LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

CONCLUSION MEMOIRE DEASS

Mémoire : CONCLUSION MEMOIRE DEASS. Recherche parmi 237 000+ dissertations

Par   •  17 Mai 2016  •  Mémoire  •  1 075 Mots (5 Pages)  •  2 453 Vues

Page 1 sur 5

CONCLUSION

        Ce travail d’initiation à la recherche relatif au domaine de compétence 2 « expertise sociale » m’a permis d’explorer une thématique qui me questionne au regard de ma future profession.

        Partie de représentations sur la procédure d’agrément et la légitimité du travailleur social à effectuer des évaluations dans ce cadre, ma réflexion a évolué vers un questionnement autour de l’accompagnement de la construction de la parentalité adoptive pendant la procédure d’agrément. J’ai pu étayer ma recherche au travers de la compréhension de la construction de la parentalité et de la famille dans une situation ordinaire. En effet, il me paraissait intéressant d’appréhender ces notions avant d’entamer une recherche sur le sujet de la parentalité adoptive. De plus, une approche historique et juridique de l’adoption m’a amené à prendre connaissance des fonctions de celle-ci. En parallèle, une exploration de terrain au contact de parents adoptants m’a permis d’appréhender la façon dont ceux-ci ont vécu leur parcours d’adoption et comment ils se sont ajustaient pour mener à bien ce projet d’enfant.

        Les données recueillies m’ont permis de faire évoluer mon positionnement : si je concevais que la procédure d’agrément était une évaluation de compétences parentales, une sorte de jugement de la capacité à être parent ou non, je suis aujourd’hui davantage dans un postulat selon lequel l’agrément est un accompagnement à la construction de la parentalité adoptive.

        Ce caractère d’accompagnement permet à ces futurs parents de se projeter et de travailler autour de l’accueil de l’enfant à venir. De plus, l’accompagnement dans le cadre de la procédure d’agrément relève d’un réel espace pour que le parent puisse se penser comme tel et qu’il puisse s’inscrire dans une future parentalité.

        A l’endroit où l’adoption se tait, par peur d’être stigmatisé, par appréhension de questions, l’agrément apporte, alors, un soutien, un espace de parole où le parent peut exprimer ses peurs, ses doutes, ses questionnements mais aussi sa réflexion quant à sa future parentalité. En effet, nous l’avons vu, la société française semble être encore marquée par l’héritage de la famille biologique. Or, l’adoption se construisant par des liens juridiques et affectifs, cette forme de famille apparait alors comme marginale.

        Néanmoins, si la procédure d’agrément semble s’apparenter à une métaphore de la grossesse et être un appui pour les adoptants, au-delà de celle-ci, suite à son obtention, l’attente que génère la pré-adoption n’est pas évidente à vivre. En effet, la réalité de l’adoption semble avoir un impact fort sur le parent, plus que jamais à cet instant.

        Suite à l’exploration empirique et l’exploration de terrain, je me suis aperçue que deux interrogations restaient en suspens : la question de la création du lien entre l’enfant adopté et le parent adoptant mais également le vécu de l’attente pré-adoption. Ainsi, je suis passée d’un questionnement autour de la notion d’accompagnement dans la procédure d’agrément à un questionnement de l'impact de l’attente, appréhendant celle-ci dans le processus de nouage de liens entre l’adopté et l’adoptant.

        

Ce travail m’a permis d’enrichir ma connaissance de cette thématique et d’approfondir mon exploration. J’ai pu saisir qu’obtenir un agrément en neuf mois ne signifiait pas accueillir un enfant dans le même temps. La temporalité dans l’adoption est alors intéressante à interroger. En effet, le chemin peut-être plus ou moins long avant que les personnes prennent la décision d’adopter. Puis, les postulants à l’adoption doivent, sur neuf mois, cheminer pour imaginer un enfant qui ne naitra pas d’eux. Par ailleurs, une fois l’agrément obtenu, le temps semble long pour les futurs parents qui aimeraient que l’enfant soit là. D’autant plus que leur agrément est valable pour cinq ans, encore une fois limité par le temps.

...

Télécharger au format  txt (6.9 Kb)   pdf (108.9 Kb)   docx (10.4 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com