LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le rire réunit-il ou sépare-t-il les hommes?

Dissertation : Le rire réunit-il ou sépare-t-il les hommes?. Recherche parmi 236 000+ dissertations

Par   •  7 Décembre 2011  •  Dissertation  •  1 176 Mots (5 Pages)  •  1 987 Vues

Page 1 sur 5

Chez l’homme, le rire est bien plus qu’un moyen d’expression, et bien plus que l’expression de la joie ou du plaisir. Au fil des siècles, la fonction du rire a évolué, en passant entre autre par la moquerie.

Le rire réunit-il ou sépare t-il les hommes ?

Le rire peut parfois exclure des hommes au sein d’une communauté, mais il peut aussi les rassembler. Ces deux fonctions sont dépendantes du contexte social et historique.

La première fonction du rire est sociale, tant il est vrai qu’on rit rarement seul.

Mais qu’est-ce-que le rire ? C’est un signe corporel qui apparaît, un sourire qui se dessine sur le visage, un son qui se dégage de la gorge ; moralement, c’est une sensation de bien-être. On rit principalement quand on est heureux. Le rire n’a alors ici aucun objet aucune raison, c’est un rire spontané.

Rire pour partager des choses en commun, rire pour communiquer, pour décompresser… Ce phénomène s’exerce en groupe pour la plupart du temps, il s’agit d’un moyen de communication non verbal.

Les fous rires sont l’exemple typique d’un rire spontané sans arrière pensée.

Il unifie les personnes par des pensées communes, on rit à un même spectacle lorsque l’on va voir Jamel Debouze par exemple, à une même histoire, une même blague qui porte sur la religion, la couleur de peau…

Mais la fonction du rire peut aussi servir à contester la société autour d’un même sujet abordé, la politique par exemple. Cette critique peut aussi se faire par écrit comme avec le scandale du journal Charly Hebdo.

Le rire investit tous les domaines de la pensée, et continue à se révéler comme un puissant destructeur des préjugés, des tabous…

Après avoir vu le rire dans son contexte social nous verrons qu’il apparaît aussi dans un contexte historique

Les constantes mutations des sociétés modernes génèrent continuellement d’autres modes de vies, d’autres façons de réagir, de nouvelles façons de voir les choses.

Rire semble indissociable du comique, en effet, le comique est ce qui fait rire ; le rire est la conséquence, l’effet provoqué par ce qui est perçu comme comique.

Molière par exemple déjà au 17è siècle introduisait le comique dans ses pièces de théâtre, comique de situation dans « l’Avare », comique de caractère dans « Le Malade Imaginaire », ce qui avait pour finalité de faire rire un public.

Coluche par exemple habillé en clown faisait rire par le comique de situation, de geste…

Mais le rire a-t-il toujours était autorisé ?

Non hélas, la société a bien évoluée, les tabous sont exposés au grand public (religion, sexualité, coutume…). Les acteurs en sont souvent les humoristes. Le rire qui était alors mal vu devient un sujet principal dans le show business. Télévision, journal, cabaret, théâtre. Le rire est partout.

Mais la fonction du rire a pris de nos jours une toute autre ampleur, notamment utilisé comme un outil thérapeutique destiné a atténuer les conflits surtout dans le milieu du travail, dans les entreprises comme l’œuvre de Fabien Fournier « entreprises au bord de la crise… de rire ! ».

Mais tout en rassemblant, le rire est souvent diriger vers autrui et suscite un phénomène d’exclusion.

Le comique s’obtient facilement en visant l’autre, en s’attaquant à des handicaps, ou des particularités physiques comme par exemple avec les « Guignols de l’info » où les personnages reprennent l’apparence de personnalités caricaturées.

Ce phénomène d’exclusion est souvent lié au groupe, si on ne veut pas en être exclu, faire l’objet de moquerie il faut être corporellement conforme à celui-ci.

...

Télécharger au format  txt (7.2 Kb)   pdf (91.9 Kb)   docx (11.2 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com