LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Musée de Bordeaux

Compte rendu : Musée de Bordeaux. Recherche parmi 233 000+ dissertations

Par   •  23 Décembre 2019  •  Compte rendu  •  1 312 Mots (6 Pages)  •  22 Vues

Page 1 sur 6
  1. Sommaire

  1. Introduction

  1. Prise de notes générale
  1. L’analyse d’une œuvre
  1. Choix scénographique
  1. Conclusion
  1. Bibliographie

[pic 1]

  1. Introduction

J’ai fait le choix de visiter le musée des Beaux-Arts de Bordeaux car il y avait une collection permanente de peintures européennes suivant les principaux courants d’histoire de l’art du XVe au XXe siècle qui se situaient sur les deux ailes du musée , composé de  2 297 peintures. Cette collection permanente est constituée de Peinture italienne des XVe, XVIe , XVIIe et XVIIIe  siècles, européenne des XVe et XVIe siècles, caravagesque du XVIIe siècle (peintures d’Italie du sud), flamande du XVIIe et  XVIIIe

 siècles, hollandaise du XVIIe siècle, française des XVIIe et XVIIIe siècles,  anglaise et allemande du XVIIIe siécle , enfin, des peintures du XXe siècle.

Le musée de Beaux-Arts de Bordeaux a été mis en construction par l’architecte municipal Charles Burguet (1821-1879) qui élabora en 1858 un projet de musée située à l’arrière du palais Rohan et comportant deux ailes, avec un étage en option, le long des rues Rohan et Montbazon, et reliées par une grille. Aucun des projets n’avança à cette époque et le musée resta au palais Rohan. Un premier incendie ravagea ce dernier le 13 juin 1862, détruisant de nombreuses archives et endommageant quelques peintures. A l’époque la municipalité de Bordeaux livre la création du musée à Pierre Lacour peintre, professeur de dessin et membre de la Société des sciences, belles-lettres et arts, considéré aujourd'hui comme le premier conservateur et son fils qui porte le même nom et prénom le succéda le 29 janvier 1814.

Le chantier débuta en avril 1875 par le cardinal Ferdinand Donnet, dirigé par Charles Burget, à sa mort le relais est pris par Marius Faget enfin l’architecte Auguste Dejean s’occupe de l’aile méridionale.

  1. Prise de note générale

J’ai pu constater lors de cette visite qu’une grande majorité des tableaux présents étaient des œuvres d’huile sur toile.

De nombreuses œuvres portaient sur les années romantiques et la peinture d’histoire,  le romantisme met au cœur de ses préoccupations l’être humain dans son individualité, avec ses passions, ses nostalgies et ses souffrances. Il place l’homme face à sa mort, qu’il s’agisse de tragédie historique, de drame personnel ou de la fatalité d’où les tonalités sombres des tableaux. Au-delà de ça il célèbre l’individualité du génie artistique.

D’autres périodes artistiques y sont également présenter tel que l’impressionnisme et le naturalisme. Ces mouvements témoignent d’une volonté de renouveler les sujets en s’opposant à l’académisme, en développant une nouvelle manière de peindre spécifique qu’on retrouve dans les tableaux : cadrage subjectif, division de la touche, peinture en pleine air, palette éclaircie, sujets modernes et touche esquissé qui fait apparaître la trace du pinceau.

Un dernier mouvement y est représenté : les années 1910-1940 : le cubisme. Le cubisme est surtout connu grâce aux œuvres de Picasso et Braque. Ces œuvres de ce mouvement sont tout à fait différents des autres, en effet, on y trouve beaucoup de traits anguleux qui reste tout de même figuratifs, la représentation d’un réel impossible, des coloris très audacieux, très vives avec une perspective plutôt plate.

Une grande majorité de ces œuvres jouent sur des tonalités très sombres comme dans Madeleine en extase, anonyme du XVIIe. Les  thèmes portaient surtout sur la religion (Saint Antoine de Padoue adorant l’Enfant Jésus,Bartolome Esteban Murillo) la mythologie (L’enlèvement de Ganymède, Pierre Paul Rubens), la mort comme avec les Vanités (Vanitas,Cornelis Norbertus Gijsbrechts), et la douleur ( L’inconsolable, Jean-Baptiste Greuze).

L’aile Nord était dédié au romantisme et la peinture d’histoire tandis que l’aile Sud à l’impressionnisme, au naturalisme et au cubisme.

  1. L’analyse d’une œuvre « Rolla » , Henri Gervex , 1878.
  1. Quelques mots sur le mouvement 

[pic 2]

L’impressionnisme est un mouvement pictural né de l’association d’artistes de la seconde moitié du XIXe siècle. Ce mouvement se manifeste particulièrement de 1874 à 1886 et marqua la rupture de l’art moderne avec la peinture académique. Ce mouvement pictural à pour volonté de de représenter le motif en fonction de la lumière et de ses effets, les impressionnistes remettent en question les principes artistiques qui définissaient jusqu’alors la représentation picturale. L’impressionnisme ne cherche pas le sens mais la forme, qu’il réinvente en peignant l’instant selon les lois scientifiques de la perception visuelle, en utilisant la couleur comme seul outil de composition.

...

Télécharger au format  txt (9 Kb)   pdf (312.6 Kb)   docx (215.7 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com