LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La littérature, un moyen efficace pour lutter contre les injustices sociales

Dissertation : La littérature, un moyen efficace pour lutter contre les injustices sociales. Recherche parmi 274 000+ dissertations

Par   •  1 Mai 2018  •  Dissertation  •  630 Mots (3 Pages)  •  3 599 Vues

Page 1 sur 3

Sujet : Dans Le joujou du pauvre, Baudelaire emploie la forme de l’apologue pour défendre l’égalité sociale. Dans quelle mesure la littérature est-elle un moyen efficace pour lutter contre les injustices sociales ?

   De tous temps les écrivains, défiant parfois la censure, se sont exprimés

contre les injustices et ont pris position contre les inégalités. Dans son discours lors de la remise du prix Nobel de littérature en 2008, Le Clézio affirme : « Agir, c’est ce que l’écrivain voudrait par-dessus tout. Écrire, imaginer, rêver, pour que ses mots […] changent les esprits et les cœurs, ouvrent un monde meilleur. » Le Clézio s’inscrit ainsi dans la continuité de générations d’écrivains comme Montaigne, Voltaire ou Hugo qui n’envisagent leur travail qu’à travers une forme d’engagement. Mais dans quelle mesure la littérature peut-elle être un moyen efficace pour lutter contre les injustices sociales ? Pour accomplir sa mission, l’écrivain dispose de multiples moyens d’expressions. Dans un premier temps nous examinerons comment dénoncer les injustices à travers l’ironie, voire le rire, pour envisager ensuite la question par le biais de l’émotion et enfin nous verrons comment convaincre par la force de la raison.

   Pour traiter de sujets graves, les écrivains adoptent parfois une certaine forme de

légèreté. Au XVIIe siècle, La Fontaine dénonce dans Les Fables une société hiérarchisée et inégalitaire à travers l’ironie et la satire tandis que Molière fait appel au rire pour tourner en dérision la société de son temps. Il défend notamment la condition des femmes dans L’école des femmes. L’écrivain séduit par le rire le lecteur qui tend ainsi à adhérer à la thèse de l’auteur. La caricature et le dessin satirique qui égratignent toutes les formes de pouvoir ont la même fonction de dénoncer les injustices.

   Toutefois, l’émotion reste la première réaction face aux injustices. C’est pourquoi, le registre pathétique et le récit réaliste permettent de susciter une forme d’empathie chez le lecteur face à des situations de souffrance ou de profonde injustice. Ainsi Victor Hugo raconte les malheurs de Cosette et la mort de Gavoche dans Les Misérables et Primo Levi évoque les camps de concentration nazis dans Si c’est un homme, Les élans lyriques de la poésie peuvent également se faire l’écho de revendications égalitaires comme du combat contre le racisme. Dans le poème Ma Négritude, Aimé Césaire évoque la violence de l’esclavage imposé par l’homme blanc dans un but didactique qui est celui de conserver la mémoire des erreurs passées.

   Enfin, la littérature peut également communiquer de manière explicite l’engagement des écrivains à travers les formes d’argumentation directe. Montesquieu prend position contre l’esclavage dans l’Esprit des Lois, Hugo s’insurge contre la guerre dans un discours prononcé au Congrès de la paix à Paris en août 1849 et Zola dans un virulent pamphlet « J’accuse » publié dans l’Aurore, prend la défense du capitaine Dreyfus injustement accusé de trahison. Par la force du raisonnement logique et d’une argumentation rigoureuse, l’écrivain dénonce les injustices et tente de construire « un monde meilleur » pour reprendre l’expression de Le Clézio.

...

Télécharger au format  txt (4.1 Kb)   pdf (49.4 Kb)   docx (296.7 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com