LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Exotisme et hypersexualisation: la représentation des femmes noires et orientales dans l’art, du XIXe à nos jours

Mémoire : Exotisme et hypersexualisation: la représentation des femmes noires et orientales dans l’art, du XIXe à nos jours. Recherche parmi 275 000+ dissertations

Par   •  1 Avril 2021  •  Mémoire  •  4 414 Mots (18 Pages)  •  704 Vues

Page 1 sur 18

Coline Sang La séduction dans les arts

Exotisme et hypersexualisation: la représentation des femmes noires et orientales dans l’art, du XIXe à nos jours

Henri Matisse, célèbre peintre français de la première moitié du XXe siècle, écrivit au critique d’art Gaston Diehl “la révélation m’est venue d’Orient”. Par cette déclaration, Matisse nous confirme l’idée que l’art a trouvé, et trouve toujours une forte inspiration dans les scènes orientales.

La vision des femmes orientales et noires de nos jours dans les sociétés occidentales est hypersexualisée. Nous pouvons le voir dans nombre de contextes, et notamment à travers l’art produit dans ces sociétés, comme traditionnellement le dessin, la peinture, la sculpture et la littérature, et plus récemment, les films, la photographie, la musique, les caricatures de presse mais aussi la publicité pour ne citer que quelques exemples. Nous allons nous concentrer dans cet article sur la large période qui s’étend du début du XIXe siècle à nos jours, afin de répondre à la problématique suivante: Dans quelle mesure la représentation des femmes noires et orientales dans l’art occidental est-elle victime d’un regard biaisé menant à l’hypersexualisation de la femme dite “exotique” ?

Nous allons organiser notre argument par un plan thématique et chronologique: tout d’abord, nous allons nous concentrer sur le cas de l’orientalisme à la française, puis nous nous intéresserons à la représentation des femmes noires dans l’art du XXe siècle. Cela me paraissait intéressant de souligner le fait que, bien que les femmes noires furent les premières à être sexualisées dans la vie quotidienne, celles-ci ne furent que peu représentées dans l’art jusqu’au début du XXe siècle, tandis que les femmes orientales, découvertes plus tard, furent très rapidement la proie des peintres et autres artistes.

Il me paraît d’abord important de définir certains concepts clés, afin de pouvoir par la suite exploiter ces termes. L’hypersexualisation peut être définie comme le “fait d'accorder une place de plus en plus importante à la sexualité, en multipliant les références à celle-ci dans l'espace public”. Dans notre étude, nous allons préciser cette hypersexualisation en nous concentrant sur son impact sur les femmes noires et orientales. En ce sens, nous allons définir l’hypersexualisation comme la mise en avant de la sexualité et des charmes/attributs sexualisés de ces femmes.

Un autre concept clé que nous allons exploiter durant notre étude est celui de l’orientalisme. L’orientalisme est un mouvement artistique et littéraire qui dépeint “des paysages, personnages et scènes de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient”. Ce mouvement est apparu au XVIIIe siècle en Europe occidentale. Les principaux artistes de ce mouvement sont Eugène Delacroix et Jean-Léon Gérôme, entre autres, mais de nombreux artistes ont aussi eu une phase orientaliste durant leur carrière. Ce mouvement a reçu de nombreuses critiques, les principales étant la véhiculation de nombreux stéréotypes et l’ethnocentrisme exacerbé des artistes à travers les œuvres orientalistes. Nous allons aussi présenter le concept de “black orientalism” (ou orentalisme noir). Ce concept a été théorisé par des activistes noir-américains, dont Ali Mazrui, en le définissant comme le regard posé par les cultures occidentales sur l’Afrique, un regard condescendant, paternaliste, sélectif et non informé, et la façon dont ce regard se traduit dans l’art.

Le dernier concept qu’il me paraît important de définir en avant-propos est celui de l’exotisme. L’exotisme est un phénomène culturel d’attrait pour ce qui est étranger. C’est donc un concept plus global que l’orientalisme, non seulement parce qu’il ne traite pas uniquement de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient, mais aussi parce qu’il n’est pas seulement un mouvement artistique, mais un mouvement culturel et sociétal. L’exotisme est donc une explication clé à l’hypersexualisation des femmes d’ailleurs, comme il est synonyme de passion et de fantasme pour l’étranger.

Nous allons commencer notre étude en nous penchant sur les femmes orientales et la façon dont celles-ci sont et ont été représentées dans l’art.

Tout d’abord, nous pouvons nous demander quelles sont les origines permettant d’expliquer l’hypersexualisation des femmes orientales.

L’hypersexualisation des femmes orientales s’explique par des découvertes successives du Moyen Orient par l’Occident: d’abord par la traduction par Galland des Mille et une nuits achevée en 1717, et par l’écriture des Lettres persanes de Montesquieu en 1721, et par la suite par le contexte historique: les campagnes d’Égypte (1798-1799), les guerres d’indépendance de la Grèce (1821-1829) et la guerre de Crimée (1854-1855), et enfin l’ouverture du Canal de Suez en 1869. De ce fait, le XIXè siècle est un siècle de découverte du monde oriental par les puissances occidentales. Ce contexte historique incita les peintres de ces pays à s’intéresser eux aussi à ce nouvel horizon, à le découvrir et à le dépeindre dans leurs œuvres. La Société des Peintres Orientalistes est créée dans ce but en 1893, et au début du XXe siècle apparaît la Villa Abd-El-Tif. Cette maison d’Alger permettait d’accueillir les artistes afin qu’il puisse travailler sur l’Afrique du Nord. C’est dans ce cadre que l’orientalisme est né. Par l'érotisme inhérent à l’exotisme, les peintres se passionnèrent pour l’apparence et la façon de vivre des femmes orientales, et éxagérèrent dans leurs œuvres la lascivité de ces femmes (comme nous le verrons dans les œuvres que nous allons étudier).

De ce fait, les femmes orientales furent beaucoup représentées dans l’art du XIXe siècle, mais le sont beaucoup moins de nos jours, au dépend des femmes noires.

C’est sur cette première représentation que nous allons nous pencher dans cette première partie; pour ce faire, nous allons nous concentrer sur des artistes français appartenant au mouvement orientaliste.

Tout d’abord, je trouvais cela intéressant de parler de Baudelaire et de sa “Vénus noire”. La Vénus noire est le nom donné à Jeanne Duval, la muse haïtienne, et maîtresse de l’artiste, qui inspira Baudelaire tout au long de sa vie. Nous allons nous pencher sur le poème Parfum exotique afin d’analyser l’érotisation de Jeanne Duval par Baudelaire.

...

Télécharger au format  txt (29.1 Kb)   pdf (75.7 Kb)   docx (19.3 Kb)  
Voir 17 pages de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com