LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Hypothese gaïa de James Lovelock

Étude de cas : Hypothese gaïa de James Lovelock. Recherche parmi 240 000+ dissertations

Par   •  28 Décembre 2019  •  Étude de cas  •  1 780 Mots (8 Pages)  •  61 Vues

Page 1 sur 8

Hypothèse Gaïa, James Lovelock

James Ephraim Lovelock est un britannique née en 1919. C’est un écrivain, penseur, scientifique et environnementaliste, spécialisé dans les sciences de l’atmosphère. C’est avant tout et premièrement un inventeur. Pendant la Seconde Guerre mondiale il a inventé la croie grasse et même le micro-onde, il n’a pas été reconnu pour ça, car il a fait l’erreur de ne pas y faire de brevet. Il a étudié la chimie à l’université de Manchester. Sa principale thèse est la Théorie Gaïa, écrite en partie dans “La terre est un être vivant: L’hypothèse Gaïa”. Cette hypothèse est avancée par James Lovelock en 1970. Il développe cette hypothèse dans plusieurs de ses livres : “Les âges de Gaïa” (1990), “La terre est un être vivant, l’hypothèse Gaïa” (1999), “Une médecine pour la planète” (2001) et “La Revanche de Gaïa (2006)”. Une hypothèse c’est une supposition, une explication de fait ou phénomène, cette hypothèse peut être confirmée ou infirmée. Gaïa dont l’étymologie est “Gaya, Gaiya, Gaea ou Gè” serait dans la mythologie grecque, la déesse de la Terre. C’est alors le synonyme de la planète. L’hypothèse Gaïa est également nommée l’hypothèse biogéochimique, cette hypothèse a été évoquée et controversé par de nombreux scientifique. Ainsi elle repose sur tous les composants de la Terre tel que l’océan, la mer, l’atmosphère... L’idée principale est que l’on a une autorégulation de l’atmosphère terrestre par les êtres vivant. En une phrase, Lovelock dit dans son livre “La Revanche de Gaïa” que la Terre serait “un système physiologique dynamique qui inclut la biosphère et maintient notre planète depuis plus de trois milliards d’années, en harmonie avec la vie”. Pour pouvoir faire une analyse complète sur cette hypothèse on va tout d’abord expliquer l’élaboration de l’hypothèse Gaïa de Lovelock. Puis, expliquer et démontrer les critiques qui ont été faites.

1/Elaboration et l’analyse de l’hypothèse Gaïa :

L’hypothèse Gaïa est une réponse scientifique à la question du vivant, elle démontre la participation des espèces dans le milieu qui permet le développement de de la Biosphère. Plusieurs constats ont été fait pour conduire Lovelock à dire que l’atmosphère s’autorégule par le biais des êtres vivants, est que l’atmosphère est une composition chimique maintenue loin de l’équilibre thermodynamique par les êtres vivants, que la vie à une influence massive sur son environnement géologique, et que l’environnement global est resté stable et habitable pendant plus de trois milliards d’années malgré les perturbations externe. Déjà depuis l’antiquité les stoïciens percevaient l’univers comme un tout organisé. De plus de nombreux scientifiques comparaient la Terre à un organisme vivant tout comme Lovelock.C’est même Friedrich Ratzel Jean-Baptiste Lamarck qui à élaborer une théorie dont l‘idée est que la Terre serait un tout organisé. Les principaux scientifiques qui ont influencé l’hypothèse Gaïa sont Vladimir Vernadsky le fondateur de la géochimie et Water Cannon qui a constitué la notion “d’homéostasie” c’est le fait que l’organisme conserve fréquemment les conditions physiques. Dans les années 60, Lovelock est sous contrat avec la NASA à la recherche de trace de vie en dehors de la Terre, il conclut même que Mars n’a pu garantir de vie car son atmosphère ne régule en rien l’organisme. Son expérience est en grande partie à l’origine de l’idée de Gaïa. Comme il le dit : “Quand la NASA a monté son projet d’exploration planétaire dans les années 1960, nous avons tous été forcés de porter un regard nouveau sur la vie et la Terre.” Ainsi, pour arriver à l’hypothèse Gaïa, Lovelock a fait plusieurs constatations scientifiques, dont l’ensemble vient aussi de Michell Rambler, René Tester et Lynn Margulis qu’ils ont nommé “l’écologie globale”. L’écologie globale, c’est l’écologie à l’échelle de l’atmosphère écosphère ou biosphère. Le point de vue de départ de James Lovelock est que la Terre n’est vivante que métaphoriquement, il dit “Lorsque je fais cela, je ne me cache pas que le terme “vivant” relève de la métaphore et que la Terre n’est pas vivante comme vous et moi ou même comme une bactérie”. Par la suite il insiste sur le fait que l’hypothèse n’est pas du tout une métaphore mais plutôt une science. Cela reste le point de départ, car au fur et à mesure de ses recherches il perçoit tout de même la Terre comme une sorte de divinité avec un aspect un peu plus religieux, qu’elle avait une “conscience”. La théorie est entre autres née de la cybemétique de Wiener qui est un mathématicien américain qui est le fondateur de la cybemétique, c’est une science qui étudie les mécanismes de communication et de régulation des êtres vivants. Lovelock intègre ainsi à sa théorie la vision de Darwin sur l’évolution des espèces au sein des milieux, malgré la critique que Darwin lui a faite. En 1972, James Lovelock démontre que les organismes marins ont un rôle de régulations dans la diffusion du DMS (sulfure de diméthyle). Le cœur de l’hypothèse est que la biomasse change les conditions de vie de la planète ce qui rend la planète “hospitalière” ce qui peut en partie se relier au concept “d’homéostasie”.

...

Télécharger au format  txt (11.1 Kb)   pdf (43.6 Kb)   docx (10.8 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com