LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La digression dans La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette

Commentaire de texte : La digression dans La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  19 Janvier 2013  •  Commentaire de texte  •  321 Mots (2 Pages)  •  933 Vues

Page 1 sur 2

1) La digression dans La Princesse de Clèves.

Il y a quatre digressions dans «La Princesse de Clèves». De quoi traitent-elles? Y a-t-il eu des points communs? Comment ont-ils influencé l'action du livre? Je vais répondre à ces questions dans mon texte.

La première digression est l'histoire de la duchesse de Valentinois, racontée par Madame de Chartes à sa fille, la Princesse de Clèves. La Princesse exprime son étonnement de comment la madame a acquis une telle popularité chez le roi. Madame de Valentinois est infidèle et vieille, mais le roi l'a donné du pouvoir tout de même. Elle était originelle la maîtresse du roi passé, mais elle était transférée à son fils quand il était très jeune. Les conséquences de leur liaison ont les relations détruit entre le roi et son père et son frère. Cela c'est développée a une bataille entre Champagne et Milano. La résultat est que Madame de Valentinois, très manipulatrice et rusée, a encore plus de pouvoir que jamais. Ce digression manifeste la fausseté dans la cour. On ne peut pas juger par la face extérieure.

Le deuxième digression est l'histoire de Madame de Tournon, racontée par Monsieur de Clèves à la Princesse. La Princesse exprime son chagrin par la perte d'une jeune femme vertueuse. Son mari répond qu'elle n'était pas comme tous croient. Elle agissait comme elle aimait Monsieur Sancerre, entre-temps sa amant véritable était Estouteville. Le pauvre Sancerre retournait de Paris et l'a trouvé mort. Quelle peine! Et quand il découvre qu'elle aurait aimé un autre, il ne sait pas à quoi il faut sentir. Quelle émotions ambivalentes! Il la reproche et manque en même-temps. D'une point à l'histoire il révèle le conseil qu'il prend pour soi-même si sa femme aime quelque autre: « J'en serais affligé sans en être aigri. Je quitterais le personnage d'amant ou de mari, pour la conseiller et pour la plaindre. ». Cela expose le affectueux caractère du prince de Clèves.

...

Télécharger au format  txt (2 Kb)   pdf (48 Kb)   docx (8.4 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com