Ranucci sur place alors qu’il venait de passer des aveux. On aurait bien vu alors si Ranucci était capable de désigner l’endroit où se trouvait l’arme du crime.

Puis Je m’étonne que l’accusation puisse accorder la moindre importance à la présence de sang sur le pantalon bleu que portait Ranucci puisque le sang peut provenir d’une plaie à sa jambe comme l’atteste un certificat médical.  

Ensuite, s’il avait été coupable, pensez-vous qu’il serait rentré paisiblement à Nice sans même faire disparaître de son coffre le pantalon et les lanières de cuir que l’on brandit aujourd’hui pour l’accuser ?

Et pour finir je tiens à faire remarquer que la juge n'auditionnera jamais le frère de la victime, pourtant témoin clé de l'enquête sans doute car il n'a pas reconnu Christian Ranucci lors de la confrontation.

Je suis une femme. Et en tant que tel, je hais la peine de mort. Je ne serai jamais aux côtés de ceux qui la réclament, de ceux qui la donnent, jamais je ne serai aux côtés du guillotineur. Je suis consternée par ce qu’on vient de demander. Il s’agit de décider si cet homme de 20 ans doit vivre ou mourir. Si vous accordez la peine capitale, vous ferez reculer la civilisation de cinquante ans. En donnant la mort à Ranucci, vous deviendriez bourreau. Je vous demande donc de ne pas condamner mon client à la peine de mort tout simplement parce que ses aveux ont été acquis de façon équivoque, mais d’abord parce que le dossier est fragile et comporte d’immenses lacunes.

...

Télécharger au format  txt (3.5 Kb)   pdf (9.9 Kb)   docx (35.9 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com