LaDissertation.com - Dissertations, fiches de lectures, exemples du BAC
Recherche

Symbolisme

Analyse sectorielle : Symbolisme. Recherche parmi 241 000+ dissertations

Par   •  9 Mai 2015  •  Analyse sectorielle  •  500 Mots (2 Pages)  •  240 Vues

Page 1 sur 2

II. Symbolisme

Gustave Moreau, Odilon Redon, Pierre Puvis de Chavanne, Arnold Böcklin, Ferdinand Hodler

Le symbolisme

Le symbolisme est un mot qui désigne les artistes qui s’intéressent à la littérature, qui ne tiennent pas d’importance à la construction du tableau mais au sens, à l’idée. Le symbolisme est lié à Gaugain, « tu représentes ce que tu vois », vision subjective de la nature, la primauté de l’imagination, du sens.

Gustave Moreau

Gustave Moreau est un peintre solitaire, il n’expose pas avec les peintres de son époque. En 1880, il expose une toile que les gens ne comprennent pas et se retire. Le musée Gustave Moreau est la maison de Moreau. Il a peint ses tableaux pour son musée, sa maison est son œuvre. Il enseignait à l’académie des Beaux-Arts et était le prof d’Henri Matisse et de Georges Rouault. Sa source d’inspiration est les romantiques, les sensations.

Delacroix a marqué Moreau car ses tableaux contiennent des pulsions non autorisés dans la société. Moreau évoque le romantisme, le médiéval, le fantastique byzantin car il utilise la feuille d’or, un métal précieux, évoquant la lumière et qui ne s’oxyde jamais, qui perdure. Il va renouveler l’histoire, la mythologie décrit les archétypes qu’on retrouve chez les êtres humains. Moreau va faire des tableaux qui rappelle la mythologie, ce qui crée un certain malaise dans le musée.

Histoire de Salomé. Lors d’un grand festin, Jean-Baptiste dénonce le mariage. Hérodiade ne supporte pas les cris et le fait enfermer aux cachots. Salomé charme Hérode en dansant et son beau-père ordonne de couper la tête de Jean-Baptiste.

Dans L’apparition, le décor ressemble aux églises byzantines, le jaune évoque la feuille d’or, suspendu en lévitation devant Salomé, Jean-Baptiste porte une barbe et a des cheveux, l’idée de Jésus Christ est présente.

Odilon Redon

Odilon Redon est hanté par l’atmosphère irréelle, ses obsessions personnelles, ses visions fantastiques, sombres et morbides. Il est fou de Goya. Le paysage est difficilement reconnaissable. Dans son tableau L’œil ballon, l’œil est un symbole très ancien de la représentation de Dieu.

L’araignée souriante est très poilue et pas très souriante, donc pas réelle. Le côté morbide règne, l’araignée a 10 pattes et est humanisée.

Pierre Puvis de Chavanne

Père du symbolisme, il représente un tableau à la manière d’une fresque, ce qui souligne l’immobilité.

Arnold Böcklin

Arnold Böcklin est empreint par la culture germanique. La mythologie l’intéresse, le rapport avec l’eau est présent. Il veut peindre les forces primitives de manière brutale et ironique. Le roux est connoté négativement et sexuellement, le triton fait peur, il y a une certaine gêne et des pulsions sexuelles. Dans L’île des morts, la mort est le sujet qui l’obsède, obsession très morbide. Dans son tableau Autoportrait avec la mort au violon, il y a écho entre le crâne du squelette et la palette.

Ferdinand

...

Télécharger au format  txt (3.3 Kb)   pdf (58 Kb)   docx (9.2 Kb)  
Voir 1 page de plus »
Uniquement disponible sur LaDissertation.com