LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Montesquieu : Lettres Persanes, Lettre LXXXIII

Rapports de Stage : Montesquieu : Lettres Persanes, Lettre LXXXIII. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  10 Mars 2013  •  332 Mots (2 Pages)  •  1 912 Vues

Page 1 sur 2

Texte 2 : Lettres persanes de Montesquieu :

LETTRE LXXXIII

USBEK à Rhédi

à Venise.

S’il y a un Dieu, mon cher Rhédi, il faut nécessairement qu’il soit juste : car, s’il ne l’était pas, il serait le plus mauvais et le plus imparfait de tous les êtres.

La justice est un rapport de convenance qui se trouve réellement entre deux choses : ce rapport est toujours le même, quelque être qui le considère, soit que ce soit Dieu, soit Que ce soi un ange, ou enfin que ce soit un homme.

Il est vrai que les hommes ne voient pas toujours ces rapports ; souvent même, lorsqu’ils les voient, ils s’en éloignent; et leur intérêt est toujours ce qu’ils voient le mieux. La justice élève sa voix ; mais elle a peine à se faire entendre dans le tumulte des passions.

Les hommes peuvent faire des injustices, parce qu’ils ont intérêt de les commettre, et qu’ils préfèrent leur propre satisfaction à celle des autres. C’est toujours par un retour sur eux-mêmes qu’ils agissent : nul n’est mauvais gratuitement ; il faut qu’il y ait une raison qui détermine, et cette raison est toujours une raison d’intérêt.

Mais il n’est pas possible que Dieu fasse jamais rien d’injuste : dès qu’on suppose qu’il voit la justice, il faut nécessairement qu’il la suive ; car, comme il n’a besoin de rien, et qu’il se suffit à lui-même, il serait le plus méchant de tous les êtres, puisqu’il le serait sans intérêt.

Montesquieu, Lettres Persanes , lettre 83 (1721)

...

Télécharger au format  txt (1.6 Kb)   pdf (44.2 Kb)   docx (8.2 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com