LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire littéraire sur une oeuvre de Francis Ponge

Commentaire d'oeuvre : Commentaire littéraire sur une oeuvre de Francis Ponge. Recherche parmi 257 000+ dissertations

Par   •  22 Mai 2015  •  Commentaire d'oeuvre  •  715 Mots (3 Pages)  •  327 Vues

Page 1 sur 3

Commentaire littéraire

I. une vision nouvelle

A force de trop voir les choses, nous cessons de les voir réellement. Ponge souhaite offrir au lecteur une vision renouvelée.

1. Une description précise

La description commence par une vision lointaine du pain ("panoramique") qui se rapproche petit à petit de l'objet pour l'observer en détail, et pour finir par voir l'intérieur du pain : Chaînes de montagnes -> "vallées", crêtes", "ondulations", "crevasses" -> "sous-sol".

=> Comme si le pain était un objet immense que l'on ne pouvait voir en seul regard.

Utilisation du présent de vérité générale.

2. Une valorisation de la surface externe du pain

Le pain est un objet banal du quotidien. Il est pourtant présenté de façon très valorisante par le poète Francis Ponge.

Adjectifs "merveilleuse", "panoramique" en tout début de poème.

Comparaison du pain à des chaînes de montagne => donne de l'importance à cet objet banal (les monts Taurus sont une chaîne de montagnes turques).

3. Une dévalorisation de l'intérieur du pain

Le changement de description entre croûte et mie est symbolisé par un tiret.

Avant le tiret : mélioratif, belle lumière ; après le tiret : péjoratif, "sans un regard pour" => nette rupture.

Ponge décrit l'intérieur du pain de façon très péjorative.

Succession de 2 adjectifs péjoratifs associés : "mollesse ignoble", "lâche et froid".

"lâche" : double sens à prendre soit au premier degré (lâche = pas compact) ou comme une personnification du pain = pas courageux.

Mollesse de l'intérieur du pain. Comparaison à une éponge.

Sonorités : "feuilles ou fleurs y sont comme des sœurs siamoises soudées" -> Allitérations en [f] et en [s].

4. Le flétrissement du pain

"Lorsque le pain rassit". Champ lexical de la décrépitude : "fanent", "rétrécissent", "détachent", "friable".

Ponge cherche donc à évoquer le pain dans tous ses états, il veut en fournir l'ensemble des caractéristiques permanentes, de sa naissance à sa mort.

II. Une allégorie du monde

1. Un monde en miniature

Le pain est présenté comme un monde en miniature que l'on a à portée de main.

Champ lexical géographique : nom des chaînes de montagnes, "vallées", crêtes", "ondulations", "crevasses"

...

Télécharger au format  txt (4.6 Kb)   pdf (68 Kb)   docx (10.2 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com