LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire de la pièce de théâtre L'île Des Esclaves: Scène 6, de Pierre de Marivaux

Recherche de Documents : Commentaire de la pièce de théâtre L'île Des Esclaves: Scène 6, de Pierre de Marivaux. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  26 Janvier 2012  •  670 Mots (3 Pages)  •  8 219 Vues

Page 1 sur 3

Ce texte est un extrait de l’ile des esclaves, pièce écrite par Marivaux, célèbre dramaturge du siècle des lumières. Dans la scène 6, Cléanthis et Arlequin s’adonne à un jeu, celui de parodier leurs maîtres respectifs, Euprhosine et Iphicrate. On se propose de répondre, à partir de ce texte, à la problématique suivante, comment peut on changer le comportement humain par la comédie ? Au travers de ce commentaire, nous verrons tous d’abord la parodie servant à corriger, et pour finir nous analyserons la mise en abyme dans la scène.

I) La parodie pour corriger.

1) Imitation du code précieux.

-Personnification « Mes yeux vous ont inspiré pour moi. » (l.3)  «  tête à tête avec vos grâces » (l.20)

=>Utilisation d’un vocabulaire recherché, caractéristique des conversations de la haute société.

- Métaphores « La clarté du jour » (l.14) « Un jour tendre » (l.15).

=> Elles servent ici à apporter de la douceur dans leurs propos qui se doivent d’être galants.

- Emploie du « On » qui remplace « je » : « qu’on se retire à dix pas » (l.10) «  On appelle cela un jour tendre » (l.15) « On n’en croira rien » (l.28) « Ne peut-on en être quitte à moins ? » (l.34).

=> Evitement du pronom de la présence qui marque l’évitement aristocratique.

-L’exagération, hyperboles « convaincre de mes flammes » «  sincérité de mes feux » (l.31)  « Le plus beau temps du monde » (l.15). L’abus de ponctuation, avec exclamations et interrogations. Interjections : « courage ! »(l.6) « Eh palsambleu ! »(l.18). Phrases interrogatives «  Garderons nous nos gens ? » (l.7)

=>Cette ponctuation expressive explique les désordres du cœur.

Les esclaves qui se donnent en spectacles font preuves de ridicule pour qu’il y ait prise de conscience de leurs maîtres sur ce langage précieux.

2) Le lien entre les valets et leurs maîtres.

-Les maîtres sont tenus au silence, ils ne peuvent pas intervenir. Didascalie, « Iphicrate et Euprhosine s’éloigne en faisant des gestes d’étonnement et de douleur. » (l.11) « Cléanthis regarde aller Iphicrate, et Arlequin Euphrosine » (l.12)

=> Ils assistent passivement à la scène.

-Les maitres sont en arrière plans, ce sont les valets qui les imitent qui sont mis en avant. Didascalie : « Cléanthis regarde aller Iphicrate, et Arlequin Euphrosyne. »

=> Les valets sont placés en acteurs et les maîtres en spectateurs.

- Les attitudes galantes, Arlequin qui s’agenouille devant Cléanthis, didascalie « L’arrêtant par le bras, et se mettant à genoux » (l.30).

=>Par cette posture, il se moque des gestes galants ridicules qu’il a pu observer chez son maître.

La parodie, permet de mieux révéler les défauts et de les exposer plus facilement.

II) La mise en abyme.

1)

...

Télécharger au format  txt (4.6 Kb)   pdf (68.7 Kb)   docx (9.9 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com