LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La Chanson Du Mal Aimé, Apollinaire

Dissertation : La Chanson Du Mal Aimé, Apollinaire. Recherche parmi 259 000+ dissertations

Par   •  4 Avril 2012  •  4 390 Mots (18 Pages)  •  4 347 Vues

Page 1 sur 18

« LA CHANSON DU MAL-AIME », GUILLAUME APOLLINAIRE (Alcools)

INTRODUCTION

« La Chanson du Mal-Aimé » fait partie du recueil Alcool de Guillaume Apollinaire. Ce poème constitue avec « Annie », « L’émigrant de Landor Road », et « La Dame », le cycle d’Annie, référence à la jeune anglaise Annie Playden, rencontrée en 1901, dans une famille de la noblesse allemande par laquelle il avait été engagé comme précepteur. La jeune fille avait promis de l’épouser, mais, de retour chez elle, à Londres, ayant pris peur devant la passion amoureuse du jeune homme, elle revient sur sa parole. Rentré de son côté à Paris, Apollinaire entreprend par deux fois, en septembre 1903 et en mai 1904, un voyage pour Londres afin de la reconquérir. En vain. Annie s’embarquera pour les États-Unis où elle restera et se mariera.

Commencée sous l’emprise du désespoir en 1903, après le premier voyage du poète, « La Chanson du mal-aimé » est un très long poème à la structure particulière où se mêlent complexité et rigueur. Composé de cinquante-neuf quintils octosyllabiques, soixante si l’on comprend la dédicace à Paul Léautaud, le mouvement du poème reconstitue le parcours angoissé d’un mélancolique : le Mal-Aimé.

Le titre de « La Chanson du Mal-Aimé » présente d’emblée un néologisme. Guillaume Apollinaire invente le terme de « mal-aimé » créé sur le modèle de « bien aimé » et s’opposant à lui. Ce terme suggère alors un amour malheureux. Il s’agit donc d’un récit d’échec sentimental où dominent souvenirs, souffrance et désillusion. Quant au mot « Chanson », également contenu dans le titre, il évoque le genre lyrique.

Premièrement, nous aborderons la structure du poème et sa place au sein du recueil, puis nous traiterons la valeur métaphorique des lieux évoqués et l’atmosphère qui s’en dégage. Et nous terminerons par expliquer le sens du poème et l’ambivalence qui en découle, tout en menant au surréalisme.

(PARTIE 1)

Le poème, si l’on convient que la dédicace en fait partie, se compose de 60 quintils qui pourraient se décomposer ainsi : 15/3/6/3/15/7/11. On remarque une symétrie entre les parties de 15 et 3 quintils axés autour de la médiane composée de 6 quintils. Le 6 représentant symboliquement le mouvement de la lumière, donc compte tenu de la construction du poème, représente le mouvement du mal vers le bien et d’un point de vue physique le mouvement de la lumière contre une surface réfléchissante à une valeur métaphorique d’effet miroir de cette même structure (15/3/6/3/15).

La symétrie est suivie par deux groupes respectivement composés de 7 et 11 quintils. Le 7 qui pourrait représenter les 7 plaies d’Egypte, ou encore les 7 péchés capitaux, tout ça se rapprochant de la thématique de l’amour et de la trahison amoureuse. De plus, l’étymologie du mot « sept » provient du mot « shabbat » qui par la suite donne « sabbat », jour de repos du seigneur. Le sabbat est évoqué par trois fois dans le poème (Quintils 19, 25 et 36). Le 11 quant à lui, est symbole de force, placée sous la protection du dieu Mars (le retour de Mars est notifié quintil 17 au sein de l’Aubade).

Trois intermèdes se démarquent de l’ensemble, sorte de mouvement additionnel au centre de l’œuvre musicale. Ils se remarquent par leurs titres autonomes et une typographie différente et une capacité d’indépendance. Ce sont en quelques sortes des poèmes dans le poème.

Le premier, « Aubade chantée à Laetare un an passé » (Q16 à 18) est le seul passage heureux de l’œuvre, comme une respiration. Sachant que Laetare représente la 4ème dimanche de Carême, considérée comme une pause durant le déroulement de celui-ci.

Le second intermède est la « Réponse des Cosaques Zaporogues au Sultan de Constantinople » (Q25 à 27). Les Cosaques Zaporogues sont une organisation socio-politique et militaire essentiellement libres. Le sultan de Constantinople a tenté de les rallier à lui, tout en leur demandant de trahir la Russie et le Christ. Cet intermède est une réponse violente qui traduit la révolte du poète, du « mal-aimé » envers l’infidélité.

Enfin, le troisième intermède est « Les Sept Epées » (Q43 à 49) se rapportent à la mort ou la trahison. Comme une errance du poète au gré de ses souvenirs et divagations. Peut-être un besoin de fantaisie sur fond désespéré afin d’exorciser sa peine.

De plus, les thèmes s’organisent autour de 2 refrains. Le premier :

« Voie lactée ô sœur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d’ahan

Ton cours vers d’autres nébuleuses »

Il apparaît trois fois, la première étant au quintil 14, la seconde au quintil 28 et enfin, au quintil 50. Ce refrain représente l’amour et la réflexion des hommes face à leur destin.

Le second refrain :

« Moi qui sais des lais pour les reines

Les complaintes de mes années

Des hymnes d’esclaves aux murènes

La romance du mal aimé

Et des chansons pour les sirènes »

Il apparaît deux fois, la première au quintil 20 et la seconde au quintil 60, ce refrain achève « La Chanson du Mal Aimé ». Ce refrain représente la puissance créatrice de la poésie et donc, l’espoir.

Les thèmes s’organisent principalement autour du premier refrain par un enchaînement répétitif dont l’intensité va en graduation. On peut alors les résumer ainsi : un souvenir entraîne l’évocation de l’amour heureux, puis en opposition et sans transition, une réflexion sur le présent malheureux qui aboutit inlassablement au rejet de l’amante infidèle, donc l’amour considéré comme faux. Ce schéma est chaque fois suivi du 1er refrain. Schéma, plus au moins long, qui se reproduit trois fois : quintils 2 à 13, quintils 15 à 27 et enfin quintils 29 à 49.

Après la troisième apparition du 1er refrain (Q 50), cet enchaînement laisse place à la désorganisation : la folie et la mort envahissent le poème.

Le 4ème fragment (Q 50 à 60) débute donc par le 1er refrain, celui de l’amour, et s’achève

...

Télécharger au format  txt (26.8 Kb)   pdf (235.9 Kb)   docx (19.9 Kb)  
Voir 17 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com