LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse du thème de la mort dans le livre Le Soleil des Scorta écrit par Laurent Gaudé

Commentaire de texte : Analyse du thème de la mort dans le livre Le Soleil des Scorta écrit par Laurent Gaudé. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  31 Décembre 2019  •  Commentaire de texte  •  1 838 Mots (8 Pages)  •  563 Vues

Page 1 sur 8

SOMMAIRE :

Notre présentation aura comme contenu, les éléments suivants :

• Une définition de la mort en tant que tel avec une explication de cette dernière par rapport au récit.

• Une brève explication de la mort dans le livre, en précisant pourquoi elle est importante et de quelle manière elle est perçue.

• Notre analyse sur les différentes façons dont les personnages vivent et pensent la mort, ainsi que l’analyse des passages repérés qui ont un lien indirect avec la mort.

• Une conclusion sur notre travail et nos impressions par rapport à celui-ci.

DEFINITION DE LA MORT :

• Arrêt définitif de la vie pour un humain, animal, plante, ou tout autre être biologique. Phénomène ne se détachant pas de la condition naturelle de la vie. Elle peut être exprimée par une allégorie (celle de la faucheuse p. ex), ou peut-être illustrée par des euphémismes (monter au ciel, disparaître, etc.) lorsqu’elle devient un sujet tabou, par exemple, lorsqu’on parle à une personne sujette à avoir un choc émotionnel. Ceci est devenu le moyen le plus courant pour parler de la mort aujourd’hui.

• La mort peut être naturelle et donc due à un vieillissement ou une maladie.

• Elle peut être violente, en opposition à une mort naturelle, qui est donc due à une cause externe (accident, homicide, suicide, etc.).

• La mort subite, bien que toutes soient subites, cela signifie une mort brutale que l’on ne voit pas venir, sans causes apparentes.

• La mort peut aussi être une diminution de force, de l’activité et des pouvoirs physiques et mentaux, on pourrait donner l’exemple d’un handicap de vieillesse, de sénilité ou encore de maladies cérébrales.

• Dans un sens moins terre à terre, la mort est aussi sociale, dans le cas d’un isolement ou d’une profonde solitude.

• Peut simplement être liée au malheur, comme dans l’expression « avoir la mort dans l’âme », ou peut-être le fait de souffrir beaucoup p.ex. « Souffrir mille morts »

Sources : 1)Le petit robert 2009

2)L’encyclopédie se trouvant à la bibliothèque et dont nous avons oublié le nom mais que ne vous en faites pas, nous allons citer cette source pour le travail définitif.

EXPLICATION DE LA MORT DANS L’ŒUVRE :

Le concept de mort est très présent dans ce récit. Il est illustré par le thème du même nom. Il possède d’ailleurs quelques spécificités dans cette histoire, qui ne tourne quasiment qu’autour de ce thème, il n’est, par exemple, que très peu décrit de façon effrayante ou négative (p. 250). La sénilité de Carmela rend Elia triste et le tristesse est plutôt quelque chose de négatif. Ici, il est souvent lié à l’honneur, la liberté et à la suite naturelle de la vie. Il est donc plutôt positif (p. 258). L’instant où Carmela meurt sa folie disparaît comme si elle revenait à la normal à un aspect plus positif. Car elle amène du nouveau à l’histoire et sans elle le court des événements aurait été tout autre.

Il est intéressant de noter que chacune des générations ont un rapport diffèrent avec la mort. Comme Rocco (p. 62, 55, 56) et Luciano (p. 27) qui ont un rapport avec la mort d’honneur et Donato et Carmela un rapport de libertés . Dans ce livre, toutes les générations, on un rapport de tristesse et de perte qui regarde particulièrement les générations d’après.

La mort libératrice et positive est donc plus récurrente que la mort négative et privatrice car comme seul exemple nous avons Luciano qui ne peut pas accomplir sa vengence (p. 26) et la muette qui demandait juste à revoir ses enfants qui étaient partie pour New York. Mais malheureusement elle n’arrive pas à atteindre sont objectif et meurt deux mois avant le retour des enfants (p. 80). Les personnages sont, pour la plupart, morts heureux car heureux de partir comme Rocco qui sourit dans sa tombe (p. 62) ou encore Carmela qui est contente de rejoindre ses frères (p. 259).

ANALYSE :

Pour cette analyse, nous avons procédé en séparant premièrement trois sortes de passages liés au thème.

La première sorte serait le concept de mort pris au premier degré, un décès donc. Ce cas que nous avons encore fractionné en trois parties, à savoir, la «mort naturelle », qui comme son nom l’indique, veut dire sans causes externes, la «mort violente », qui concernerait des cas comme des homicides, accidents et suicides, et finalement, la « mort subite », qui bien que tout le temps subite, voudrait exprimer un décès sans causes apparentes. A la suite de toutes ces parties, nous analyserons le rapport qui lie les personnages à la mort, un par un.

Analyse de passages :

• Au début du livre (p. 14) quand Luciano revient au village il est dit que traverser le village était se condamner à mort car c’est au milieu de la journée au sud de l’Italie donc il fait extrêmement chaud. Vu qu’il fait une chaleur extrême, les rues du village sont comme brûlées par le soleil et on pourrait le relier à un meurtrier. D’ailleurs don Bozzoni meurt brûlé par le soleil. A l’aide de tous ces éléments, on peut donc en déduire que le soleil est personnifié danse ce livre, il agit comme un scélérat, un Mascalzone, en tuant tout ce qu’il désire. Souvent, le soleil est un genre d’excuse facile pour dissimuler ou pour ne pas chercher la véritable cause d’un malheur ou d’une mort. Les personnages voient les actes du soleil comme

...

Télécharger au format  txt (11.2 Kb)   pdf (46.6 Kb)   docx (12.3 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com