LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Exemple Article de presse

Cours : Exemple Article de presse. Recherche parmi 299 000+ dissertations

Par   •  12 Avril 2021  •  Cours  •  461 Mots (2 Pages)  •  1 605 Vues

Page 1 sur 2

[pic 1][pic 2]

[pic 3][pic 4]

La musique nous veut-elle du bien ?  

La musique est partout, elle rythme notre quotidien, nos envies, elle nous donne le sourire, elle peut nous faire peur, parfois elle nous rend triste. On la retrouve dans les films, les séries, dans les magasins, sur notre poste radio, et même parfois diffusé dans les villes comme au Japon... Mais qu’elle effet à la musique sur notre état d’esprit, la musique nous veut-elle toujours du bien…

15H par semaine d’écoute, c’est ce que dévoile une étude de la Fédération internationale de l’industrie phonographique (IFPI) publiée mardi 9 octobre 2020. Un Français écoute donc 2H30 de musique par jour. Le plus souvent en voiture à 66 %, dans les transports pour aller travailler, se rendre à l’école ou à l’université (54 %), en étudiant (40 %) et avant de s’endormir (19 %). Force est de constater que la musique rythme bel et bien notre quotidien.

Mais qu’en pense un professionnel de santé, le neurologue Pierre Lemarquis, qui s'intéresse de très près aux bienfaits de la musique sur le cerveau constate que la musique peut-être un bon antidépresseur.

Pierre Lemarquis : « La musique sculpte et caresse notre cerveau. Ecouter une musique qui nous plaît active une partie fondamentale : le « circuit de la récompense ». Cette zone va inonder notre cerveau et tout notre corps de substances chimiques essentielles à notre existence et à notre joie de vivre : la dopamine (le neuromédiateur du plaisir et du désir), l’ocytocine (l’hormone de l’amour et de l’attachement), la sérotonine (reconnue pour ses vertus antidépressives) et également les endorphines (qui vont calmer nos douleurs et nous procurer une sensation de bien-être). Écouter une musique douce va diminuer notre sécrétion d’adrénaline et ainsi nous apaiser. À l’inverse, une mélodie plus rythmée nous procurera de l’énergie. »

Super, finit les psychotropes et vive la musique !

D’après vous la musicothérapie a-t-elle donc un intérêt ?

Pierre Larmarquis : «  les travaux scientifique commencent à susciter l’intérêt des décideurs, quatre journées viennent de lui être consacrées lors d’un symposium à Harvard. Tout doucement, elle se fraye un chemin en salles d’opération, de réanimation, de néonatologie, chez les personnes souffrant d’autisme, de dyslexie, d’anxiété ou de dépression, et aussi en neurologie, pour accompagner celles souffrant d’Alzheimer, de Parkinson, ou à la suite d’un AVC. Dans le monde, plus de quatre-vingts laboratoires travaillent sur les effets de la musique sur le cerveau ! ».

L’Homme à encore un long chemin à faire avant d’appréhender et de comprendre tous les bienfaits de la musique sur notre état d’esprit. En tout cas, cette dernière n’est pas prête de quitter notre quotidien, pour le plus grand plaisir des musicophile !

A.

...

Télécharger au format  txt (3 Kb)   pdf (135.1 Kb)   docx (89.2 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com