LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Commentaire de texte: de Godelier: différents signes de subordination des femmes aux hommes

Commentaire de texte : Commentaire de texte: de Godelier: différents signes de subordination des femmes aux hommes. Recherche parmi 263 000+ dissertations

Par   •  8 Janvier 2013  •  Commentaire de texte  •  590 Mots (3 Pages)  •  717 Vues

Page 1 sur 3

Dans cette première partie, l’auteur fait l’analyse des différentes formes de hiérarchie sociale et fait le constat de plusieurs systèmes lié les uns au autres reposent sur la domination des hommes sur les femmes. Il nous expose tout d’abord le fait qu’il existe une double hiérarchie entre les hommes et les femmes. Ce qui veux dire qu’en plus de la hiérarchie hommes femme il en existe aussi une entre les hommes et une autre entre les femmes. Godelier, fait la description des différents signes de subordination des femmes aux hommes, et en distingue les signes visible(corporel) tel que le faite que chez les Baruyas le beau sexe est masculin et non féminin. Ce qui leur donne droit de porter bandeau et plumes d’oiseaux différents selon leur stade d’initiation et leur fonctions. L’apparence des femme et beaucoup moins travaillées, elles ne doivent en plus en aucun cas toucher ou porter les plumes qui ornent la tête des hommes.

“Les femmes sont aussi exclues de la propriété de la terre, de la fabrication et du contrôle des outils, donc des moyens de productions” p.33 Elles sont par contre autorisées a cultiver les terres dont elles ne sont pas propriétaire, il est utile de souligner que les séries de tâches réservés aux femmes demandent moins d’effort physique, comportent moins de risque d’accident.

Godelier nous expose aussi l’existence de d’autres points tel que ;

Les pratiques magiques se référent aux pratiques magique agricoles tel que la cérémonie faite lorsqu’ils défrichent une partie vierge de la forêt. Ou encore la cérémonie du jardin nettoyé reposant sur la bonne conduite de l’homme propriétaire de la terre et sa femme.

La production des rapport de parenté ou la encore les femmes sont subordonnées aux hommes, puisque le système Baruya est patrilinéaire. Il convient de relever le faite qu’il existe chez les Baruyas cinq types de mariages possibles dont trois principaux.

Le principe d'équivalence des femmes selon laquelle seule une femme vaut une autre femme les femmes “s’équi-valent” p.57

Maurice Godelier nous fait aussi part de l’existence des initiations qui d'ailleurs prennent une majeur partie de son ouvrage vue son importance dans le processus de domination masculine dans la société Baruyas. Ces initiation concerne autant les femmes que les hommes, à la seule différence que les hommes commencent leur initiation bien plus tôt et son plus longue que les femmes. En effet les hommes commencent leur initiation lorsqu’ils sont encore de petit garçons, ils sont enlevés à leur mère à l’âge de neuf ans. Pour débuter l’initiation qui les forme a devenir de grands hommes fort, vaillant et surtout des hommes dominant. Les femmes elles commencent leur initiation lorsqu’elles ont leur premières règles celle-ci a une plus courte durée. De plus leur initiation n’est pas destinée à faire d’elles des femmes fortes, mais plutôt de bonne mère de famille. Lors des initiation l’homme apprend qu’il a le pouvoir et le devoir de dominer la femme.

Les hommes de la tribu Baruya justifie leur domination sur le sexe féminin aux travers de récit mythologique. Montrant la femme comme étant une source de désordre quand elle possédait encore ses pouvoirs,

...

Télécharger au format  txt (3.7 Kb)   pdf (57.4 Kb)   docx (9.2 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com