LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Cours Contrôle De Gestion: la méthode des centres d'analyse

Commentaires Composés : Cours Contrôle De Gestion: la méthode des centres d'analyse. Recherche parmi 265 000+ dissertations

Par   •  5 Mars 2013  •  3 428 Mots (14 Pages)  •  790 Vues

Page 1 sur 14

La méthode des centres d’analyse

Les charges non incorporable : Ce sont des charges enregistrées en compta financière mais pas prises en compte en compta de gestion pour le calcul des coûts (exemple : charge exceptionnelle).

Les charges calculées : Ce sont des charges incorporées aux coûts pour un montant différent de celui retenu en compta financière. On trouve :

 Les charges d’usage : elles se substituent aux dotations aux Amt calculées en compta financière (charge d’usage = Valeur d’usage/durée d’usage)

 Les charges étalées : elles se substituent aux DAP de la compta financière. La compta de gestion ne retient que les dot aux prov pour risques et charges et écarte les dot aux prov pour depr ainsi que les dot aux prov réglementées.

 Les charges abonnées : l’abonnement des charges permet d’intégrer au coût, des charges incorporée de la compta financière selon une périodicité différente de leur périodicité d’approvisionnement (ex : EDF, téléphone)

Les charges supplétives : Ce sont des charges incorporées au coût, non comptabilisées en compta financière pour des raisons juridiques et fiscales. Il s’agit :

 De la rémunération théorique des Capitaux Propres (=> la privation de revenu financier constitue un coût)

 De la rémunération du travail de l’exploitant (=> meilleur comparabilité entre entreprises quel que soit leurs régime juridique et fiscal)

Les différences d’incorporation : Il s’agit des différences entres les charges de la compta financière et les charges incorporées en compta de gestion.

Les charges directes : Les charges sont directes lorsque l’on peut les affecter sans ambiguïté et sans calcul préalable au coût d’un produit ou d’un établissement : ce sont des charges dont la destination est connue.

Les charges indirectes : Elles concernent plusieurs produits ou l’ensemble de l’entreprise et sont traitées en centre d’analyse.

Centre d’analyse : C’est un compartiment d’ordre comptable dans lequel sont analysés, préalablement à leurs imputations aux coûts des produits intéressés, les éléments des charges indirectes. Le centre d’analyse doit être choisit de tel manière que les charges indirectes qu’il regroupe présentent un caractère d’homogénéité.

Centre opérationnel : Ce sont des centres d’analyses dont l’activité peut être mesuré par une unité d’œuvre (ex : MOD)

Centre de structure : Ce sont des centres d’analyses pour lesquels aucune uo ne peut être définie. On prend donc une uo monétaire appelé assiette de frais (ex : CA HT).

L’inventaire permanent des stocks : Il permet de connaître à tout moment en volume et en valeur les entrées, les sorties et le niveau des stocks.

Les limites de la méthode des centres d’analyse :

 Il y a 20 ans les coûts directs représentaient 90% des coûts totaux contre 30% à l’heure actuelle  renversement de la pyramide des coûts

 Cette méthode repose essentiellement sur la main d’œuvre qui ne représente aujourd’hui que 10% des coûts totaux contre 55% pour la matière et 35% pour la structure

 Cette méthode se focalise sur la phase de production alors qu’à l’heure actuelle 80% des coûts sont engagés dès la phase de conception (en amont de la production).

 Cette méthode ne tient pas compte du manque à gagner induit par la décision retenue de tel ou tel investissement  coût d’opportunité

 Cette méthode ne tient pas compte également de l’utilisation de plus en plus de l’externalisation  coût d’impartition

Le phénomène de subventionnement explique l’écart entre cette méthode et la méthode ABC du faite :

 Hétérogénéité des activités dans un centre d’analyse

 Hétérogénéité des coûts des activités elles-mêmes

 Hétérogénéité de tailles des lots de fabrication

La méthode ABC

Une activité = c’est un ensemble de tâches homogènes caractéristiques d’un processus de réalisation de la chaîne de valeur et consommateur de ressources (les produits consomment les activités et les activités consomment les ressources).

Le processus= c’est un ensemble d’activités reliées entre elle par des flux d’information ou de matière significatifs et qui se combinent pour fournir un produit matériel ou immatériel important et bien défini (cf. P.Lorino).

Inducteur de coût = cause du niveau du coût de l’activité, il se situe en amont très généralement de l’activité et représente le levier d’action qui permettra d’améliorer la performance.

Inducteur d’activité = facteur explicatif du niveau de l’activité. Il sert à imputer le coût des activités aux produits.

AVANTAGES de la méthode ABC INCONVENIENTS de la méthode ABC

Aide à la décision stratégique pour la gestion des portefeuilles de produits Influence des indicateurs volumique trop importante

Information puissante, souple et paramétrable Coût élevé pour obtenir les données au cœur de chaque processus

Calcul sur la durée du cycle de vie des produits et/ou sur des projets spécifiques Toutes les charges n’étant pas directes, leurs affectation n’est pas simple et pas forcément juste

La méthode ABM

ABM (Management par les activités)= c’est une méthode de management de l’entreprise qui doit permettre un pilotage stratégique de l’organisation dans le but d’améliorer la performance par des démarches de progrès continu.

L’ABM conçoit l’entreprise comme un réseau d’activités organisées en processus transversaux qui concourent tous à la création de la valeur.

Les méthodes de réduction de coûts :

 Restructuration des activités conduisant à éliminer les processus et les activités sans VA afin de rationaliser l’organisation interne

 Une recherche de l’efficience des activités restantes et porteuses de VA par des études d’étalonnage concurrentiel,

...

Télécharger au format  txt (24.7 Kb)   pdf (314.5 Kb)   docx (20.5 Kb)  
Voir 13 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com