LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Petit Extrait De Voltaire (conte philosophique) de Candide (1759)

Note de Recherches : Petit Extrait De Voltaire (conte philosophique) de Candide (1759). Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  16 Mars 2012  •  380 Mots (2 Pages)  •  982 Vues

Page 1 sur 2

Cacambo, qui donnait toujours d’aussi bons conseils que la vieille, dit à Candide : « Nous n’en pouvons plus, nous avons assez marché. J’aperçois un canot vide sur le rivage, remplissons-le de cocos, jetons-nous dans cette petite barque, laissons-nous aller au cou- rant : une rivière mène toujours à quelque endroit habité. Si nous ne trouvons pas des choses agréables, nous trouverons du moins des choses nouvelles.

- Allons, dit Candide, recommandons-nous à la Providence ».

Ils voguèrent quelques lieues entre des bords tantôt fleuris, tantôt arides, tantôt unis, tan- tôt escarpés. La rivière s’élargissait toujours. Enfin elle se perdit sous une voûte de rochers épouvantables qui s’élevaient jusqu’au ciel. Les deux voyageurs eurent la hardiesse de s’abandonner aux flots sous cette voûte. Le fleuve, resserré en cet endroit, les porta avec une rapidité et un bruit horrible. Au bout de vingt-quatre heures ils revirent le jour, mais leur canot se fracassa contre les écueils. Il fallut se traîner de rocher en rocher pendant une lieue entière. Enfin ils découvrirent un horizon immense, bordé de montagnes inaccessibles. Le pays était cultivé pour le plaisir comme pour le besoin. Partout l’utile était agréable. Les chemins étaient couverts ou plutôt ornés de voitures d’une forme et d’une matière brillante, portant des hommes et des femmes d’une beauté singulière, traînés rapidement par de gros moutons rouges qui surpassaient en vitesse les plus beaux chevaux d’Andalousie, de Tétuan et de Méquinez.

« Voilà pourtant, dit Candide, un pays qui vaut mieux que la Westphalie ». Il mit pied à terre avec Cacambo auprès du premier village qu’il rencontra. Quelques enfants du village, couverts de brocarts d’or tout déchirés, jouaient au palet à l’entrée du bourg. Nos deux hommes de l’autre monde s’amusèrent à les regarder : leurs palets étaient d’assez larges pièces rondes, jaunes, rouges, vertes, qui jetaient un éclat singulier. Il prit envie aux voya- geurs d’en ramasser quelques-uns -- c’était de l’or, c’était des émeraudes, des rubis, dont le moindre aurait été le plus grand ornement du trône du Mogol. « Sans doute, dit Cacambo, ces enfants sont les fils du roi du pays qui jouent au petit palet ». Le magister du village parut dans ce moment pour les faire rentrer à l’école. « Voilà, dit Candide, le précepteur de la famille royale ».

...

Télécharger au format  txt (2.5 Kb)   pdf (50.5 Kb)   docx (8.6 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com