LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire sur le poème La Fin De L'automne de Francis Ponge

Documents Gratuits : Commentaire sur le poème La Fin De L'automne de Francis Ponge. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  28 Octobre 2013  •  454 Mots (2 Pages)  •  15 289 Vues

Page 1 sur 2

Le Parti pris des choses est un recueil de poèmes en prose écrit par Francis Ponge et paru en 1942.

Dans ce recueil, il tente de décrire les objets et les choses du quotidien d'une apparence banale et les investies de connotations diverses. Il tente ainsi d'offrir une autre vision des choses en leur donnant une fonction et une nouvelle beauté. Ce poète est l'un des seuls à avoir donné une telle beauté aux objets du quotidien.

Il utilise les images, métaphores, comparaisons, pour mettre en avant l'originalité de ses descriptions et offre de ce fait au lecteur une autre perception des choses hors du sens habituel. Ponge commence son poème par la fin d'une saison, « l'automne » (l.1), désignée par l'expression « à la fin » (l.1) et la négation « n'est plus que » (l.1). Ce début de poème traite de l'aboutissement d'un processus déjà amorcé qui est la chute des feuilles. Le poète utilise la métaphore de la « tisane » (l.1) pour comparer la saison à une préparation culinaire qui est une boisson de saison qui se prépare avec des feuilles récoltées à la fin de l'été. Seulement, ici, la tisane est « froide » (l.2), ce qui est conforme à la température de saison. Le poète explique ensuite sa comparaison en introduisant trois termes désignant les ingrédients servant à faire cette boisson d'automne : « les feuilles mortes » (l.2), les « essences » (l.2) et « la pluie » (l.3). Il mentionne également le processus de macération qui introduit le thème de la dégradation, traité dans le deuxième alinéa. Mais cette tisane particulière, contrairement au « vin », n'aboutit pas à une métamorphose heureuse. Le poète appuie sur cet échec apparent en précisant qu'avec cette tisane il n'y a « pas de fermentation » (l.3) donc pas « de création d'alcool » (l.3). Ponge fait aussi une référence au domaine médical : « une application de compresses sur une jambe de bois » (l.5) pour confirmer cette absence de résultat car l'acte qu'il mentionne ne sert à rien, ce qui montre l'échec total, l'inutilité de l'automne d'après lui. Cette image utilisée est saisissante et fait appel à l'imagination du lecteur.

Le deuxième alinéa traite également de la chute des feuilles mais aussi du motif du processus de dépouillement. Le poète revient donc au processus et non à l'aboutissement. Il met en place une nouvelle ligne métaphorique en comparant la saison à un « scrutin » (l.7) qui repose sur l'assimilation de bulletin de votes désignant les feuilles mortes. Pour définir l'automne il utilise également le champ lexical

...

Télécharger au format  txt (2.6 Kb)   pdf (50.1 Kb)   docx (8.6 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com