LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Dissertation finale FRA 2143 – Littérature des Caraïbes

Dissertation : Dissertation finale FRA 2143 – Littérature des Caraïbes. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  9 Juillet 2024  •  Dissertation  •  3 098 Mots (13 Pages)  •  41 Vues

Page 1 sur 13

Dissertation finale

Présenté à :

Christiane Ndiaye

Dans le cadre du cours :

FRA 2143 – Littérature des Caraïbes

Programme :

Enseignement du français au secondaire

Université de Montréal

13 avril 2017

Les femmes ont toujours lutté pour avoir une meilleure condition. Les femmes doivent s’affirmer en tant que femmes, mais les femmes des Caraïbes doivent aussi affirmer leurs racines. Mais malgré ce qu’on pourrait croire, la femme noire n’est pas toujours dépeinte avec une image dévalorisante dans le roman des Caraïbes. Son rôle est parfois sous-estimé, mais il n’en demeure pas moins d’une importance capitale. Dans cette dissertation, le rôle des femmes sera étudié par rapport à trois œuvres caribéennes ; Gouverneurs de la rosée par Jacques Roumain, Chair Piment par Gisèle Pineau et Saison de porcs par Gary Victor. Dans ces trois romans, les femmes ont une image moins sombre que le veut la croyance populaire et participent activement à l’histoire, qu’elles en soient le personnage principal ou non. En effet, seul le personnage principal de Chair Piment est une femme, mais les deux autres romans ont des personnages secondaires féminins qui s’avèrent tout de même indispensables à l’histoire. Les femmes, dans ces romans, sont décrites comme ayant de grands pouvoirs de persuasion. Elles peuvent obtenir ce qu’elles désirent avec leur force de caractère impressionnante. De plus, leur rôle fait avancer l’histoire sans qu’on s’en aperçoive vraiment. Elles contribuent à l’histoire de manière subtile, mais intense.

Le pouvoir persuasif

        Dans chacun des romans étudiés dans cette dissertation, les femmes ont un grand pouvoir de persuasion. L’idée reçue que ce sont les hommes qui prennent les décisions est remise en cause dans les trois œuvres, car on retrouve souvent l’initiative d’une femme derrière la décision d’un homme. Chaque femme parvient généralement à obtenir ce qu’elle veut d’un homme. Dans le roman de Jacques Roumain, Manuel veut rapporter l’eau dans son village, mais il doit d’abord obtenir la réconciliation de deux clans querellés depuis un long moment et c’est grâce à l’aide des femmes qu’il y parviendra. Lors d’une conversation avec Annaïse, Manuel affirme que les femmes parviendront à convaincre leurs hommes : « Si ça prend, les femmes vont rendre leurs hommes sans repos. Les plus récalcitrants vont se fatiguer de les entendre jacasser toute la sainte journée, sans compter la nuit : de l’eau, de l’eau, de l’eau… Ça va faire une sonnaille de grelots sans arrêt dans leurs oreilles : de l’eau, de l’eau, de l’eau… Jusqu’au moment où leurs yeux verront vraiment l’eau courir dans les jardins, les plantes pousser toutes seules, alors ils diront : Bon, oui, femmes, c’est bien, nous consentons. » (p.102-103) Manuel admet lui-même que les femmes sont capables de persuader leurs maris de faire quelque chose qu’ils n’ont pas envie de faire. S’il leur confie ce rôle très important, c’est parce qu’il sait qu’elles en sont capables. Ce sont des femmes fortes qui savent parvenir à leurs fins et Manuel en est bien conscient.

Dans le roman de Gisèle Pineau, Victor, un homme dépressif, rencontre une femme dans un asile avec qui il deviendra ami et qui lui apprendra qu’il est hanté par des démons. Elle lui annoncera aussi comment se départir d’eux : « Guette les signes… Et n’écoute pas les docteurs! Ils nous refilent des drogues qui nourrissent les esprits au lieu de les terrasser… Tu dois rester pur jusqu’à ta guérison complète : pas de femmes, pas d’alcool, pas de mauvaises pensées. Va là-bas, en Guadeloupe, hein, tu me le promets…Et dès que tu seras guéri tu m’envoies une carte postale. » (p.110) Bien que cette amitié avec une personne dérangée puisse paraître banale, elle est très importante. Son rôle, qui peut sembler très secondaire dans l’histoire, guidera Victor dans toutes les décisions qu’il prendra. Il suivra ses indications à la lettre. Il arrêtera de consommer de l’alcool et refusera à Mina d’avoir des relations sexuelles, car Bénédicte le lui a proscrit : « Moi, je reste à l’eau, je ne dois pas boire d’alcool… » (p.142) Il sera déterminé à accomplir la mission que lui a donnée Bénédicte pour se guérir de ses démons : « J’aimerais aller en Guadeloupe, vous savez… Il le faut. Je dois me faire soigner là-bas. Bénédicte a vu les fantômes qui marchaient dans mon ombre. Je dois aller en Guadeloupe… » (p.141) Bénédicte a un si grand pouvoir de persuasion que Victor respecte à la lettre ce qu’elle dit alors qu’elle est dans un asile de psychiatrie et qu’il pourrait la croire folle. Il décide de lui faire confiance, car elle l’a convaincu avec son pouvoir de persuasion. Mina utilise aussi son habileté persuasive pour séduire tous les hommes qu’elle ramène dans son lit. Et le premier homme qu’elle séduira sera Douglas, le mari de sa sœur Olga. Celui-ci tentera de résister à la tentation et refusera d’abord de succomber à son charme. Mais elle finira par réussir à l’envouter et ils auront une liaison pendant près d’une année : « - Je suis fou, tu m’ensorcelles, répéta-t-il, terrassé par ce qui arrivait, par ce qu’il sentait venir… […] Elle retint sa tête. Et il succomba. Il se jeta dans l’amour avec rage, ivresse et désespoir. Il était innocent, il le proclamait en gestes tendres, en regards éperdus. Il était innocent, Seigneur! Un agneau sans tache donné en pâture à quelques chiens féroces. » (p.83) Mina réussit à obtenir ce qu’elle veut de Douglas, et elle réussira avec plusieurs autres hommes. Bien qu’elle n’ait pas de sentiments à cause d’un sort que Suzon a fait jeter sur elle, Mina réussit quand même à envouter tous les hommes qu’elle désire afin d’avoir des relations sexuelles avec eux. Son pouvoir de persuasion est plus intrinsèque, car elle ne demande jamais, mais elle obtient toujours.

Pour le roman de Gary Victor, il y a deux personnages féminins qui utilisent leur pouvoir persuasif contre un même homme : l’agent Colin. Le policier se fait d’abord convaincre de quitter son poste honnête par sa femme, car elle attend son enfant et elle désire qu’il gagne plus d’argent : « Cela fait une semaine que j’hésite. Ma femme a insisté […] C’est ma femme, Inspecteur, se jeta à l’eau l’agent Colin. Nous allons avoir un enfant dans trois mois. Elle voudrait que je trouve un meilleur poste. » (p.21-22) Si sa femme ne l’avait pas exigé, l’argent Colin n’aurait jamais pris ce nouveau poste, car cela impliquait de la corruption et c’était contre ses valeurs. Cependant, le pouvoir de persuasion de sa femme était plus important que sa propre volonté dans cette prise de décision. Malheureusement, ce nouveau poste va ronger l’agent Colin, qui se tournera ensuite vers une nouvelle femme pour sortir ce cette situation. Lorsque Dieuswalwe Azémar se rend chez la femme de l’agent Colin, elle lui apprend qu’il a commencé à voir une autre femme : « Depuis qu’il a commencé à fréquenter cette femme, d’après le peu que je sais, il s’est mis à avoir des comportements bizarres. Il refusait de m’accompagner à l’église. Il disait qu’il avait pris le chemin du diable et que seul le sang pouvait le remettre sur la voie. » (p.123) L’Inspecteur lui demande : « C’est cette femme, d’après vous, qui a réussi sa conversion? » (p.124) et elle lui répond : « Qui d’autre, Inspecteur? Une femme peut tout. » (p.124) La femme de l’agent Colin est donc bien consciente de son pouvoir de persuasion et de celui de toutes les femmes. Elle l’a d’abord poussé à quitter son emploi, puis une autre femme l’a poussé à la quitter, elle. Ce sont deux actions qui se font rarement sans réfléchir. Les femmes qui sont derrière ces décisions montrent donc un pouvoir persuasif assez fort. Les femmes de ces romans sont donc représentées comme fortes et capables de tout faire.  

...

Télécharger au format  txt (18.8 Kb)   pdf (110 Kb)   docx (19.9 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com