LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Cinna de Corneille

Fiche : Cinna de Corneille. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  19 Janvier 2020  •  Fiche  •  686 Mots (3 Pages)  •  30 Vues

Page 1 sur 3

Dissertation sur Cinna de Corneille

Question de réflexion : A l’aune du texte et de l’œuvre entière, pensez-vous que la clémence d’Auguste est un acte de noblesse et de magnanimité ou un acte de stratégie politique ?

Corneille, dramaturge du XVIIe siècle, reprend l’histoire romaine riche en complot et en figures tragiques. Il s’intéresse dans Cinna au personnage d’Auguste, le premier empereur de l’histoire qui pour arriver à ce statut, a dû combattre nombre d’ennemis et complots ainsi que s’affirmer en tant que chef sanguinaire. Dans Cinna, Auguste est en proie à un choix délicat. Après la découverte d’un complot organisé par son ami de toujours Cinna, il se demande s’il doit le punir ou le gracier. Dans cet extrait, il accorde son pardon aux traîtres qui prévoyaient de l’assassiner et fait donc preuve d’une grande clémence. Cependant des motivations politiques et morales entrent en considération et viennent obscurcir son jugement. La clémence d’Auguste est-elle un acte de noblesse et de magnanimité ou un acte de stratégie politique ? Premièrement, donner grâce à ses détracteurs acte spontané et magnanime puis au contraire acte réfléchi et inscrit dans une machination politique dans le but de conserver le pouvoir et améliorer son image.

Auguste, après avoir pris connaissance du complot orchestré par Emilie sa fille adoptive, Cinna et Maxime, s’interroge sur la décision à prendre. Auguste dans le texte dit : “Tu trahis mes bienfaits, je veux les redoubler”, cette phrase illustre la volonté de l’empereur d’accorder le pardon et la clémence et même plus puisqu’il souhaite combler de richesses et de pouvoir ses traîtres. On peut penser que cet acte est un acte noble poussé par la raison des sentiments car Emilie et Cinna sont tous deux des proches d’Auguste, il fait par ailleurs preuve d’une grande bienveillance en accordant Emilie en mariage à Cinna dans le but que celui-ci comble le vide laissé par la mort de son père. De même pour Maxime, à qui il accorde des fonctions politiques importantes dans la ville de Rome. Et Auguste grâce à Livie comprend que la générosité et le pardon ne sont pas des signes de faiblesse ; et sont au contraire des actes qui font l’honneur d’un monarque. Derrière le geste d’Auguste, il y une intention de retrouver le calme à la fois psychologique et politique après sa conquête sanguinaire du pouvoir. Il y a un acte de générosité gratuite (il fait preuve de grandeur d’âme de façon désintéressé), mais il y a aussi une volonté égoïste de préserver son pouvoir et d’accroître son prestige.

Livie, la femme d’Auguste, à une vision réaliste et pragmatique du pouvoir : elle invoque la générosité de son mari dans le but d’améliorer son image, elle lui conseille de pardonner en mettant de la force dans ce pardon pour affirmer sa puissance. En pardonnant, Auguste se pardonne aussi à lui-même sa sanguinarité dans l’obtention du pouvoir. Cette clémence de la part d’Auguste est un moyen d’assurer la paix et la pérennité de l’empire en empêchant l’avènement de la démocratie que Cinna et Maxime souhaitent plus que tout. Cet acte lui permet de s’afficher en tant que souverain qui contrôle ses passions (qui est raisonnable). Auguste est las du pouvoir dans Cinna, il connaît

...

Télécharger au format  txt (4.2 Kb)   pdf (34.8 Kb)   docx (8.4 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com