LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Ecriture Personnelle: La révolte vient-elle forcément de la jeunesse ? Pourquoi est ce que se sont les jeunes qui se révoltent le plus ? Ou, la révolte est elle un effet ponctuel ?

Mémoires Gratuits : Ecriture Personnelle: La révolte vient-elle forcément de la jeunesse ? Pourquoi est ce que se sont les jeunes qui se révoltent le plus ? Ou, la révolte est elle un effet ponctuel ?. Recherche parmi 260 000+ dissertations

Par   •  3 Mars 2014  •  946 Mots (4 Pages)  •  924 Vues

Page 1 sur 4

Depuis le romantisme du XIXème siècle, nous pouvons remarquer que la jeunesse est souvent rattachée à la révolte. Ce corpus renforce cette idée, avec Alfred de Musset dans La confession d’un enfant du siècle publié en 1836, qui nous montre une jeunesse frustrée mais a la fois ambitieuse, bloquée entre deux époques. Quant à Michel Winock dans La révolution a-t-elle eu lieu publié en avril 2008, et Laurent Joffrin dans Mai 68 publié en 1968, nous décrivent une jeunesse qui vivait dans une époque de prospérité et qui à échapper à la guerre. La différence avec la génération que décrit Musset est que celle-ci n’est pas bloqué à cause d’un passé lourd ou d’un présent chaotique, non, celle-ci a peur d’un avenir incertain.

La révolte vient-elle forcément de la jeunesse ? Pourquoi est ce que se sont les jeunes qui se révoltent le plus ? Ou, la révolte est elle un effet ponctuel ?

Pour répondre à ces questions nous allons dans un premier temps, voir quelles sont les différentes formes de la révolte. Puis nous verrons, dans une deuxième partie, quelles sont les raisons de la colère de ces jeunes.

Dans un premier temps, nous allons voir quelles sont les différentes formes de la révolte. Dans Confession d’un enfant du siècle, Alfred de Musset nous montre une jeunesse romantique, cherchant un idéal, une manière d’exister et d’agir. Toute leur jeunesse ils avaient rêvés de ces pays que la France avait vaincu, la Russie, l’Egypte ; malheureusement pour eux c’est un monde en ruine, désenchantée qui s’offre à eux. Cette désillusion va les rendre mélancolique, mais aussi aigri car ils avaient imaginé pouvoir s’évader, « on leur avait dit que par chaque barrière de ces villes on allait à une capitale d’Europe ». Ainsi, c’est une jeunesse frustrée et nostalgique que nous montre Alfred de Musset.

A contrario, la jeunesse de mai 68 a été une jeunesse militante qui se soulève non pas contre leur gouvernement mais pour des revendications internationales comme nous l’explique Michel Winock dans La révolution a-t-elle eu lieu ? En effet, les jeunes de Mai 68 militent par rapport à des faits internationaux tels que la radicalisation du mouvement noir dans le Black Power ou l’agitation des universités contre la guerre du Vietnam. C’est un mouvement de colère international qui touche les jeunes de l’après guerre. Cette jeunesse peut se révolter car comme le signale Laurent Joffrin dans Mai 68, cette génération apprend à lire et à le temps de rêver, chose qui était impensable pour la génération précédente. De cet fait, ces adolescents s’informent et comprennent plus facilement les problèmes politiques qui entourent leur pays mais aussi le monde entier, il y a ainsi une politisation de la jeunesse.

Mais peu importe la révolte qui a eu lieu celle-ci est la conséquence de plusieurs causes déterminantes pour cette jeunesse désenchanté. C’est ce que nous allons voir dans cette deuxième partie.

En effet dans cette deuxième partie nous allons essayer de déterminé les causes de la colère de ces deux générations de révoltés.

Alfred de Musset dans La confession d’un enfant du siècle, nous explique que cette jeunesse de 1836 est une jeunesse frustrée car elle était désireuse d’évasion et de découverte, croyant à un monde

...

Télécharger au format  txt (5.7 Kb)   pdf (77 Kb)   docx (9.8 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com