LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Analyse de pratique

Analyse sectorielle : Analyse de pratique. Recherche parmi 245 000+ dissertations

Par   •  27 Septembre 2015  •  Analyse sectorielle  •  1 653 Mots (7 Pages)  •  333 Vues

Page 1 sur 7

Analyse de la pratique

La structure

Mon premier stage de première année se déroule dans un service de pneumologie.

Ce service d’une capacité de vingt-deux lits accueille principalement des patients atteints de diverses pathologies pulmonaires infectieuses, oncologiques et d’insuffisance respiratoire comme l’asthme, la BPCO, le cancer bronchique, le cancer de la plèvre, les maladies de la plèvre, l’apnée du sommeil, les allergies des voies respiratoires.

La patiente

Mme I, 88 ans est arrivée dans le service pour dyspnée et était sous oxygène à raison de 1,5 L par minute.

La dyspnée, que l’on appelle aussi « gène respiratoire » est une sensation pénible et angoissante d’étouffer. Elle s’accompagne de modifications respiratoires portant sur le rythme respiratoire et le rapport des temps respiratoires entre eux. Tout comme la douleur, elle est subjective et ne peut-être mesurée objectivement.

De plus, elle portait un PAC et une colostomie suite à son opération d’un cancer du rectum trois ans auparavant.

Un PAC aussi appelé port-à-cath est composé d’un petit boîtier (la chambre implantable) et d’un cathéter (tuyau souple et fin). Il est entièrement placé sous la peau au cours d’une intervention chirurgicale sous anesthésie locale ou générale. Le boîtier est placé en haut du thorax et relié au cathéter, lui-même placé dans une grosse veine profonde. Après l’intervention, un examen d’imagerie (radiographie du thorax) est réalisé pour vérifier que le dispositif est placé correctement.

Il permet d’avoir un accès répété au système vasculaire, de réduire le risque infectieux et l’augmentation du confort du patient afin de préserver son capital veineux lors de chimiothérapie anti-cancéreuse et d’injections et de perfusions médicamenteuses en continu.

Cette patiente qui à son arrivée était autonome, et sollicitait de l’aide pour aller aux toilettes puis petit à petit perdu de son autonomie. Etant oxygéno-dépendante sous 3L d’oxygène, elle se déplaçait très peu et avec aide. Et il a été décidé de lui mettre une protection de jour comme de nuit. Elle sollicitait également de l’aide pour sa toilette. Elle était aussi obnubilée par sa poche de stomie et son débit d’oxygène. Certaines nuits, il a été nécessaire de lui donner des anxiolitiques pour qu’elle puisse trouver le sommeil. Elle supportait également assez mal cette sensation de lassitude et de fatigue permanente.

Elle entretient de très bons rapports avec sa fille chez qui elle vit et qui vient la voir chaque jour mais aussi son fils qui vient la voir plusieurs fois par semaine.

Le soin

Le soin pratiqué est le remplacement de la poche de stomie mais aussi du support qui doit être changé tous les trois jours, en l’occurrence tous les mardi et vendredi pour cette patiente. Elle présente une colostomie transverse droite dont les selles évacuées peuvent être semi-liquides voire pâteuses. Petite particularité, elle a un prolapsus

Une colostomie est la dérivation de l’intestin qui permet l’élimination des selles à travers une incision pratiquée dans la paroi abdominale. Une partie de la stomie est abouchée à la peau selon différentes techniques

Sur la peau, la stomie prend l’aspect d’une rosace de couleur rouge, insensible.

Il s’agit d’un soin infirmier sur le rôle propre : art. R.4311-5 décret 2004-802 su 29 /07/2004.

L’infirmière a préparé son matériel sur un chariot qu’elle a désinfecté :

- Eau pour préparation injectable

- Compresses non stériles

- Gants non stériles à usage unique

- Protection pour le lit

- Sac pour élimination des déchets

- Le système de recueil en poche : un support et une poche vidangeable fermée

étant déjà dans la chambre de la patiente.

La situation

Mme I. était hospitalisée dans le service depuis cinq jours.

Ce jour-là, aux environs de 13H30, l’infirmière et l’aide-soignante de jour ainsi que moi-même entrons dans la chambre de Mme I. pour réaliser le soin de sa colostomie, en l’occurrence le changement complet de sa poche de stomie.

La patiente sous oxygène permanent à raison de 3 L par minute était installée dans son lit en position allongée avec le dos en position relevée.

L’infirmière : « Je suis venue pour changer votre stomie Mme I. »

Elle a récupéré le support et la poche dans le placard de la patiente qu’elle a déposé sur son chariot. Elle s’est désinfecté les mains par friction hydro-alcoolique, a enfilé ses gants non stériles, ouvert le paquet de compresses non stériles qu’elle a imbibées d’eau. Lorsqu’elle a commencé à ôter la poche qu’elle jeta ensuite dans le sac prévu à cet effet, la patiente à commencé à lui donner des directives sur la façon de faire ; ce à quoi elle

(Chute (ptôse) d'un organe, d'une partie d'organe ou d'un tissu par suite du relâchement

de ses moyens de fixation.) d’environ une dizaine de centimètres.

lui a répondu : « Mais vous êtes tout le temps en train de l’ouvrir. Je suis infirmière, je connais mon travail. »

Elle a poursuivi le soin en prenant les compresses pour nettoyer les selles autour

...

Télécharger au format  txt (10.7 Kb)   pdf (123.1 Kb)   docx (12.8 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com