LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Le Survenant - Germain Guèvremont-Paragraphe Dissertation sédentarité

Mémoires Gratuits : Le Survenant - Germain Guèvremont-Paragraphe Dissertation sédentarité. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  27 Mars 2014  •  713 Mots (3 Pages)  •  922 Vues

Page 1 sur 3

-D’abord, tout au long du récit, il devient de plus en plus évident pour le lecteur que la vie sédentaire est idéalisée. En effet, ce sont les personnages qui, exposés depuis toujours à ce mode de vie, prônent cette idéologie. En premier lieu, cette façon de vivre apporte certains comportements sociaux bien particuliers qui soulignent l’attachement des protagonistes au travail de la terre. Notamment, dans la façon dont ceux-ci jugent du caractère et de la valeur des femmes de leur entourage : « Les femmes de la famille Beauchemin, depuis l’ancêtre Julie, puis ses tantes, puis sa mère, puis ses sœurs, sa femme ensuite jusqu’à sa fille Marie-Armada mariée à Ludger Aubuchon, à l’île de Grâce, de vraies belles pièces de femmes fortes, les épaules carrées, toujours promptes à porter le fardeau d’une franche épaulée, ne s’essoufflent jamais au défaut de la travée. Elles ont toujours tenu en honneur de donner un coup de main aux hommes quand l’ouvrage commande dans les champs. Et un enfant à faire baptiser presquement à tous les ans. » (P.28-29) La lecture de cet extrait met en valeur les qualités qu’une femme doit posséder pour être considérée comme un bon parti. Une forte carrure, l’ardeur à l’ouvrage et la fertilité assurent un ménage prospère. Un ménage bien ancré dans les valeurs de la famille et qui vit du fruit de son labeur. De plus, l’auteur emploi une énumération en parlant des femmes de la famille Beauchemin pour appuyer l’idée que ces critères ont toujours étés et resteront importants aux yeux des habitants de la campagne Québécoise. En second lieu, comme la plupart des courants idéologiques à cette époque, la transmission des valeurs se fait par les aïeuls de la famille. Au cours du roman, les personnages expriment le désire profond de transmettre leur savoir faire à la génération qui prendra un jour le relai :« -c’est bin là ma grand peine.au moins si le dernier eusse vécu. Mais, Amable , lui, je peux presquement pas compter dessus pour prendre soin de la terre. Quand je serai mort, aussi vrai que t’es là il la laissera aller. Il est pas Beauchemin pour mon goût. »(p.158)Ces lignes illustrent bien le désir profond du père Didace quant à la transmission de son expérience et à la préservation de son nom. Ce besoin vient bien sûr du fait que les personnages naissent eux-mêmes exposés à cette façon de vivre et respectent cet héritage plus que tout. En troisième lieu, la description que l’auteur fait des personnages ne laisse aucun doute que ceux-ci sont nés et vivent pour cultiver la terre et élever une famille vaillante sur le territoire légué par leurs prédécésseurs. En effet, les protagonistes semblent taillés de corps et de cœur pour ce travail. « Didace, le regard vif sous d’épais sourcils embroussaillés, se retourna les raies parallèles couraient égales et presque droites dans la terre grasse et riche. Malgré ses soixante ans sonnés, il gardait encore le poignet robuste et le coup d’œil juste. »(P.23) Cette description montre bien l’image que Germaine Guèvremont a voulu donner à son personnage. Un homme droit et fier, usé par ses années de travail dans les champs. Généreux et bon vivant tout en étant exigeant. Voilà une description qui revient souvent dans les romans de mœurs du terroir et qui incarne l’idée même du sédentarisme. En résumé, ce sont les personnages eux-mêmes

...

Télécharger au format  txt (4.3 Kb)   pdf (74.9 Kb)   docx (9.5 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com