LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

BTS MUC cned devoir 1 eco

Étude de cas : BTS MUC cned devoir 1 eco. Recherche parmi 230 000+ dissertations

Par   •  26 Décembre 2018  •  Étude de cas  •  655 Mots (3 Pages)  •  91 Vues

Page 1 sur 3

Nom du professeur correcteur :

Note :

Observations générales :

Rédigez votre texte :

Analyse d’une situation économique

Bilan annuel de l’ICCO, Institut international du cacao

Le cacao est une matière première que nous savons aujourd’hui en danger et en difficulté, victime de nombreuses inégalités, d’où l’existence de notre institut. Le bilan suivant vise à présenter de façon succincte le marché, présenter des exemples où la situation d’inégalité est très présente, et quelles mesures sont mises en place dès cette année pour contrer cela.

Comme vous le savez, le marché du cacao est constamment en cours d’évolution, à la hausse. En effet, la demande augmente sensiblement (environ 1,5% de plus par an), et l’arrivée sur le marché de pays émergents comme la Chine ou l’Inde ne fait qu’augmenter cette demande.

C’est un marché qui va pourtant bientôt rencontrer des difficultés, qui entraîneront sans aucun doute une hausse des prix, qui ont déjà atteint en 2013 le prix de 2564dollars la tonne.

Si la demande accroît, la production de cacao est elle longue et fastidieuse (8ans de culture pour qu’un cacaoyer puisse produire des cabosses), assez fragile (sensible à la chaleur, et donc au réchauffement climatique, à de nombreux virus qui fragilisent les plantations. La production a lieu dans des pays en voie de développement, proches de l’équateur, comme le Ghana, la côte d’Ivoire, le Cameroun, le Togo… qui n’ont pas les moyens d’améliorer leurs installations pour un meilleur rendement. De plus l’âge du producteur moyen se fait vieillissant et peu de jeunes veulent prendre la relève. Si de nouvelles terres de culture sont possibles, il est fort probable qu’elles soient défendues de la déforestation par les associations de protection de l’environnement… Tout ceci amènerait à une pénurie de cacao d’ici 2020.

Cependant, on projette qu’une hausse des prix entraînerait de façon paradoxale une hausse de l’offre… En effet les producteurs protégeront mieux leurs plantations et redoubleront d’efforts afin d’avoir un meilleur rendement. De nouvelles terres à cultiver devraient émerger notamment en Amérique centrale et du sud.

Le marché présente également de nombreuses inégalités : au Cameroun notamment, on constate d ‘énormes écarts de prix sur le kilo de cacao d’une ville à l’autre. En cause, le manque d’information des petits producteurs, qui ne sont donc pas assez renseignés pour pouvoir négocier leurs prix face à des acheteurs qui eux connaissent parfaitement les variations du cours du cacao. Cela fragilise les petits producteurs.

On met en place dans les villages, parfois très reculés, lorsqu’un accès internet est possible, des systèmes tels qu’INFOSHARE, pour informer les producteurs de l’état du marché. Là où internet n’est pas accessible, les émissions diffusées par radio leurs permettent de se tenir au courant du cours, fixer ainsi des prix équitables.

Autre exemple, en Afrique de l’Ouest, il est assez compliqué pour les producteurs d’améliorer leurs structures, et ils sont grandement fragilisés par le réchauffement climatique, pas toujours aptes à fixer leurs prix. Ces pays ci produisent pourtant 70% de la production mondiale, qui profite énormément aux pays du nord économique, leurs principaux acheteurs.
Ces pays sont victimes d’externalité, et essayent donc de se protéger en prenant des mesures, en créant des labels par exemple, afin de se démarquer : appellation d’origine contrôlée, bio, commerce équitable…

Une intervention du gouvernement peut être cependant une des meilleures solutions pour protéger ses petits producteurs : c’est le cas de la Côte d’Ivoire.

Une meilleure gouvernance est décidée pour le marché du cacao ( un des premiers au monde) : recenser les producteurs et organiser le secteur : développer une économie durable en établissant des partenariats entre le public et le privé, une concurrence plus saine…

A cela s’ajoute également des mesures de protection de l’environnement, contre la déforestation. Rappelons que le réchauffement climatique affecte le secteur du cacao, et qu’il est tout a son intérêt des producteurs comme du gouvernement de se ranger aux côtés des associations pour l’environnement…

Commentaires du correcteur :

...

Télécharger au format  txt (4.4 Kb)   pdf (113.7 Kb)   docx (24 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com