LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Troy duster

TD : Troy duster. Recherche parmi 231 000+ dissertations

Par   •  13 Décembre 2015  •  TD  •  1 189 Mots (5 Pages)  •  317 Vues

Page 1 sur 5

Le texte que nous devons étudier a été écrit par un célèbre professeur en sociologie Mr Troy Duster. Mr Duster, né en 1936, est le petit-fils d’Ida B. Wells, célèbre écrivain, militante et journaliste d’investigation. Elle fut aussi reconnue pour son implication contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Sans exploiter la notoriété de sa grand-mère, Troy Duster poursuivit des études de journalisme et de sociologie. Après l’obtention de son doctorat en 1962, il écrivit de nombreux articles militants pour l’ouverture de l’enseignement supérieur aux personnes ethniquement exclus et devint un mentor pour de nombreux doctorants dans ce cas. En 1994, Mr Troy Duster, en collaboration avec Mme Laetitia Devaux, écrit un texte intitulé : « Dépistage génétique et résurgence de l’eugénisme ». Dans ce texte les auteurs luttent particulièrement contre l’eugénisme, c'est-à-dire l’ensemble des méthodes qui ont pour base la croyance en une hiérarchie des génotypes, et ayant pour but de mener le patrimoine génétique humain, notamment par l’utilisation abusive de la médecine et des avancées scientifiques, vers un idéal prédéterminé (étymologiquement, eu-génisme = le bon-gène). L’utilisation des tests de QI pour réguler l’immigration a été une pratique dérivée de cette idéologie, ce qui a eu pour effet de stigmatiser une minorité. Les auteurs se battent contre les idées préconçues sur les gènes, notamment en dénonçant ce genre d’utilisation des outils scientifiques. L’auteur met en garde contre la prévention de handicaps et autres troubles sur la simple base de préjugés raciaux couplés à une sur-généralisation abusive des données génétiques, dont on observe la résurgence de nos jours. J’ai choisi d’examiner un contre-argument avancé par l’auteur dans le chapitre intitulé Génétique, crime, violence et race. Dans ce chapitre Mr Duster expose les déviances liées au Projet de génome humain, programme de séquençage complet de l’ADN, il veut montrer que les gènes, ici le caryotype 47 XYY, n’engendre pas spécifiquement un comportement violent. Ce contre argument s’appuie sur la dénonciation d’une étude menée en 1965 par Jacobs dans une prison écossaise. Cette dernière avance la thèse que les hommes atteints d’un « défaut de chromosome», ce qui implique que les hommes possédant un caryotype 47 XYY, auraient des prédispositions à être violent à cause du chromosome Y surnuméraire.

Le syndrome 47 XYY est une anomalie rare survenant aléatoirement, elle affecte environ 1 homme sur 1000 et elle ne touche que les hommes (MG. Linden and al). Ce syndrome n’est pas héréditaire, il est dû à une anomalie de la ségrégation des chromosomes généralement paternels (Rhoshel K Lenroot) qui peut se produire durant la première ou la seconde méiose lors de la conception. Très rarement cette mutation est post-zygotique, c'est-à-dire qu’elle survient dans l’œuf déjà fécondé. On parle de syndrome 47 XYY car les patients possèdent 47 chromosomes au lieu de 46, ce qui est dû à la présence du Y surnuméraire. D’autres recherches depuis la parution de cet article en 1965 ont été menées pour comprendre le lien entre ce caryotype et les possibles comportements qui en découlent. Une étude faite en 1999 (Götz and al), porte sur le devenir de nourrissons atteints du syndrome de XYY. Elle fait écho à la thèse avancée par Troy Duster sans pour autant s’opposer à l’étude de 1965. Ce papier écrit en 1999 explique que les enfants touchés par ce syndrome sont plus susceptibles d’avoir des comportements antisociaux ou marginaux mais en aucun cas cette expérimentation ne conclut que les garçons atteints par ce syndrome ont plus de chance d’être violents. On peut dire que cette étude utilise un échantillonnage possiblement plus représentatif que l’étude faite sur la population carcérale en 1969 car cette dernière analyse la proportion de détenus violents et touchés par un caryotype XYY mais sans utiliser de groupe contrôle, ce qui fausse la corrélation entre le génotype et le phénotype. Une seconde étude portant sur le phénotype clinique et la détection du syndrome 47, XYY (Bardsley MZ and al, 2013) explique

...

Télécharger au format  txt (8.3 Kb)   pdf (103.8 Kb)   docx (11.1 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com