LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La mise au pas de la société allemande par les nazis

Commentaire de texte : La mise au pas de la société allemande par les nazis. Recherche parmi 236 000+ dissertations

Par   •  8 Décembre 2019  •  Commentaire de texte  •  2 133 Mots (9 Pages)  •  52 Vues

Page 1 sur 9

Serpault
Lucie

Commentaire de texte
- La mise au pas de la société allemande par les nazis (1933) -
Sebastian Haffner
, Histoire d’un Allemand

« Dans l’histoire de la naissance du Troisième Reich, il existe une énigme non résolue, (…). Et cette question, la voici : où sont donc passés les Allemands. Le 5 mars 1933, la majorité se prononçait encore contre Hitler. Qu’est-il advenu de cette majorité. Est-elle morte ? A-t-elle disparu de la surface du sol ? S’est-elle convertie au nazisme sur le tard ? Comment se fait-il qu’elle n’ait eu aucune réaction visible. » C’est, en effet, ce que ce demande Sebastian Haffner dans son ouvrage Histoire d’un Allemand paru chez Actes Sud en 2002. Cet ouvrage est un témoignage de la vie quotidienne d’avant-guerre en Allemagne. Sebastian Haffner (1907-1999) de son vrai nom Raimund Pretzel, est un écrivain et journaliste allemand. Il est né à Berlin et est issu de la bourgeoise protestante allemande. Il commence sa carrière dans le droit puis quitte l’Allemagne en 1938 pour s’exiler en Angleterre, à cause du climat politique délétère à ses yeux. Il devient un journaliste plutôt renommé en Angleterre.  L'éditeur Warburg lui demande d’écrire un livre où il raconterait son expérience d'allemand anti-nazi. Mais la guerre éclate et le manuscrit n'est jamais publié. S. Haffner retourne en Allemagne en 1954 en continuant le journalisme puis se dirige vers l’écriture d’essais et d’ouvrages historique consacrés à Hitler, Churchill et à l’Allemagne. Il décède en 1999. Et c’est après son décès que son fils trouve la très personnelle Histoire d'un Allemand, rédigée soixante ans plus tôt par son père et cachée au fond de son bureau. L’ouvrage est publié pour la première fois en 2000. Ce récit remporta un succès considérable en Allemagne. S. Haffner a écrit son témoignage en 1938, mais l’extrait que nous allons commenter relate les faits de l’année 1933. C’est durant cette année qu’Adolf Hitler est nommé chancelier (le 30 janvier) dans la légalité républicaine définie par la Constitution de Weimar. Hitler doit son ascension au traumatisme, pour les allemands, du traité de Versailles qui avait mis fin à la Première Guerre Mondiale et aussi à la grave crise économique qui touche le pays. Et c’est dès février, suite à l’incendie du Reichstag, qu’Hitler commence à mettre en place des institutions de la dictature. Haffner est donc témoin de la montée du nazisme. Dans ce récit il lie les évènements politiques, historiques et personnels.  En résumé cet œuvre est un témoignage sur la montée du nazisme et la vie des allemands dans la période d’avant-guerre. Le récit d’Haffner permet de comprendre les évènements d’une période majeure de l’histoire de l’Allemagne à partir de son l’histoire personnelle. Il s’exprime très simplement et donne des précisions sur les scènes qui montre la brutalisation de la société allemande dans les années 30. Plus précisément, le passage que nous allons commenter, explique les étapes successives qui entrainent l’impossibilité de résistance et de contestations de la société allemandes, les effets d’une accoutumance aux logiques de ségrégations et d’exclusion et donc la rapidité de la montée du nazisme et de sa propagation. Nous pouvons légitimer le témoignage de S. Haffner par le fait qu’il n’était pas membre d’un parti politique et donc qu’il n’avait pas de théorie à défendre, de plus ce n’était pas un personnage public donc il n’avait rien à prouver et enfin il est très précis dans tous ce qu’il raconte : il raconte seulement ce qu’il voit et non pas des choses qui lui avaient été rapportées. Malgré cela, dans son récit il ne dit rien sur la crise économique des années 30 qui a précédé l’arrivée au pouvoir d’Hitler. De plus, il donne une idée d’une société qui ne résiste pas pourtant il y a eu une résistance très importante notamment dans les usines mais comme il n’avait aucun contact avec la classe ouvrière, il n’en parle pas du tout.

Nous nous demanderons  par quels moyens et à travers quelles formes la société allemande a été mise au pas par les nazis en 1933, suite à l’investiture d’Adolf Hitler ?

Nous verrons donc un gouvernement autoritaire avec un encadrement de la population  et où l’idéologie est totale.

Une « occupation par les nazis de tous les services publics, des administrations locales, des grands magasins, des conseils d’administrations des associations et des sociétés » l.11-12-13 :

  1. Un gouvernement totalitaire…

« Les événements visibles qui se produisaient dans le domaine publics » l.52

  1. Un parti unique
  • « les partis disparaissaient, ils étaient dissous » l. : en effet la loi du 14 juillet 1933 sur le parti unique fait du NSDAP le seul parti politique autorisé en Allemagne.
  • Le rôle central du parti nazi est confirmé par la loi garantissant l’unité du Parti et de l’Etat du 1er décembre 1933, qui affirme que le parti nazi est le porteur du concept de l'État allemand et qu'il est inséparable de celui-ci.
  • Hitler nomme les dirigeants des 17 Länder et recrute les fonctionnaires parmi les nazis
  1. Une justice remaniée
  • « L’irrévocabilité des juges fut supprimée » l.25
  • « Les juges étaient pour la plupart les mêmes » l.33, « un jeune juge d’instance blond (…) siégeait à sa place » l.36-37 (ici à la place d’un magistrat juif) : les tribunaux ont vu apparaitre de jeunes magistrats qui ont intériorisés l’idéologie nazie et qui ont pris petit à petit le dessus sur d’ancien juge surtout lors des délibérations.

  1. … avec un encadrement de la population…
  1. Une intense propagande
  • Création d’un ministère de la propagande le 14 mars 1933
  • Dès la prise de pouvoir d’Hitler, il a directement aboli la liberté de la presse. Les journaux qui n’allaient pas dans le sens du régime été interdit et pour les autres : « on ne les reconnaissait pas » l.70, « il affirme brusquement le contraire de tout ce qu’il disait hier » l.72 : la presse, la radio, le cinéma et l’art ont été utilisés pour la propagande du régime nazi. Les journaux « furent du jour au lendemain transformés en organes nazis » l.76
  • L’exemple de la revue Die Tag, « presque tout le monde le lisait » l.83, « elle qualifiait encore (le parti nazi) en février d’épisode éphémère » l.82-83, c’était une revue « distinguée, cultivée et profonde » l.86 puis « d’un seul coup, sans ciller » l.94 c’est devenu « un sémillant magasine cent pour cent nazi » : cela montre bien la main prise du régime sur toute la presse pour pouvoir mettre en place leur propagande.

  1. Une culture détruite
  • « L’autodafé symbolique du mois de mai » l.66 : des dizaines de milliers de livres ont été publiquement jetés aux buchers par des membres des instances du partis nazi.
  • « La littérature allemande vivante, bonne ou mauvaise (…), était anéanti » l.68 : en 1933 a commencé la confiscation des "écrits nuisibles et indésirables". Elle a concerné les bibliothèques publiques, les librairies, les magasins d'antiquités, les bibliothèques privées : « les livres s’envolaient des librairies et des bibliothèques » l.68
  1. Un monde qui « se dissolvait, disparaissait, devenait invisible » l.47
  • « Adieu était désormais le mot d’ordre » : le régime a encadré la vie quotidienne des allemands « comme si l’air qu’on respirait était pompé, régulièrement, sans cesse ». Les allemands ont été constamment surveillés, manipulés, dirigés.
  1. … et où l’idéologie est totale.
  1. Les théories nazies sont appliquées
  • «  le 1er avril avait marqué le point culminant de la révolution nazie » l.7 : le 1er avril 1933 : le boycott antisémite organisé par les nazis, c’est la première manifestation antisémite. Cela a été un prétexte de la mise en place de législation antisémite comme par exemple la loi du 7 avril 1933 sur la restauration de la fonction publique (elle a permis aux dirigeants nazis de destituer les fonctionnaires juifs ou considérés comme politiquement hostiles) « les fonctionnaires, médecins, avocats et journalistes juifs étaient congédiés ».
  • « L’occupation par les nazis des tous les services publics » l.11  « au moyen de lois et de décrets » l.14 : plusieurs lois et décret sont mis en place pour pouvoir pleinement appliqués l’idéologie nazis et principalement l’antisémitisme.
  • « Les journaux publièrent une liste de trente ou quarante noms parmi les plus connus de la littérature et des sciences : ceux qui les portaient étaient déclarés « traître du peuple » » l.58-60 : lancement d’une action contre non-allemand. Ce qui a entrainé quelque chose  de « plus étrange » l.60 : « une quantité de personnes inoffensives »l.61 « se volatilisaient »l.61. (Les juifs et les intellectuels ont été les premiers atteints par l’applications de ces théories et c’est pour cela que l’on a vu un nombre important de personne disparaitre du jour au lendemain soit en exil ou alors dans les camps de concentrations : « le présentateur radiophonique » l.62, « les hommes dont on avait le nom sur les lèvres, dont on avait lu les livres », « le magistrat juif » l.33, « des acteurs et des actrices familiers depuis des années s’évanouissaient du jour au lendemain » l.64-65)
  1. Une « normalisation » de l’antisémitisme

Dans l’extrait, lorsqu’Haffner parle des juifs qui ont été destitués de leur fonction ou alors envoyés dans les camps, il exprime son point de vue de façon détaché, comme si cela ne l’atteignait pas comme si c’était devenu normal «(…) juifs étaient congédiés (…) il y avait des exceptions (…) que désirer de plus ? » l.21-23, « Bien entendu, le magistrat juif ne siégeait plus dans notre chambre, cela allait de soi » l.33-34

Bibliographie

  • https://www.franceculture.fr/emissions/une-vie-une-oeuvre/sebastian-haffner-1907-1999-allemagne-je-taime-moi-non-plus
  • http://ecehg.ens-lyon.fr/ECEHG/pdf/haffner.pdf
  • https://www.persee.fr/doc/polit_0032-342x_1986_num_51_4_3634_t1_1118_0000_2?q=sebastian+haffner
  • https://www.persee.fr/doc/xxs_0294-1759_1992_num_34_1_2537?q=sebastian+haffner
  • https://www.persee.fr/doc/xxs_0294-1759_1992_num_34_1_2546_t1_0212_0000_1?q=sebastian+haffner
  • http://www.universalis-edu.com.bibelec.univ-lyon2.fr/carte-mentale/adolf-hitler/
  • http://www.universalis-edu.com.bibelec.univ-lyon2.fr/recherche/l/1/q/88022
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_l%C3%A9gislatives_allemandes_de_mars_1933
  • https://www.humanite.fr/node/307170
  • https://www.herodote.net/30_janvier_1933-evenement-19330130.php
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_allemande_sur_la_restauration_de_la_fonction_publique_du_7_avril_1933
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Boycott_antis%C3%A9mite_de_1933_en_Allemagne
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Gleichschaltung
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Troisi%C3%A8me_Reich
  • http://www.enseigner-histoire-shoah.org/outils-et-ressources/fiches-thematiques/la-montee-du-nazisme-et-les-persecutions-antisemites-en-allemagne-1933-1939/lallemagne-nazie-de-la-prise-de-pouvoir-a-la-dictature.html
  • https://encyclopedia.ushmm.org/content/fr/article/law-and-justice-in-the-third-reich
  • https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1964_num_19_1_421128
  • https://www.dw.com/fr/la-presse-sous-les-nazis/a-16884824
  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_allemande_sur_le_parti_unique_de_1933
  • https://encyclopedia.ushmm.org/content/fr/article/culture-in-the-third-reich-overview

...

Télécharger au format  txt (12.5 Kb)   pdf (130.9 Kb)   docx (221.5 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com