LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Faut-il toujours vouloir avoir raison ?

Dissertation : Faut-il toujours vouloir avoir raison ?. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  12 Janvier 2020  •  Dissertation  •  1 921 Mots (8 Pages)  •  30 Vues

Page 1 sur 8

Faut-il toujours vouloir avoir raison ?

Quand on dit «j'ai raison» on veut bien dire qu'on a le dernier mot ou encore que l’on détient la vérité, et donc que l’on tient pour sûr ce que l'on dit ou ce que l'on sait ou croit savoir. On peut donc le reformuler sous la certitude, qui renvoie au domaine de la vérité, des connaissances assurées, c'est-à-dire des connaissances fondées, prouvées et irréfutables par essence. Ou comme le souligne Socrate dans Gorgias, chercher la certitude peut renvoyer à une exigence, que tout esprit qui a soif de connaissances véritables et solides recherche, et qui rejette toute opinion mal fondée ou toute connaissance reçue naïvement sans qu'on ait pris la peine de l’examiner. Cependant, il n’est pas exclu que cette certitude renvoie à de l’égo, à de la fierté, à un instinct primitif propre à l’Homme qui pousse seulement à chercher à l’emporter, à chercher à avoir le dernier mot à l’instar de tout ce qui est raisonnable. Ce qui nous renvoie au domaine de la morale, mais aussi à celui du désir.

La question posée peut être interprétée en deux sens:- «Est-il toujours bon de chercher la vérité? Semble sous-entendre qu’il existerait des raisons de se méfier de la vérité, indiquant par là qu'il ne faudrait pas toujours la chercher mais bien plutôt qu'il faudrait la mettre en doute et reconsidérer la véracité de notre recherche. Mais en même temps on pourrait s'étonner d'une telle question puisque la vérité n'est jamais véritablement l'objet d'une recherche puisqu'elle est toujours tenue pour sûre immédiatement et intuitivement, avec pour seul fondement le sentiment d'un Homme qui a la conviction que ce qu'il tient pour vrai est bien vrai. L'expression «chercher la vérité» serait alors confondue avec la quête d'une vérité absolue et définitive confondue alors avec la réalité, une vérité à laquelle on n'accède jamais ou simplement illusoire, une vérité vers laquelle on tend seulement.

–« Est-il toujours bon de chercher à avoir le dernier mot ? » semble sous-entendre lui aussi les mêmes contraintes que la précédente. Cependant, une nuance peut être ajoutée à cette question : cette fois il ne s’agirait plus de la confusion avec la vérité absolue mais plutôt de la confusion entre sa « vérité » celle à laquelle on est persuadé et la vérité admise par tous. C’est donc une vérité qui peut entrainer de plus graves conséquences comme de la fausseté de jugement et de la fausseté dans la prise de décision qui peut suivre.

C'est bien la valeur de nos certitudes qu'il nous faut ici interroger: Le «faut-il» renvoyant au « est-ce une obligation, un devoir ? » ou «souhaitable» ou encore à une  « nécessité » .(question qui interroge les capacités de notre esprit à établir la vérité ou bien morale qui interroge le besoin et la nécessité qu'ont les hommes d'avoir le dernier mot pour se rassurer ou se sentir exister).

Il faut alors reprendre le sujet et repérer que le «toujours» semble apporter une nuance: «faut-il toujours vouloir avoir raison?» semble aussi indiquer qu'il y a des circonstances où on aurait besoin d’avoir raison et d'autres où il serait nécessaire de rejeter cette idée pour la refonder ou la discuter.

En définitive, si la vérité marque l’assurance d’un esprit qui ne doute pas et ne craint pas l’erreur , cette assurance peut n’être que le fruit d’une intuition et donc être peu objective et non justifiable, ce qui revient à se demander s’il faut toujours chercher la vérité ou chercher à avoir le dernier mot et dans quelles mesures ?

Dans un premier temps, nous étudierons qu’il paraît tout aussi nécessaire de vouloir avoir raison. Dans un second temps, nous verrons que vouloir à tous prix, dans tous contextes, avoir raison apparaît nécessairement être un tort ou encore une erreur. Enfin, nous constaterons qu’il existe des nuances de réflexions et d’interprétation à cette question.

***

Chercher la vérité ; la vérité la plus objective dans tous les contextes, n’est-ce pas des plus louables ? En effet, un tel désir, une telle volonté, apparait souvent comme noble, admirable dans ses motivations comme dans ses répercutions, puisque cela ne peut qu’être sans conséquences, notamment dans l’opinion populaire: c’est d’ailleurs sur cela qu’est fondée toute notre société, que ce soit dans la recherche scientifique ou même judiciaire, tout est mis en œuvre pour assurer le bien-être et/ou la survie de notre population.

Comme dit précédemment, les recherches scientifiques de quelques bords qu’elles soient ont fait avancer notre civilisation et sont le pilier de celle-ci, que ce soit l’invention du vaccin par Pasteur en 1879, ou encore plus loin dans le passé, dans l’Antiquité, lors de la naissance du concept de l’atome par Démocrite en -440.

D’une autre manière, la recherche de la vérité la plus exacte, permet d’éloigner au maximum les erreurs de jugement qui pourraient être faites affectant irréversiblement l’existence d’une tierce personne. C’est notamment le cas lors d’affaire judiciaires peut importe le degré de gravité de la faute commise. Si nous prenons l’exemple d’un homicide, si la justice se contentait de prendre le coupable qui semble le plus évident dans l’affaire sans chercher à démontrer la véracité des accusations, cela pourrait engendrer des erreurs de jugement et des années de prison pour un crime non commis comme ce fut le cas pour Ricky Jackson, un noir américain libéré après avoir passé trente-neuf ans en prison faute de preuves et un ayant contre lui un témoin alors qu’il était innocent, témoin qui à l’âge adulte se rétracta. La justice a fait son œuvre, beaucoup plus tard qu’elle n’aurait due mais elle a tout de même permis à cet homme de récupérer une partie de sa liberté.

*

Vouloir à tous prix, dans tous les contextes, avoir raison, n’est-ce pas nécessairement un tort ? En effet, un tel désir, une telle volonté, apparait souvent comme irrationnelle, déraisonnable, dans ses motivations comme dans ses conséquences, puisque

...

Télécharger au format  txt (12.4 Kb)   pdf (49 Kb)   docx (12.2 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com