LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

La comédie a-elle pour unique but de faire rire ?

Dissertation : La comédie a-elle pour unique but de faire rire ?. Recherche parmi 283 000+ dissertations

Par   •  7 Janvier 2018  •  Dissertation  •  804 Mots (4 Pages)  •  2 523 Vues

Page 1 sur 4

Dissertation FR : La comédie de Molière a-t-elle pour seule vocation de distraire et d’amuser ?

La comédie classique connait son apogée au 17ème siècle. Alors que ce courant théâtral né sous l’antiquité n’est plus ou très peu joué durant des siècles, il refait surface au 17ème siècle, avec la tragédie. Le roi Louis IV lui-même demande l’écriture d’œuvres comiques, principalement à Molière, grand dramaturge comique qui entrera dans la troupe royale. Celui-ci écrit plus de …… pièces comiques, qui connaissent pour la plupart un grand succès, bien que certaines jugées trop crues ou dérangeant un groupe de personne, tel que « Le Tartuffe », pièce comique critiquant les religieux se retrouvent censurées. Ainsi le comique connait un grand succès, de par ses intrigues légères, ses situations qui prêtent a rire…Mais la comédie, et plus précisément celle de Molière a-t-elle pour unique vocation de distraire et d’amuser ? La comédie n’a-t-elle pas un rôle plus complexe ?

Tout d’abord, il est indéniable que la comédie de Molière chercher à distraire le spectateur, à l’amuser. En effet, on remarque que Molière utilise dans ses pièces différents procédés comiques, qui ont pour but de faire rire. Ces procédés appartiennent principalement au comique de parole, et de situation.                                                                                                              Ainsi, dans l’Avare de Molière, pièce où il est question d’un vieil homme obsédé par son argent qui se fait voler celui-ci par son valet, Molière utilise un grand nombre de procédés comiques. Dans l’Acte … scène…, ou Harpagon vient de découvrir qu’on lui a volé sa cassette,  Molière utilise une gradation « Je me meurs, je suis mort, je suis enterré. » Ici, cette énumération montre l’excès de la réaction Harpagon, l’absurdité de ses dires prête à rire. En effet, il est en bonne santé et n’a aucune réelle raison de mourir. On retrouve dans le même monologue beaucoup d’hyperboles.                                                       De même, dans l’école des femmes de Molière, celui-ci met en scène Arnolphe, un vieil homme dont la peur est d’être cocu et qui, afin d’éviter cela, isole une jeune fille de tout afin de la rendre ignorante. Dans la scène ….. de l’acte…,  On peut voir un quiproquo entre Arnolphe et Agnès, alors qu’Agnès vient de s’entretenir avec un jeune homme. Agnès parle d’une chose que ce jeune homme lui a pris, et Arnolphe est persuadé qu’il s’agit de sa virginité, tandis qu’elle parle du ruban qu’il lui avait donné. Cette scène prête à sourire, tout d’abord car la sexualité est un sujet encore tabou qui, ici, abordé de manière indirecte peut faire sourire, mais aussi car ce quiproquo montre l’opposition des caractères, entre Arnolphe obsédé et Agnès ignorante, ce qui renforce le ridicule d’Arnolphe et qui, encore une fois, prête à rire.

Ensuite, on peut aussi dire que la comédie de Molière se compose d’intrigues légères, ou l’on retrouve des situations fars, qui de par leur absurdité mais aussi par le lien qu’on eut faire entre elles et la réalité, amusent. De plus, la comédie contient un dénouement heureux, contrairement à la tragédie, ce qui renforce la légèreté de la pièce.

Ainsi, on retrouve des intrigues fards tel que le triangle amoureux, ou bien les mariages, comme dans l’école des f…….ou Arnolphe chercher à se marier a Agnès, qui elle-même en aime un autre. Ici, la pièce tourne autour d’intrigues de la vie commune, tel que le mariage. Le dénouement heureux est présent dans toutes les pièces, tel que dans Le tartuffe de Molière, pièce ou celui-ci dénonce l’hypocrisie des dêvots à travers un personnage, Tartuffe, qui n’a que faire de la religion et qui profite de sa situation. Ici, le personnage que l’on pourrait qualifier de « mauvais », celui qu’on affectionne le moins est celui qui se retrouve en mauvaise posture à la fin, et les personnages qu’on apprécie se retrouve en bonne posture …… : on a affaire à une fin heureuse.

...

Télécharger au format  txt (4.1 Kb)   pdf (39.7 Kb)   docx (11 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com