LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Du marché du cannabis au marché du THC en France. Implications pour le système d’offre et les politiques de lutte contre les trafics illicites de stupéfiants.

Étude de cas : Du marché du cannabis au marché du THC en France. Implications pour le système d’offre et les politiques de lutte contre les trafics illicites de stupéfiants.. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  21 Novembre 2016  •  Étude de cas  •  2 550 Mots (11 Pages)  •  357 Vues

Page 1 sur 11

Du marché du cannabis au marché du THC en France. Implications pour le système d’offre et les politiques de lutte contre les trafics illicites de stupéfiants.

Christian BEN LAKHDAR et David WEINBERGER

2011/01 - n°7

Pages 123 à 145

[pic 1]

INTRODUCTION :

« Du marché du cannabis au marché du THC en France. Implications pour le système d’offre et les politiques de lutte contre les trafics illicites de stupéfiants » est un article écrit par Christian Ben Lakhdar, enseignant chercheur en Economie à Lille  et David Weinberger chercheur au centre Berkman d’Harvard. Le thème mis en avant dans cet article est l’économie souterraine qu’il est par ailleurs, difficile à chiffrer. Ils vont s’intéresser à l’évolution de la structure du marché du cannabis en France entre 1970 et 2008, en se concentrant plus particulièrement sur la diversification des produits proposés sur le marché ainsi que sur celle des distributeurs. La diversification des produits liés au cannabis a entrainé une diversification des marchés propres à chaque produit. Les auteurs ont donc englobé ces produits dans un véritable « marché du THC » (thétrahydrocannabinol) et non plus seulement du cannabis. Christian Ben Lakhdar et David Weinberger veulent nous montrer à travers cet article, que les changements qui s’opèrent sur le marché du cannabis dû à sa maturité, sont à l’origine de l’évolution des structures de l’offre et donc des moyens mis en place dans le combat  contre le trafic de stupéfiants. Les auteurs cherchent donc à faire une radiographie de l’offre qui a beaucoup évolué depuis les années 70 en raison d’un marché qui a atteint une certaine maturité. Cela permet donc, de mieux cerner les offreurs et d’ainsi pouvoir également mieux les réprimer. Cette radiographie de l’offre sur les marchés illicites de l’Economie souterraine permet de réellement cibler la composition de ces marchés, ce qui accroit l’efficacité du combat contre le trafic de stupéfiants.

Des données quantitatives sont utilisées par les auteurs, « taux de prévalence, estimations des volumes consommés, prix des différents produits, saisies de plants, découvertes de plantations et les mis en cause », des données qualitatives permettent également de soutenir leurs travaux «  provenant à la fois des services répressifs européens et français et d’entretiens semi-directifs avec des cannabiculteurs français… Enfin des travaux académiques reposant principalement sur une approche ethnographique des cannabiculteurs européens ont été pris en compte ».

           Pour répondre à la problématique choisie, le plan de cet article se présente comme suit : dans un premier temps, la description du marché du cannabis, découpé de manière classique entre demande, offre et prix. Dans un second temps sont abordés les indices d’une modification du marché français du cannabis. D’une part avec la présence de magasins spécialisés dans la vente de matériel permettant de cultiver du cannabis se confirme sur tout le territoire mais les saisies de plants issus parfois de grandes exploitations sont en augmentation. Pour finir, les implications de ces changements sont discutées aussi bien du point de vue de l’importateur de résine de cannabis que de celui des forces de l’ordre en charge de la lutte contre les stupéfiants. Une description du marché est faite, suivi des preuves de changement du marché et enfin, l’impact de ces changements sur la structure de l’offre ainsi que sur sa répression.

RESUME ET ANALYSE CRITIQUE :

     Le marché du cannabis est en constante mutation. En effet, la demande a doublé en quinze ans, c’est au début des années 90 selon l’Observatoire Français des drogues et des toxicomanes que la demande s’est accélérée. Cependant, on peut observer la stagnation de la demande, voire même son recul et en particulier chez les jeunes.

Cela peut s’expliquer par une diminution de la facilité à se procurer le stupéfiant.

       Le cannabis est principalement issu de l’importation (Maroc et Pays-Bas principalement), le plus souvent par voie terrestre. Néanmoins, les chiffres de l’origine du stupéfiant peuvent être erronés en raison de divers problèmes de données qui peuvent rendre l’information fausse.

       La distribution de stupéfiants suit un schéma complexe, plus on descend le long de la chaîne de distribution et plus on a des risques de se faire arrêter, ce qui explique une augmentation du produit à cette échelle là du marché. En d’autres termes, plus il y a de risques pour le vendeur et plus le prix du produit sera élevé. Les plus touchés par la répression, ne sont pas les trafiquants mais bien souvent les consommateurs. Cette répression se focalise donc quasi exclusivement sur eux.

       Christian Ben Lakhdar et David Weinberger prennent en compte deux variables. D’une part le couple prix-quantité et d’autre part le couple prix-qualité. Ce dernier, ne dénote pas une augmentation de l’offre mais une diminution de la qualité qui amène à une stagnation ou à une augmentation du prix exprimé en grammes de la substance à l’origine des effets recherchés par le consommateur (endogènes).

        L’état de l’offre mondiale, les conditions climatiques, le niveau de répression, le niveau de la sanction juridique sont d’autres facteurs qui affectent le prix du produit. La quantité achetée influe sur le prix exprimé en grammes car le détenteur de cannabis ou le  grossiste doit impérativement écouler sa marchandise afin d’éviter tout risque d’en avoir en sa possession. Selon Caulkins et Padman, l’élasticité prix-quantité est inférieure à 1, ce qui veut dire que lorsque la quantité double, la vente double, et le prix lui au contraire augmente moins et donc ne double pas.

        On constate que le marché de la résine de cannabis comparé au marché de l’herbe de cannabis est celui qui a évolué, car entre 1998 et 2006, le prix de la résine a diminué alors que la quantité en termes de proportion de T.H.C dans le produit, n’a pas changé. Or même si le prix de l’herbe a augmenté, le prix de la résine a lui aussi augmenté, ce qui ne nous permet pas de conclure à un changement significatif sur ce marché. Ceci s’explique par l’attirance des consommateurs pour l’herbe due à l’augmentation du prix.

...

Télécharger au format  txt (15.9 Kb)   pdf (182 Kb)   docx (75 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com