LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire de texte sur l'acte 1 scène 1 de la pièce de théâtre Dom Juan de Molière

Dissertations Gratuits : Commentaire de texte sur l'acte 1 scène 1 de la pièce de théâtre Dom Juan de Molière. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  1 Mai 2013  •  1 738 Mots (7 Pages)  •  948 Vues

Page 1 sur 7

DOM JUAN

De Molière

Extrait 1 : Acte I,sc1

Dernière tirade de Sganarelle

de « Je n’ai pas grande peine à le comprendre, moi...

à la fin de la scène.

Plan de commentaire

Après l’interdiction de Tartuffe (1664) sous la pression des dévots, Molière monte rapidement en 1665 une pièce en prose inspirée d’une comédie de Tirso de Molina, auteur espagnol mettant en scène un grand seigneur séducteur et libertin accompagné de son complice Sganarelle.

Cette scène est une scène d’ouverture où l’on découvre Sganarelle, le valet de Dom juan conversant avec celui de Done Elvire, Gusman. Après une tirade inattendue de Sganarelle sur le tabac qui donnait déjà le ton léger et provocateur de la pièce, ce dernier répond à Gusman au sujet de la fuite récente de Dom Juan, qui vient d’abandonner sa nouvelle épouse. C’est l’occasion pour lui d’en dresser le portrait.

Cet extrait faisant partie d’une scène d’exposition, nous aurons à en étudier les enjeux. Qu’y apprend-on et en quoi cette tirade joue-t-elle ce rôle ?

Pour répondre à cette problématique, nous allons nous intéresser au procédé de la double énonciation propre au théâtre, qui permet l’entrée du spectateur dans l’action. En effet, Sganarelle s’adressant à un autre personnage, informe aussi le spectateur sur les données de l’action en cours et dresse un portrait à charge de son maître ; indirectement, il fait aussi le sien, tout en donnant des indications sur les relations ambiguës qu’il entretient avec lui.

I – Ce que l’on apprend sur l’action (à formuler en phrase)

La scène d’exposition a pour but de nous faire comprendre l’action en cours à travers un dialogue entre deux personnages, mais aussi de donner des indications sur le personnage principal avant qu’il entre en scène pour créer un effet d’attente.

(tout ce qui suit est à rédiger en paragraphes)

• Rappel : La double énonciation consiste en un discours qui est destiné à la fois à un personnage et au spectateur : ici Sganarelle parle avec le valet de Done Elvire, mais c’est lui qui a les plus longues répliques. Il porte donc principalement le projet expositif

• Un début « in media res » (au milieu de l’action) Nous prenons une action en cours : une discussion, apparemment marginale, sur les vertus du tabac qui s’interrompt par la formule « Mais laissons cela » et ouvre les éléments expositifs : « tu sais, que par son ordre, je partis avant lui » = départ précipité et sans raison, donc. Sganarelle prépare l’arrivée de son maître dans un lieu inconnu (absence de didascalie) il rappelle les actions récentes sous prétexte d’éclairer Gusman. Ce dernier devient un médiateur qui peut représenter le spectateur non averti.

• Une femme abandonnée : « Tu me dis qu’il a épousé ta maîtresse » = Gusman semble en avant-garde pour demander les raisons de ce départ précipité

• Un aristocrate espagnol : « Don (particule aristocratique) et grand seigneur » renvoient à un personnage important ou qui en impose. Personnage apparemment sans scrupule au service duquel Sganarelle est attaché (« tu vois en Don Juan, mon Maître, le plus grand scélérat… »)

• Une double menace qui pèse sur Don Juan :

/ humaine : « ta maîtresse… s’est mise en campagne après nous »

/ Divine :Suffit que le courroux du Ciel l’accable quelque jou r» (allusion à la suite de l’action ?)

Ainsi, le spectateur est informé sur les données de l’intrigue et l’effet d’accroche est créé.

Transition : Mais si cette tirade nous éclaire sur l’action, elle nous renseigne aussi sur le personnage principal.

II- Le portrait à charge du maître par le valet : un libertin impie et débauché (à formuler en phrase)

Le maître de Sga. Semble bien noir : (tout ce qui suit est à rédiger en paragraphes)

• un personnage hors norme :

/ Une Hyperbole péjorative ouvre le portrait : « le plus grand scélérat que la terre ait jamais porté... »

/ oxymore grand seigneur méchant homme

• un impie

/ qui ne croit en rien « ni ciel, ni enfer, ni ... / billevesées»

/ qui bafoue les sacrements «un mariage ne lui côute rien à contracter... épouseur à toutes mains » toutes mains » (l. 19/ 21)...

/ qui semble rétif à tout amendement : « Ferme l’oreille à toutes les remontrances qu’on lui peut faire » (ce pronom fait sans doute allusion à Sga. Lui-même, mais aussi plus largement, son entourage, la société…

• Un libertin débauché

/ qui n’agit

...

Télécharger au format  txt (9.2 Kb)   pdf (108.5 Kb)   docx (12.2 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com