LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Développement de l’unité commerciale (DUC) exposé: les ventes de Noël

Dissertations Gratuits : Développement de l’unité commerciale (DUC) exposé: les ventes de Noël. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  25 Février 2014  •  969 Mots (4 Pages)  •  391 Vues

Page 1 sur 4

Les ventes de Noël (novembre-décembre), qui représentent 20% du chiffre d'affaires de l'année, ont atteint 9 milliards d'euros soit 19% de plus qu'à Noël 2011.

Le climat économique semble peser sur le secteur puisque les ventes avaient progressé de 13,9% au premier trimestre. La décélération est particulièrement significative en juin avec une croissance de "seulement" 10,5%.

Autre point inquiétant, malgré la hausse des transactions de 19% (à 99,6 millions), le montant du panier moyen continue à baisser. Le recul est de 4,94%, soit 4,32 euros, sur un an, passant de 87,30 à 82,98 euros, et de plus de 3% sur trois mois. C'est son niveau le plus bas depuis 7 ans. www.zdnet.fr 10/09/2013

Freins :

Le premier frein, pour les nouveaux clients potentiels, est la difficulté de retourner les marchandises en magasins. Certes, de nombreuses enseignes ont développé le « click and collect » (retrait sur site d'un produit commandé sur la Toile). C'est le cas de la Fnac ou, plus récemment, de Darty qui permet de retirer dans des casiers des produits commandés deux heures auparavant. Mais les difficultés logistiques empêchent encore nombre d'acheteurs déçus de rendre ou d'échanger en magasin un produit acheté sur le Net. C'est rédhibitoire en temps de crise, alors que près d'un client sur deux (49 %) plébiscite ce service.

Par ailleurs, les craintes sur la sécurité des données en ligne et les efforts des enseignes traditionnelles pour améliorer l'expérience magasin expliquent la frilosité des consommateurs à l'heure de faire leurs emplettes sur la Toile.

Dans ce contexte, les pure players (Amazon, Cdiscount) s'en sortent un peu mieux, grâce à une politique de prix agressive, à leurs efforts sur le service et à un élargissement de l'offre. Récemment, ces sites marchands se sont par exemple lancés dans les produits d'épicerie, alors même que l'alimentaire figure encore parmi les produits les moins achetés sur la Toile. « Ces sites marchent bien car le prix et l'attrait de la promotion sont plus que jamais passée au premier plan des critères des cyberacheteurs, poursuit Anne-Lise Glauser, alors que l'argument confiance, sur lequel jouent les enseignes traditionnelles, est passé au second plan. » Celles-ci ont toutefois une marge de manoeuvre pour convaincre les web-acheteurs : en témoignent la Fnac, Leclerc ou Kiabi. Ils ont pris assez tôt le tournant du Web et figurent aujourd'hui parmi les dix acteurs multicanaux préférés des Français. Le Figaro, 13/11/2013

http://tpe-e-commerce.doomby.com/pages/avantages-et-inconvenients/

SECTEUR :

SUR 2 MILLIONS DE TPE ET PME EN FRANCE,

95% N'ONT PAS DE VRAI SITE MARCHAND.

http://www.achat-ville.com/notre-actualite/95-e-commerce-le-top-des-secteurs-d-activites-02-septembre-2013.htm

Les internautes achètent-ils plus de vêtements en ligne ou bien de livres ? De séjours à l’étranger ou du matériel de sport ? A moins que le plus grand succès ne revienne aux produits alimentaires ?

Avec des débuts concentrés à l’univers des produits numérique, le e-commerce s’est progressivement développé sur tous les secteurs d’activités. Découvrons aujourd’hui lesquels sont les plus concernés.

...

Télécharger au format  txt (6.4 Kb)   pdf (88 Kb)   docx (10.9 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com