LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Les femmes et la révolution

Cours : Les femmes et la révolution. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  29 Septembre 2019  •  Cours  •  563 Mots (3 Pages)  •  78 Vues

Page 1 sur 3

Les femmes dans la révolution françaises :

Au 18ème siècle la production céréalière était très sensible aux variations climatiques, grosses pluie qui semaient la pagaille ou des fortes sécheresse qui dévastait les récoltes, donc si le climat était mauvais les récoltes étaient mauvaises sauf qu’elles doivent permettre au peuple de se nourrir jusqu'à la prochaine récolte, l’année d’après. En 1788 les récoltes ont été mauvaise et 1789 ne parvient pas à compenser la perte de 1788, en conséquences il y a eu des hausse de prix. Pendant l’été 1789 les difficultés alimentaire s’aggravent à Paris et des émeutes se déclenchent, et un début de famine sans doute. Donc la France connaît une crise économique alimentaire pendant l'été 1789. empêchait

Vers la fin des années 1780, la société française connaît un grand bouleversement: la Révolution. Et mit fin cd:=szà l’ancien régime (composé de trois ordres: du tiers etat, la noblesse et le clergé). En 1789 des états généraux(formés de représentants des trois ordres) se proclame Assemblée national.

Le roi a une attitude ambiguë en septembre 1789 car en septembre le roi refuse de valider les décision de l’Assemblée (constitution et déclaration des droits de l’homme) alors qu’il avait précédemment dit qu’il accepterait. Il refuse donc le droit de veto qu’on lui propose parce qu’il ne veut pas perdre ses pouvoirs qui seraient limités, mais il cède finalement à la pression du peuple.

Les femmes se sont rendues à Versailles le 5 octobre 1789 et elles ont pris d’assaut le château puis voulaient ramener le roi et sa famille à Paris. Elles y vont pour que le roi les aident, elles demandent du pain, elle veulent surtout pouvoir manger et cela se voit à leur apparence qu’elles mangent très peu, et veulent aussi la sanction des gardes du corps qui auraient insulté et piétiné la cocarde tricolore patriotique le 1er octobre.

Mais elles n’étaient pas seules, elles étaient menées par Maillard qui était un combattant de la prise de bastille.

L’origine social de ses femmes est le peuple (anciennement le Tier État) on le voit à leur vêtements, elle sont habillé très simplement: une robe simple sans jupon par dessous, avec un fichus sur la tête ou sinon parfois un chapeau. On le voit aussi à leur visages elles ont l’air plus âgés que leur âge et paraissent souffrante. Toutes ces caractéristiques sont souvent celles associées au peuple. Francois Renée de Chateaubriand, qui fait surement parti de la noblesse, insultes les femmes du peuple qui « manifestent », il les traite de « filles de joies », il écrit qu’elles « tenaient des propos obscène » et avaient un très mauvais comportement. Il les dévalorise encore en les désignant comme des « poissardes »; « ivres »; « débraillés ». Il tient aussi des propos controuvés quand il dit que les femmes criait: « Voici le boulanger voici la boulangère et le petit mitron », tandis que dans le troisième documents on voit qu’elles crient plutôt : « vive le roi, vie les gardes du corps » Donc François René de Chateaubriand donne une image dégradante et rabaissante

...

Télécharger au format  txt (3.4 Kb)   pdf (31.8 Kb)   docx (8.2 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com